Suite à son expulsion de la Côte d’Ivoire, la  conseillère exécutive de Mamadou Koulibaly a reçu le soutien d’un autre militant de la cause qu’elle défend. Kemi Seba par un message sur le réseau social de Mark Zuckerberg a témoigné toute sa proximité à celle qu’il a appelée « chère sœur ainée et amie ».

Kemi Seba compare l’expulsion au circuit de l’esclavage

Il a par la suite déclaré qu’avant elle, il a subi le même sort dans plusieurs pays africains « dans le seul cadre de la lutte contre le néocolonialisme Français ». En effet, Stellio Gilles Robert Capo Chichi à l’état civil a été successivement expulsé du Sénégal, de Côte d’Ivoire, du Togo, et de la Guinée.

Celui qui s’est illustré comme un farouche apposant au Franc Cfa en Afrique a comparé l’acte relatif à l’expulsion de Nathalie Yamb au circuit de l’esclavage. « Être arraché de sa terre africaine pour être renvoyé en Occident rappelle tragiquement le trajet que les meilleurs de nos aïeux faisaient lorsqu’ils étaient capturés puis déportés dans les Amériques afin d’y être détenus pendant 400 ans » a indiqué Kemi Seba.

“L’Histoire nous donnera raison”

Il n’a pas manqué de faire remarquer les différentes conséquences que cette lutte peut avoir sur la « Famille, stabilité sociale, sérénité, libertés individuelles ». La consolation selon lui est le résultat que donnera cette lutte. « L’Histoire nous donnera raison. Et la Françafrique tombera. Ce n’est qu’une question de temps » s’est-il réjoui.

“Nous voulons sortir du franc CFA”

Rappelons que les déboires de Nathalie Yamb ont commencé suite aux récentes déclarations qu’elle a faites à Sotchi en Russie lors du sommet organisé par le président russe.

« La France considère toujours le continent africain comme sa propriété. Nous voulons sortir du franc CFA. Nous voulons le démantèlement des bases militaires françaises qui, sous le couvert d’accords de défense bidons, ne servent qu’à permettre le pillage de nos ressources, l’entretien de rebellions, l’entraînement de terroristes et le maintien de dictateurs à la tête de nos États» avait en substance déclaré la militante qui a finalement été expulsée de la Côte d’Ivoire.

Voir les commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom