, ,

Drame au CNHU au Bénin : c’est intolérable, s’indigne Eric Houndété

Le décès de 4 patients au Centre national hospitalier universitaire de Cotonou passe mal dans l’opinion. En effet, ce drame causé par une coupure d’électricité, est largement condamné. Les acteurs politiques ne sont pas restés de marbre, surtout l’opposition qui a bondi sur l’occasion pour régler ses comptes avec le gouvernement en place. Eric Houndété, le président du parti Les Démocrates trouve que ces décès doivent « interpeller la conscience de chacun de nous, mais surtout la responsabilité de nos gouvernants qui récemment encore devant le Medef , se flattaient d’une certaine prouesse ‘inégalable » dans la fourniture à moindre coût de l’énergie électrique ». C’est du moins ce qu’il a déclaré dans les colonnes de Jeune Afrique.

En « plein cœur de notre hôpital de référence »

L’opposant faisait ici référence aux propos tenus par le président Patrice Talon fin août devant les entrepreneurs français. « On peut vendre l’énergie moins cher qu’en Chine » avait lancé le numéro 1 béninois. Outre ses critiques, Eric Houndété, estime que ce drame est « profondément horrifiant, révoltant parce qu’intolérable, inacceptable ». Il n’a pas manqué de souligner que les faits se déroulaient en « plein cœur de notre hôpital de référence« . Après ce drame, une enquête policière a été ouverte et se poursuit. 4 personnes ont déjà été interpellées. Le directeur du Cnhu a été auditionné par la brigade criminelle.

Publicité

D’autres responsables de cet hôpital ont aussi été écoutés. La justice fera certainement son travail. Le gouvernement et son chef y tient. Seulement, dans les rangs, des familles des victimes, c’est la douleur et la colère qui s’expriment en ce moment. Le père d’une des victimes a par exemple, réclamé , la démission du ministre de la santé Benjamin Hounkpatin et du directeur du CNHU. Il crie à la « bavure », convaincu que 4 décès après une coupure d’électricité est de trop. L’homme s’exprimait dans une vidéo qui a suffisamment été relayée selon Jeune Afrique.

2 réponses

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    Et pourtant, c’est en face de la présidence, le palais. Quel paradoxe ?

    La rupture chante sur tous les toîts qu’elle a définitivement résolu le problème énergétique au Bénin, et pourtant

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Et pourtant c’est juste en face du palais somptueux. Triste et paradoxal.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité