,

Affaire casse d’une banque au Bénin : L’ex-député Désiré Vodonou risque 10 ans de prison

Les individus impliqués dans l’affaire casse d’une banque connaîtront bientôt leur sort. Lors de l’audience du jeudi 21 décembre 2023, le ministère public a présenté ses réquisitions, demandant une peine de 10 ans de prison à l’encontre de l’ancien député Désiré Vodonou et de ses coaccusés. Ces derniers sont un chef d’agence de la BGFI Bank et un informaticien. Il a spécifiquement requis la requalification des faits, les accusant d’avoir entravé le fonctionnement d’un système informatique en vue d’un profit et d’avoir participé à des activités de blanchiment de capitaux.

Il a demandé leur acquittement pour les faits d’escroquerie

L’avocat de la banque a également demandé une réparation des préjudices causés à la structure bancaire, réclamant le paiement d’une somme de cent millions de francs CFA par chacun des accusés. Le ministère public a insisté pour que la Cour maintienne les trois accusés dans le cadre de l’infraction. Il a demandé leur acquittement pour les faits d’escroquerie à cause des doutes qui subsistent autour de l’origine des fonds en question.

Publicité

Outre la peine de dix ans de prison ferme, il a requis une amende de 50 millions de FCFA à l’encontre de chacun des prévenus. Le ministère public a suggéré que la Cour fixe le montant des préjudices causés à la banque en fonction des dommages et saisisse tous les biens des prévenus identifiés par l’enquête patrimoniale. Les mis en cause sont accusés d’avoir installé un dispositif dans le système informatique de la banque, avec la complicité du chef d’agence, dans le but de retirer de l’argent des comptes bancaires.

Selon le rapport d’enquête, cet appareil est resté en place pendant plusieurs jours, entre le 12 septembre 2022 et le 04 novembre 2022, avant d’être découvert par un informaticien de la banque qu’ils avaient sollicité pour les aider dans leur entreprise criminelle. À la barre, l’ex-parlementaire n’a pas rejeté les accusations dont il fait l’objet. Il a souligné qu’il voulait réaliser cette opération pour un partenaire d’affaires russe.

Une réponse

  1. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Vodounon.. risque 10 ans..n est ce pas..
    Que risque..celui qu on connaît..et ses amis..pour ..la vraie casse.du siècle…
    Une prédation institutionnelle
    Suivez mon regard

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *