, , ,

Gestion de la 9ème législature au Bénin : Les craintes du député de l’opposition Habibou Woroucoubou

L’absence des députés du parti Les Démocrates dans la composition des commissions parlementaires a amené ceux-ci à vider l’hémicycle lors de la séance plénière de l’Assemblée nationale qui s’est tenue le jeudi dernier. L’un d’eux, l’honorable Habibou Woroucoubou est monté au créneau pour mettre en garde contre le risque de la monopolisation de l’Assemblée nationale par la majorité présidentielle.

A peine installés dimanche 12 février dernier, les députés de la 9ème législature se retrouvent dans une empoignade entre députés de la majorité présidentielle composée des partis Union Progressiste le Renouveau (53 élus), Bloc Républicain (28 élus) et ceux de l’opposition Les Démocrates (28). La goutte d’eau qui a fait déborder le vase cette fois-ci, est la mise en place des organes techniques, dans lesquels les députés de l’opposition ne font pas partis.

Publicité

Face à cette situation, le député de la 8ème circonscription électorale Habibou Woroucoubou Habibou est monté au créneau. Selon lui, « le risque de retrouver un Parlement à l’image de la 8ème législature est grand ». Absent dans les organes techniques du parlement béninois, les députés de l’opposition ont quitté la plénière après le rejet de leur doléance par le président Vlavonou. A ce stade, ce député a dénoncé la façon dont le président de l’Assemblée nationale Louis Vlavonou a géré les travaux de constitution des groupes parlementaires, ladite gestion qui favorise beaucoup plus les députés de la majorité parlementaire au détriment des opposants.

L’autre cas soulevé par l’honorable Woroucoubou est celui concernant la « transparence » des débats. Afin de garantir au peuple béninois des débats d’idées clairs et nets, ce dernier tire la sonnette d’alarme de l’opinion publique en ces termes : « Le Parlement risque de tomber dans les travers reprochés à la 8ème législature à travers le caractère monocolore de cette institution ».

Cette image que vient corriger les députés de l’opposition est plus importante et ne doit pas être négligée. Pour éviter de tomber dans cette même erreur, l’honorable Woroucoubou Habibou demande au président Louis Vlavonou de revoir sa copie. Ceci va permettre de soigner l’image de l’Assemblée nationale du Bénin sur l’échiquier international, a-t-il indiqué. Alors, loin d’estimer que l’opposition est dans une logique de « politique de la chaise vide», ceux-ci gardent encore cet enthousiasme de redorer le blason d’une assemblée héritière des suites des luttes, a conclu, l’honorable Woroucoubou.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *