Le parlement béninois a adopté il y a quelques jours une nouvelle loi portant statut de l’opposition. Interrogé à propos par la radio Océan FM, le député Gérard Gbénonchi a indiqué, qu’ « une démocratie ne s’entend pas sans l’opposition ». Il y a des gens qui louangent les actions du pouvoir. Mais dans le même temps, d’autres formulent des critiques contre ce qu’il fait.

Ceci permet à l’exécutif de se corriger, pense le président de la commission des finances de l’Assemblée nationale. En somme l’opposition doit de son point de vue, exister dans une démocratie. Il rappelle qu’il y avait une loi portant statut de l’opposition. Mais « cette loi n’était pas attractive » juge-t-il.

Aujourd’hui, ce nouveau texte permet à l’opposition de jouir de plusieurs avantages, informe le député. « je pense que désormais nous aurons des gens dans l’opposition » croit le parlementaire. Il indique par exemple  que le chef de l’opposition est dégagé suite aux élections législatives.

L’administration, désormais ne peut plus bloquer les activités des opposants. Des sanctions sont prévues pour les membres de l’administration qui tenteront de le faire, informe-t-il. Signalons qu’il y a eu très peu de réactions venant des hommes politiques de l’opposition sur cette loi.

Voir les commentaires

2 Commentaires

  1. Ce godillot de député nommé par talon prend les béninois es et béninois pour des zinzins ou quoi ? Il parle de quelle opposition ? Pas celle que des élections libres et inclusives produisent. Mais plutôt celle fabriquée dans les labos infectes et diaboliques de talon ,tcrous

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom