Communales de 2020 : Il faut nous éviter ce syndrome des élections législatives (N. Chadaré)

Noël Chadaré a accordé un entretien à Canal 3 en début de semaine. Le Secrétaire général de la Cosi-Bénin a profité de l’occasion pour s’épancher sur les communales de mai 2020. Il a invité le « pouvoir et les deux partis du chef de l’Etat » à tout faire pour « nous éviter ce syndrome des élections législatives » parce que s’en est un, de son point de vue. « Qu’ils fassent tout pour nous éviter ça » a t-il insisté.

A l’en croire, les élections exclusives ne doivent plus avoir lieu au Bénin. C’est pour cela qu’il est important que le président de la République et les hommes politiques des différents partis s’impliquent afin qu’il y ait un scrutin véritablement inclusif, fait-il savoir.

Publicité

Les élections ont toujours été des moments de fête au Bénin rappelle par ailleurs le syndicaliste. Il faut donc que les prochaines communales ne dérogent pas à cela,, souhaite M Chadaré. L’autre sujet abordé par le syndicaliste, c’est la décision prise par le gouvernement d’envoyer au parlement un projet de loi qui oblige les boursiers à se mettre au service de l’Etat pour une période donnée après leur formation.

Il faut assurer les arrières de ces boursiers

Pour M Chadaré c’est une bonne chose parce que si « l’Etat envoie des béninois à l’étranger pour faire des études c’est que il y a des besoins qui ont été exprimés. Et si effectivement les besoins sont exprimés et qu’on dit qu’on a besoin de tel et de tel et qu’on les envoie étudier, ils devraient pouvoir revenir pour servir leur pays parce que leur pays a payé leur formation ».

Mais, il y a des précautions à prendre  indique le syndicaliste. Il faut assurer les arrières de ceux-là qui ont eu des bourses et qui ont pris l’engagement parce que s’ils reviennent et qu’ils ne trouvent pas de boulot…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *