Le président béninois a participé hier lundi 02 décembre à une conférence internationale sur la soutenabilité de la dette à Dakar au Sénégal. Cette conférence est une initiative de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa). La directrice générale du Fonds monétaire internationale était présente de même que le vice-président Afrique de la Banque mondiale.

Au cours de son intervention, le numéro 1 béninois a fustigé la mauvaise perception du risque de la dette dans la région africaine et le refus d’appréciation de la bonne dette par les institutions financières internationales.

« En ce qui concerne la mauvaise perception du risque nous sommes malheureusement tributaires des emprunts que nous faisons sur les marchés, de la perception même des institutions de référence.Je voudrais m’adresser à la directrice du FMI pour dire que nous faisons de l’exhortation pour la bonne perception du risque en Afrique » a-t-il déclaré. Le chef de l’Etat béninois regrette le manque de soutien des institutions multinationales dans ce domaine.

Elles « font seulement des discours »

A l’en croire, elles « font seulement des discours ». Pour mieux faire toucher du doigt, ce qu’il avance, le numéro 1 béninois a fait savoir que sur une échelle de 0 à 7 dans la perception du risque, l’OCDE place la plupart des pays de la région ouest-africaine à 6. Ce n’est que tout récemment que le Sénégal a pu grappiller une place pour se hisser au niveau 5 souligne-t-il.

Cette caricature que le marché a et qui est renforcée par les institutions aussi importantes, fait qu’on ne peut pas emprunter à long terme, fait remarquer Patrice Talon. « Dans le meilleur des cas nous nous en sortons avec 15 ans » informe le président.

Il se désole aussi du comportement des investisseurs privés qui demandent un rendement de 40% , 30% alors que dans le monde le rendement de l’argent en investissement est en dessous de 10%.
« Quand on a 10% , c’est le jackpot » assure Patrice Talon. Ce sont autant d’éléments qui selon lui, font que les pays ont du mal à s’endetter, alors que l’argent existe.

Lutte contre le terrorisme: Patrice Talon à Dakar 

« La dette est devenue le principal moyen de financer le développement parce que l’aide au développement n’existe plus » souligne le président béninois. Il invite les institutions de référence à ne pas aggraver la mauvaise perception du risque d’investissement dans la sous-région ouest-africaine. L’idéal serait même que ces institutions inventent de nouveaux instruments pour accompagner les besoins de financement auxquels les pays sont confrontés fait savoir le locataire de la Marina.

“Les critères de convergence de l’Uemoa ne peuvent pas permettre aux pays de se développer”

L’autre sujet abordé par le premier magistrat, ce sont les critères de convergence en vigueur au sein de l’Uemoa. Pour lui ces critères entravent le développement de ces pays. « Nous avons adopté au sein de l’Uemoa, qu’il ne faut pas que le déficit public dépasse 3% du PIB. Qu’il ne faut pas que la dette cumulée dépasse 70% du total du PIB. Mais ces critères ne peuvent pas nous permettre de nous développer. Ce n’est pas possible » lance Patrice Talon.

Il invite Alassane Ouattara, président en exercice de l’Uemoa à faire en sorte que des réflexions soient menées sur ces questions avec la bénédiction du Fmi et de la Banque mondiale. « On peut avoir un déficit public supérieur à 3% et avoir de la dette soutenable » pense le numéro 1 béninois.

Voir les commentaires

17 Commentaires

  1. Prime abord, je suis désolé mais cela va être un peu long…

    D’abord, je veux bien croire que le président Talon est sincère dans son plaidoirie. Le problème c’est que manifestement, il n’a pas compris comment le système marche et que personne à commencer par son petit ministre des finances ne le lui a expliqué. Comment ça marche?

    D’abord, l’idée fausse sur laquelle repose l’argumentaire de Talon: le spread de crédit, c’est-à-dire la prime de risque “au-delà du taux sans risque” que demandent les investisseurs pour prêter de l’argent serait déterminée par le FMI ou toute autre institution. Faux et archi faux. C’est le marché qui détermine le spread de crédit, pas le FMI ni d’autres institutions. C’est Monsieur Le Marché.

    Maintenant, comment M. Le Marché détermine le spread de crédit? D’abord le premier critère est le rating, c’est-à-dire la note (court et long terme) du pays. Dans le cas du Bénin, cette note est “B” (stable voir -). Ainsi donc, le Bénin est dans la catégorie dite hautement spéculative, donc à risque.
    Ensuite, M. Le Marché affine le crédit spread avec des données dites fondamentales que sont: le PIB/habitant, l’inflation, la balance commerciale, le ratio dette externe/PIB. Dans le cas du Bénin, ce n’est pas terrible du tout pour ces indicateurs (sans rentrer dans les détails,… les données sont publiques).
    Ensuite, M. Le Marché affine davantage le crédit spread du pays avec deux autres données que sont: la situation politique (le climat politique, la stabilité politique, le fonctionnement des institutions) et l’historique du défaut de crédit du pays. Et là, sur ces deux indicateurs, je laisse à chacun d’avoir son appéciation sous l’ère de la ruptute…
    Il y a d’autres critères, mais ceux énoncés plus haut sont les plus significatifs.

    Voilà, comment M. Le Marché détermine le spread de crédit et ça M. Talon et son équipe ne semblent pas être au courant. Donc, si on veut payer le crédit moins cher, il suffit simplement de travailler très dur pour améliorer tous ces indicateurs (variables) que M. Le Marché utilise et pas besoin de gaspiller du temps à crier aux boucs émissaires… Qui a dit désert de compétence?… Le Bénin mérite mieux.

  2. Beaucoup ne comprennent pas la nature du risque dont on parle. TALON a pleinement raison et pense qu’il parlé à la place et au nom des autres présidents africains. Au cours de l’entretien que les président Maky et Ouattara ont eu ensemble avec la DG du FMI ils n’ont fait qu’approuver les propos du président TALON. Donc vous autres qui parlez politique et autres ne comprenez rien. Il suffit simplement que les gouvernants fassent la bonne gestion des fonds. Nous sommes très sérieux. C’est plutôt les autres qui ne veulent pas de notre développement en Afrique

    • “Il suffit…que les gouvernants fassent la bonne gestion des fonds” Tu réalises que c’est dont nous parlons dans tous les commentaires du topic ou pas ?

      “Beaucoup ne comprennent pas la nature du risque dont on parle” Tu l’as dit, bouffi !

      \\\\\ ///
      (@_@)

  3. Talon , cas pratique , dis aux beninoises et béninois si tes usines de coton , fait des prêts , ou des prix aux usines installées au bénin comme fludor , sitex qui emploient des milliers de tes compatriotes qui sont en agonie , parce qu’elles ont des difficultés pour obtenir les matières premières qui sont coton fibre et graines de coton que tu laisses pourrir , MÉCHANT

  4. Vivemoncul , oui en France les gillets jaunes cassent , brulent tout , et encore quelques casseurs qui ont infiltré ce mouvement dont les causes sont nobles , car ce mouvement ne veut que l’amelioration de leurs conditions d’existence , que macron ne fasse pas que des cadeaux aux riches , Macron ne tuent pas ces manifestants , fait ramasser les corps et refuse de les donner à la famille éplorée .
    Aussi le risque pays France est minime car les touristes n’ont pas déserté la France .

  5. Ce talon veut s’essayer dans un domaine qu’il maitrise à peine même s’il donne l’impression d’avoir appris sa leçon ; ici encore c’est pour faire le buzz comme il a fait pour statuettes africaines qu’il reclame à la france dont jusqu’ici on ne voit rien , comme aussi sur le franc CFA dont il voudrait je ne sais quoi , sous le contrôle des banques centrales .
    Oui talon , c’est quoi un pays qui base son développement sur des prêts , et encore qui a des exigences sur les taux des prêts , et sur sa durée ? Talon tu es pire qu’un gayman qui veut surendetter le bénin et par un tour de passe-passe comme tu sais le faire , te tirer et laisser dettes et encours à des générations de béninois ; les emprunteurs ne sont pas bêtes , ils préfèrent sécuriser leur magot sous des cieux où la justice est garantie , les libertés assurées , , où un homme d’affaire n’est pas aux affaires seul ou avec son clan , sa famille ,qui laisse libre concurrence tant dans les affaires , qu’au plan des débats et élections politiques

    • Tu ne comprends rien à rien et comme c’est souvent le cas tu mélanges tout. Ce que le PR dénonce c’est la surevaluation du risque pays de nos Etats par l’OCDE & affiliés; ce qui a pour conséquence de renchérir le coût de l’emprunt chaque fois qu’on doit se rendre sur les marchés internationaux de l’argent. Ces gens étouffent nos pays par le biais de gris gris opaques maquillés sous les fards de theories macroeconomiques à geometrie variable dont ils sont les seuls à en cerner les contours. C’est de cela qu’il s’agit et si tu ne peux pas comprendre ça c’est pas la faute à Talon.

      • Agadjavi , toi professeur , les amphis seront dėsert quand tu vas y pointer . talon veut des prêts pour financer ” son ” programme et à la limite veut imposer et le montant , et la durée , et les taux d’intérêt , et mes fesses ; on est où là ? En matière de ratio-prudentiel , ce qui vaut pour les banques privées , l’est également pour les institutions financieres publiques .
        Si c’est AIDES talon veut , il n’a qu’à le dire , aussi simple ; dire “dakoungbami “

  6. La stabilité du pays n’est pas le seul paramètre. Il suffit pour vous en rendre compte d’avoir eu sous les yeux une étude de risque pays avant de vous y rendre pour un projet.
    Que TALON investisse la moitié des millions d’Euros de la fortune qu’il a acquise au Bénin et vous verrez si le risque pays du Bénin ne diminuera pas drastiquement : la CONFIANCE.

    Mais, Je vais aller dans votre sens messieurs. La situation du Bénin est-elle meilleure que sous KEREKOU et/ou sous YAYI ?
    Même si les paramètres des risques varient. Les risques pays en Afrique sont-il moins élevés qu’ailleurs dans le monde ?

    J’adhère à la conclusion de “Madampol” : “ces maux…sont continentaux. De belles paroles n’y changeront rien”.
    Comme on dit en Afrique, pour ceux qui l’ont oublié : “la main qui donne (prête) est au dessus de celle qui reçoit”.
    \\\\ ///
    (@_@)

  7. Les dées sont pipés dès le debut et ceux là ne veulent pas qu’on se developpe.A moins qu’on ait des courageux comme Talon.comment comprendre que les gens investissent plus dans des zones petrolieres en pleine Guerre que dans les pays stable

  8. quand les Giles Jaunes se mettent á tout bruler celà ne constitue t-il pas un risque?quand Macron Lui meme dit qu’il est impossible que la France respecte les 3% de deficit de son PIB (pays developpé) et nous l’impose pays pauvres,toi tu le trouves normal.

  9. quand les Giles Jaunes se mettent á tout bruler celà ne constitue t-il pas un risque?quand Macron Lui meme dit qu’il est impossible que la France respecte les 3% de deficit de son PIB (pays developpé) et nous l’impose pays pauvres,toi tu le trouves normal.Les dées sont pipés dès le debut et ceux là ne veulent pas qu’on se developpe.A moins qu’on ait des courageux comme Talon.comment comprendre que les gens investissent plus dans des zones petrolieres en pleine Guerre que dans les pays stables.c’est terrible

  10. quand les Giles Jaunes se mettent á tout bruler celà ne constitue t-il pas un risque?quand Macron Lui meme dit qu’il est impossible que la France respecte les 3% de deficit de son PIB (pays developpé) et nous l’impose pays pauvres,toi tu le trouves normal.Les dées sont pipés dès le debut et ceux là ne veulent pas qu’on se developpe.A moins qu’on ait des courageux comme Talon.comment comprendre que les gens investissent plus dans des zones petrolieres en pleine Guerre que dans les pays stables

  11. alon a parfaitement raison,dis moi mon cher,quel était le risque que constituait le Benin sous ,Kerekou,sous Yayi ?et pourtant on n’est toujours note 6 au niveau de l’OCDE,,le senegal est au niveau 6 depuis 50 and mais pourtant il est un pays stable,

  12. Talon a parfaitement raison,dis moi mon cher,quel était le risque que constituait le Benin sous ,Kerekou,sous Yayi ?et pourtant on n’est toujours note 6 au niveau de l’OCDE,,le senegal est au niveau 6 depuis 50 and mais pourtant il est un pays stable,quand les Giles Jaunes se mettent á tout bruler celà ne constitue t-il pas un risque?quand Macron Lui meme dit qu’il est impossible que la France respecte les 3% de deficit de son PIB (pays developpé) et nous l’impose pays pauvres,toi tu le trouves normal.Les dées sont pipés dès le debut et ceux là ne veulent pas qu’on se developpe.A moins qu’on ait des courageux comme Talon.comment comprendre que les gens investissent plus dans des zones petrolieres en pleine Guerre que dans les pays stables

  13. Mon cher Talon a raison,dis moi mon cher,quel était le risque que constituait le Benin sous ,Kerekou,sous Yayi ?et pourtant on n’est toujours note 6 au niveau de l’OCDE,le Senegal au niveau 6 quand les Giles Jaunes se mettent á tout bruler celà ne constitue t-il pas un risque?quand Macron Lui meme dit qu’il est impossible que la France respecte les 3% de deficit de son PIB (pays developpé) et nous l’impose pays pauvres,toi tu le trouves normal.Les dées sont pipés dès le debut et ceux là ne veulent pas qu’on se developpe.A moins qu’on ait des courageux comme Talon.comment comprendre que les gens investissent plus dans des zones petrolieres en pleine Guerre que dans les pays stables

  14. Cette intervention de Talon ne manque pas de sel. À la première lecture, elle semble pertinente puis on se rappelle des actes que posent celui qui parle, et on se dit qu’on rêve.
    Il a certainement raison quand il dit que la manière dont est évalué le risque pour nos pays n’est pas adaptée. Mais pourquoi ces gens devraient ils se donner la peine de créer de nouveaux outils rien que pour nous. Si nous voulons emprunter sur les marchés internationaux, acceptons d’être évalués sur les mêmes critères que le reste de la planète.
    Pour revenir au cas béninois, voilà un gouvernement qui crée inutilement des crises politiques depuis qu’il est aux affaires, qui ne promeut pas un système judiciaire compétent et indépendant, qui ne respecte pas les décisions de justice quand elles lui déplaisent… Et avec ça on est surpris d’être mal noté en terme de risque ? Mais ces maux ne sont pas spécifiques au Bénin, malheureusement. Ils sont continentaux. Souffrons donc qu’on ne nous prenne pas au sérieux. De belles paroles n’y changeront rien

LAISSER UN COMMENTAIRE

SVP, Entrez votre commentaire
SVP saisissez votre nom