Décès de Paco Rabanne: Claudy Siar salue sa contribution pour la communauté noire

Claudy Siar, animateur mais avant tout musicien et passionné d’art en général, rend hommage à Paco Rabanne, une figure emblématique de l’industrie de la mode. Dans un post sur la toile, le célèbre animateur a fait des révélations sur la contribution du couturier à l’émergence d’une partie de la communauté noire. Paco Rabanne a aidé selon le célèbre animateur à faire émerger les talents noirs en créant le Black Sugar, un lieu de rencontre pour les jeunes artistes noirs à Paris. Ce lieu était un haut-lieu de la culture, où des talents de toutes les disciplines artistiques pouvaient se faire connaître et rencontrer des producteurs.

Le Centre 57, également créé par Paco Rabanne, était un espace de répétition pour les artistes noirs de la région de Paris. Claudy Siar y a travaillé les chorégraphies de son groupe de danse, et se souvient de l’effervescence de talent qui y régnait. Autre contribution: Paco Rabanne a également été un pionnier dans l’industrie de la mode en n’utilisant que des mannequins noirs pour ses défilés de mode. Ce choix audacieux lui a valu d’être blacklisé par les magazines de mode américains, mais il a également permis de briser les barrières pour les mannequins noirs.

Publicité

Claudy Siar se souvient de la générosité de Paco Rabanne envers les jeunes talents noirs, et se rappelle qu’il l’a habillé gracieusement lors de ses débuts en tant que présentateur télé. Malheureusement, Paco Rabanne vient de s’éteindre à l’âge de 88 ans. Claudy Siar rend hommage à cet homme talentueux et généreux, qui a consacré sa vie à aider la communauté noire et à briser les barrières pour les artistes noirs. Lire ci-dessous son post

Message de Claudy Siar

REPOSE EN PAIX GRAND FRÈRE
Je dois à #pacorabanne mon éveil aux réalités du monde artistique.
Je n’avais que 16 ans lorsque j’allais le dimanche à 20h au #blacksugar , ce lieu parisien où les afros, désireux d’entrer dans le monde du show-business se donnaient rendez-vous. Une effervescence de talents ! Au Black Sugar, l’odeur la plus forte était celle du talent. C’est à Paco que nous devons cet endroit ! Nous sommes au début de la décennie 80. Des jeunes danseurs comme moi, y ont rencontré des producteurs de spectacles, de télévision, de boîtes de nuits. Toutes les disciplines artistiques y étaient représentées… Musique, théâtre, cinéma…

À un moment de la soirée, le chorégraphe afro-américain Gérard Wilson, maître de cérémonie, faisait assoir tout le monde et présentait une femme ou un homme noir ayant décroché un gros contrat grâce au Black Sugar et tout le monde applaudissait. Nous avions besoin de cela pour nous encourager car à cette période nous n’avions rien ! Nous étions invisibles et si peu considérés. À Paco Rabanne, nous devons également le CENTRE 57, Bd de la Villette à Paris. Là, répétaient des groupes de musique, de danse, des mannequins, des troupes de théâtre.

Publicité

C’est là que je travaillais les chorégraphies de mon groupe de danse. Le Centre 57 était l’antre des jeunes artistes afros de l’île de France et des artistes confirmés. Aujourd’hui, personne ne peut imaginer ce que Paco Rabanne a permis pour les nôtres. Il fut le premier couturier superstar à n’avoir que des mannequins NOIRS ! Ce qui durant longtemps lui ferma les pages des magazines de mode américains. Lorsqu’en 1988, j’ai débuté ma carrière de présentateur télé sur FR3 ( aujourd’hui France 3), Paco m’habillait gracieusement…
Beaucoup lui doivent énormément et je suis de ceux-là.
PACO RABANNE VIENT DE S’ÉTEINDRE
IL AVAIT 88 ANS

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *