, ,

Mobilité clandestine dans l’Atacora : Plan Bénin craint que les enfants s’endoctrinent

Dans l’Atacora, le préfet Lydie Déré Chabi Nah a entrepris d’installer dans les neufs communes  du département, les comités locaux de veille sur la mobilité clandestine des enfants. L’initiative est appuyée par Plan International Bénin qui offre son savoir faire technique et son soutien financier. La tournée d’installation de ces comités locaux a démarré par Natitingou le mercredi 12 janvier dernier.

Paul Sabi Boum, le directeur de l’unité nord de Plan International Bénin est revenu sur l’importance de cette initiative surtout dans un contexte sécuritaire marqué par  une montée inquiétante de l’extrémisme violent. Pour lui, il faut nécessairement lutter contre la mobilité clandestine des enfants parce qu’il y a des risques d’endoctrinement. « Nous ne tirons pas des conclusions hâtives, en disant que les enfants qui bougent vont être endoctrinés et être enrôlés, mais il y a un risque et plus les enfants bougent plus le risque devient grand » a déclaré Paul Sabi Boum selon les propos rapportés par l’ABP.

Publicité

Dénoncer les cas de mobilité irrégulière des enfants

Les comités locaux ont pour mission de dénoncer les cas de mobilité irrégulière des enfants et les comportements favorisant l’extrémisme violent. Ils doivent aussi prévenir toutes tentatives de trafic d’enfant et sensibiliser les parents pour l’adoption des comportements qui aident à la promotion et la protection des droits de ces derniers.  Par ailleurs, les comités devront travailler en bonne intelligence avec la police républicaine pour prévenir l’enrôlement des enfants vers les zones d’insécurité notamment.

3 réponses

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    https://www.youtube.com/results?search_query=Cudjo+Lewis

    Bandes d’hypocrites négriers du 21e Siècle de vos propres enfants.

    \\\\ ///
    (@_@)

  2. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    « Mobilité clandestine » ça veut dire esclavage au profit des parents et de « démarcheurs » connu de tous ?

    Esclavage dont les autorités béninoises et nos experts ès juridisme ne s’émeuvent, pas plus que ne le font nos « panafricanistes » grands pourfendeurs de « 400 ans d’esclavage » ignoble auxquels les pouvoirs pré-coloniaux ont participé

    Esclavage repris contre leurs propres enfants dans les populations qui l’ont subi des autres au Bénin.

    Le dernier esclave vivant au 20e Siècle aux USA venait de Bantè. Son histoire est visible sur Youtube.

    Tellement prompts à ignorer et développer des ellipses sémantique pour ne pas dire que l’esclavage existe est pratiqué et connu au Bénin, sans aucun outil juridique pour le combattre.

    Bandes d’hyppocrites inutiles : pères et fils.

    \\\\ ///
    (@_@)

    1. Avatar de (@_@)
      (@_@)

      « connus de tous… hypocrites »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers commentaires