,

Bénin : Des producteurs en colère contre le préfet Kouton

Les producteurs de Zangnanado sont en colère contre le préfet Firmin Kouton et le maire Justin Kanninkpo. Ils l’ont fait savoir à la faveur d’une conférence de presse animée le mercredi 20 décembre 2023. Réunis au sein de l’Association des producteurs agricoles pour le développement de Zangnanado, ces producteurs dénoncent la mauvaise foi des autorités à faire appliquer le décret 2023-303 du 7 juin 2023 portant modalités d’exercice de la veille pastorale en République du Bénin. Ils pointent du doigt accusateur le préfet du Zou et le maire de Zangnanado qui, à les entendre, se sont manifestement opposés à l’application dudit décret sous prétexte qu’il comporterait des insuffisances.

« … Un décret signé par le président de la République et 5 autres ministres, nos autorités disent ouvertement qu’il comporte beaucoup d’insuffisances. Ce n’est pas bien ; on ne comprend pas les raisons pour lesquelles elles tiennent ces propos », dénonce Didier Ahogbé, président de l’Association des producteurs agricoles pour le développement de Zangnanado.

Publicité

Face aux dégâts causés et aux conflits meurtriers observés entre agriculteurs et éleveurs, le bureau de l’association des producteurs dit avoir mené plusieurs démarches vers les autorités communales pour faire appliquer ce décret. Mais malheureusement, ces démarches n’ont pas abouti.

« Le 27 octobre 2023, nous avons adressé des demandes aux CA des six arrondissements de la commune de Zanganado pour les rencontrer et aussi pour leur expliquer comment nous allons travailler ensemble pour que le décret soit mis en application à la grande satisfaction de tous. Mais jusqu’à présent, ils ne nous ont pas répondu », a expliqué le président Didier Ahogbé en précisant que la même note a été adressée à l’édile de Zangnanado. Mieux, le préfet du Zou se serait opposé à leur demande de ‘’marche pacifique’’ qu’ils ont adressée au maire.

« Les bœufs circulent sur les goudrons et créent des accidents. Il y a 3 ou 4 personnes qui sont actuellement à l’hôpital à cause des cas d’accident causés par ces animaux à Kpoto sur la voie inter-Etat. Lorsque la population est opprimée et que c’est les animaux qu’on autorise à circuler, vous voyez ce qui va se passer ? », s’interroge Didier Ahogbé.

Publicité

« Tout ce qu’il (le maire) fait, c’est de contourner l’esprit du décret qui est de sédentariser l’éleveur », dénonce le président de l’Association des producteurs agricoles pour le développement de Zangnanado. « Lorsque l’éleveur se sédentarise, il ne pourra donc plus aller dans le champ de l’agriculteur. Et s’il n’y va pas, il n’y aura plus de conflits entre agriculteurs et éleveurs », a-t-il expliqué à la presse.

Didier Ahogbé et les siens ont levé un coin de voile sur les intentions du préfet Firmin Kouton et du maire Justin Kanninkpo qui voudraient que les populations cèdent leur terre pour servir de couloir de passage aux animaux. Pour les producteurs agricoles, cette démarche des autorités est contraire aux dispositions de l’article 2 du décret 2023-303 du 7 juin 2023 portant modalités d’exercice de la veille pastorale en République du Bénin qui stipulent que les mesures prises par les autorités publiques concourent à la sédentarisation des ruminants.

Les producteurs rejettent donc cette proposition des autorités communale et préfectorale qui, selon eux, est une ‘’mauvaise interprétation’’ du décret. « Lorsque les animaux nous ont tout le temps causé de problème, nous allons donner nos terres pour que les propriétaires s’y installent avec leurs animaux. Ça ne s’entend pas », a fait savoir Didier Ahogbé.

Une réponse

  1. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Où étaient ce préfet et le maire quand le gouvernement a mis vigueur cette loi? Est-ce que préfets et maires ont-ils le droit d’abroger dans leurs communes des lois adoptées par le gouvernement?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *