Les USA testent un drone autonome inédit

Les défis liés au décollage et à l’atterrissage d’un drone sur un navire en mouvement au milieu de la mer sont nombreux. C’est dans ce contexte particulièrement périlleux que le drone Transwing X-P4 de la société Pterodynamics s’est illustré. Doté d’une architecture novatrice, cet eVTOL peut se poser à la verticale sur un navire en mouvement, même par mer agitée, avant de se transformer en avion pour parcourir de longues distances.

Cet exploit n’est pas anodin, car faire décoller et atterrir un drone de manière autonome sur un navire en mouvement nécessite une capacité exceptionnelle à anticiper les trajectoires et les mouvements du bateau, ainsi que les effets potentiels d’un vent fort. L’autonomie du drone est cruciale dans ce scénario, et c’est précisément cette capacité que le Transwing X-P4 a réussi à démontrer avec succès lors d’essais menés avec l’US Navy près des côtes de la Floride, aux États-Unis.

Publicité

L’originalité de cet aéronef réside dans son architecture unique. En mode eVTOL, l’arrière du drone est pourvu d’un empennage en V, et ses deux ailes, une fois déployées, le transforment en un avion équipé de quatre moteurs. Ce passage du mode vertical au mode horizontal s’opère grâce à une ingénieuse mécanique : les ailes pivotent et se replient vers l’arrière, s’alignant ainsi dans le sens du fuselage.

Les moteurs, désormais orientés vers le haut, permettent un atterrissage en douceur, avec l’extrémité de leur carénage servant de pied d’atterrissage. Avant ces essais en mer, le Transwing X-P4 a été soumis à des tests approfondis, incluant des évolutions par vent fort sur un camion en mouvement. L’aéronef, compact au sol, présente une envergure significative en croisière, cumulant ainsi les avantages des VTOL sans leurs inconvénients.

Ses caractéristiques impressionnantes comprennent une envergure de quatre mètres, une capacité de charge utile de près de sept kilos, une masse maximale de 38 kilos et un rayon d’action de 111 kilomètres, parcouru en une heure, avec une vitesse de pointe de 185 km/h.

Une réponse

  1. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    Les USA restent encore en retard par rapport aux russes . Preuve que des  » chercheurs russes ont récemment dévoilé une avancée majeure dans le domaine de l’armement aérien avec la conception d’un missile d’avion non guidé aux capacités exceptionnelles. Cette création, présentée par le bureau d’études Splav, membre du géant de l’industrie militaire russe Rostec, marque une avancée significative dans le développement de munitions aériennes. »

    « D’une taille de 80 mm, ce missile innove en agissant simultanément comme une bombe brise-béton et une bombe à fragmentation explosive, une première mondiale selon le groupe Rostec. Ce missile de nouvelle génération est équipé d’un moteur performant, offrant ainsi des perspectives prometteuses pour la création de munitions aériennes polyvalentes. »
    Infos de la nouvelle tribune

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *