,

Bénin : Gérard Agognon décroche avec brio son doctorat en sociologie du développement

Il est désormais docteur en sociologie de développement. Le journaliste et Directeur général du quotidien L’Evénement Précis, Gérard Wandji Agognon a soutenu, le mardi 27 octobre 2020  au campus numérique francophone de Cotonou sis à l’Université d’Abomey-Calavi, sa thèse de doctorat en Sociologie-Anthropologie. Au terme de la soutenance, le jury international a trouvé son sujet pertinent et d’actualité, la démarche méthodologie appropriée, les résultats probants et susceptible de publication.

Estimant que l’impétrant a fait une très bonne soutenance, le jury l’a déclaré digne du grade de Docteur de l’Université d’Abomey-Calavi en Sociologie du développement avec la mention très honorable à l’unanimité du jury et félicitations, puis autorise la publication de sa thèse. Les travaux de l’impétrant ont porté sur «Emprise du journalisme sur les politiques publiques au Bénin : Fonctions sociologiques de la revue de presse en « fɔn » dans la ville de Cotonou ». Menés sous la direction du Dr ABDOU Mohamed, Maître de Conférences des Universités du CAMES, ces travaux ont permis à Gérard Wandji Agognon d’affirmer que la revue de presse en langue nationale Fon au Bénin «est devenue un espace de marchandisation et de confrontation des acteurs où la manipulation des informations prend le pas sur l’impératif d’informer objectivement les citoyens ». Elle s’est muée «en confrontation des acteurs politiques qui recherchent la visibilité en vue de leur promotion ». Mieux, «elle sert désormais d’espace de négociations pour légitimer les décisions publiques ou pour exiger le partage du pouvoir ».

Publicité

Un canal important d’information

En plus, la revue de presse en Fon est un terrain délocalisé du jeu politique, un terrain de manipulation politique et de détournement de l’information. Ceci amène le candidat à comprendre dans ce travail, les mécanismes par lesquels la revue de presse en Fon influence la mise en œuvre des politiques publiques dans la ville de Cotonou au Bénin. L’impétrant a effectué aussi une analyse approfondie de l’influence de la revue de presse en Fon sur les politiques publiques à Cotonou. Selon lui, les fonctions socios-politiques de cette revue de presse en Fon rendent dynamique le processus de développement de l’information.

Et donc, cette thèse a permis de restituer les logiques d’actions propres aux acteurs impliqués et d’éclairer différentes stratégies d’accès aux médias. Bien que l’emprise du journaliste sur l’auteur et l’action publique dénote d’une perspective  anti-médiacentrique des usages politico-administratifs d’accès aux médias. Il n’en demeure pas moins que la revue de presse en fon reste : un important canal d’information qui influence considérablement certaines catégories sociales et politiques ; un espace de négociation, de marchandisation, de légitimation et contre légitimation avec un effet psychosociologique.

De la composition du jury

Le jury international chargé d’examiner le travail est composé de Cyriaque Ahodekon, Professeur titulaire à l’UAC et Président du jury, du rapporteur Mohamed Abdou, Maitre de Conférences des Universités/CAMES,  (UAC-Bénin), de Mawulikplimi Kokou Gbemou, Professeur titulaire, Université de Lomé et rapporteur, Professeur titulaire  (UAC-Bénin), du rapporteur Aimé Lolowou Folly Kokou M. Hetcheli, Professeur titulaire, Université de  Lomé, du rapporteur Codjo Pascal Dakpo, Professeur titulaire (UAC-Bénin) et de l’examinateur Albert Tingbe-Azalou. Le député Assan Séibou, le président de l’Afria, Dr Eric Adja, l’ancien député Guy Mitokpè, l’ancien ministre Amos Elègbè, l’ancien préfet Epiphane Quenum, l’ancien président de l’ODEM, François Awoudo, le secrétaire général du CNPA-Bénin, Fortuné Assogba, les patrons de presse, Brice Ogoubiyi, Maximilien Tchibozo, Achille Ahossinou, Gabin Euloge Assogba, et plusieurs autres journalistes de divers organes de presses, ainsi que les parents et amis sont entre autres personnalités venues soutenir l’impétrant Gérard Agognon qui entre désormais dans le cercle très fermé des docteurs de l’Université d’Abomey-Calavi.  

3 réponses

  1. Avatar de Beninvi
    Beninvi

    Les diplômes ne servent plus à grand chose au Bénin, on voit présentement comment nos intellectuels tarés sont utilisés par le président commerçant

    1. Avatar de ISHIMWE NYONSABA
      ISHIMWE NYONSABA

      Ce n’est pas une raison sérieuse pour ne pas en avoir petit frère. Les vrais intellos sont dans la posture de la rectitude axiologique.
      Vos enfants resteront ils à la maison ?

  2. Avatar de GBAGBARAKOUIN
    GBAGBARAKOUIN

    L’éveilleur de conscience tu vois comment ce petit agognon a réussi sa thèse? Toi un « dormidor de conscience  » n’a toujours pas fini avec le Bac A4
    Je viens de faire « étude » ce soir , espère que tu seras là et pas en train de fumer « gué »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *