, ,

Dépenses sociales et sécuritaires: le Bénin prépare un budget rectificatif selon le FMI

Le Bénin a accueilli du 19 au 23 septembre 2022, une mission du Fonds Monétaire International (FMI). Conduite par Constant Lonkeng, cette équipe est venue évaluer l’évolution récente de l’économie du pays, discuter du budget rectificatif de 2022 et apprécier les progrès accomplis dans le cadre des engagements pris au titre du programme soutenu par le FMI. C’est du moins ce qu’indique le communiqué de presse de fin de mission. On retient donc que le Bénin prépare le budget rectificatif de 2022, qui mettra momentanément fin au resserrement budgétaire.

Un environnement économique mondial « très incertain « 

« Les autorités sont en train de finaliser, en vue de sa soumission au Parlement, un budget rectificatif pour 2022, conformément au nouveau programme MEDC/FEC appuyé par le Fonds. Le budget rectificatif marquera une pause dans le resserrement budgétaire initialement envisagé dans la loi de finances 2022 lors de son adoption il y a un an. Il vise à augmenter les dépenses sociales et celles liées à la sécurité » a déclaré Constant Lonkeng à l’issue de la visite. Pour le FMI, les acquis du Bénin en matière de gestion des finances publiques lui offrent une marge de manœuvre politique indispensable pour faire face aux défis liés à un environnement économique mondial « très incertain, aux retombées négatives des risques sécuritaires régionaux et aux séquelles de la Covid-19 ».

Publicité

L’institution de Bretton Woods continue de soutenir le Bénin. Pour rappel, le Conseil d’administration du FMI a approuvé, le 8 juillet 2022, un nouvel accord mixte MEDC/FEC pour le Bénin dans le cadre de la politique applicable à l’exposition au crédit combiné élevé (ECCE) d’un montant de 638 millions de dollars (équivalent à 391 % de la quote-part) pour aider à répondre aux besoins de financement urgents et soutenir le Plan National de Développement du pays (PND ; 2018–25) centré sur la réalisation des Objectifs de Développement Durable. Le chef de mission du FMI note une la reprise économique est en cours, soutenue par un rebond de l’agriculture et une expansion continue de l’activité portuaire, bien qu’à un rythme moins élevé qu’avant la guerre en Ukraine.

Risques d’insécurité alimentaire

« L’inflation est plus basse qu’anticipé du fait qu’une bonne saison agricole et la mise en place des mesures de soutien aux populations par le gouvernement suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie ont partiellement compensé les pressions exercées par les prix des denrées alimentaires importées ». Néanmoins, la hausse soutenue des prix de certains produits de consommation essentiels pour les ménages vulnérables exacerbe les risques d’insécurité alimentaire. Dans ce contexte, la mission a réitéré la nécessité de s’orienter vers des mesures plus ciblées et efficientes dans la riposte nationale aux effets de la guerre en Ukraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *