, ,

Bénin : La Cour constitutionnelle honore les Professeurs Théodore Holo et Robert Dossou

Les 4ème et 5ème mandatures de la Cour constitutionnelle  respectueusement présidées par l’ancien bâtonnier Robert Dossou et le Professeur Théodore Holo  ont été honorés ce mardi 14 mars 2023 à la salle d’audience Mgr Isidore de Souza de ladite institution à Cotonou. C’était  un moment de retrouvailles  et de convivialité pour plusieurs anciens membres de la Cour constitutionnelle qui ont fait le déplacement dont la première présidente, Mme Elisabeth Pognon.

Le président de la 6ème  mandature de la Haute juridiction en matière constitutionnelle,  Razaki Amouda Issifou, rapporte la cellule de communication de la Cour, a déclaré que « ni les contributions contenues dans des hommages ni les quelques mots ici prononcés ne peuvent traduire véritablement et complètement l’œuvre accomplie par une mandature à la Cour constitutionnelle ».

Publicité

Pour M. Issifou, les anciens présidents de la Cour constitutionnelle notamment Robert Dossou, professeur Théodore Holo, Elisabeth Pognon, et Feue Mme Conceptia Liliane Denis Ouinsou ont joué un rôle  important dans l’enracinement et l’édification de l’Etat de droit par la justice constitutionnelle au Bénin, la protection des droits fondamentaux et des libertés publiques, la régulation de l’activité des pouvoirs publics qu’en ce qui touche à la question électorale, bref, dans tout le domaine de compétence dévolu à la haute Juridiction. « Les réflexions proposées dans les publications en l’honneur de la 4ème mandature présidée par le Bâtonnier Robert Dossou (2008-2013) et celles de la 5ème mandature dirigée par le professeur Théodore Holo (2013-2018) offrent une vue élargie de l’œuvre jurisprudentielle de la Cour. En ce sens, elles présentent une moisson riche, et diversifiée » a-t-il indiqué.

Une réponse

  1. Avatar de Sonagnon
    Sonagnon

    Théodore HOLO et Robert DOSSOU ne doivent pas accepter que cette cour les salisse.

    Les membres de cette cour n’ont rien d’une cour constitutionnelle, ils sont en attente de leur procès pour complicité de destruction de l’état de droit au Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *