USA: un afro-américain passe 38 ans en prison pour un crime qu’il n’a pas commis

Maurice Hastings, un afro-américain de 69 ans, a été condamné à tort en 1988 pour un viol et un meurtre qu’il n’avait pas commis. Il a passé 38 ans en prison pour des actes qu’il a toujours niés. Mais aujourd’hui, il est un homme libre après avoir été déclaré innocent par un juge californien. Hastings a été libéré de prison en octobre 2022, après que l’ADN de l’attaque de 1983 ait identifié un autre suspect. Il purgeait une peine d’emprisonnement à perpétuité pour le crime, malgré le fait que des témoins aient soutenu son alibi au moment du meurtre et qu’aucune preuve matérielle ne le reliait à la scène.

Le Los Angeles Innocence Project, une organisation qui travaille sur les dossiers judiciaires incomplets, a travaillé sur l’affaire de Hastings pendant de nombreuses années. Ils ont aidé à obtenir le test ADN qui a finalement prouvé l’innocence de Hastings. Hastings avait demandé en 2000 qu’une analyse ADN soit faite. Mais la justice avait refusé, invoquant une pièce perdue. Ce n’est qu’en juin 2022, grâce à Los Angeles Innocence Project, que le test ADN a été effectué.

Publicité

La libération de Hastings est une victoire importante pour les défenseurs des droits de l’homme et les groupes de défense des droits des personnes incarcérées à tort. Mais cela souligne également la nécessité d’une réforme du système judiciaire américain pour empêcher que des innocents ne soient injustement condamnés. Dans une déclaration après sa libération, Hastings a exprimé sa gratitude pour la décision du juge et ses excuses. Il a également déclaré qu’il était prêt à aller de l’avant avec sa vie et qu’il était un homme heureux en ce moment.

Maurice Hastings a survécu à un cauchemar qui a duré près de quatre décennies. Mais sa libération montre que la justice peut parfois être rendue, même si cela prend du temps. Cela doit être un appel à une plus grande diligence et une plus grande rigueur dans le système judiciaire pour éviter que cela ne se reproduise à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité