,

Bénin: quelle crédibilité pour des hommes politiques?

Fait-on la politique au Bénin selon les humeurs du moment ? Sinon quelle est la conviction des hommes politiques béninois ? Bien difficile de répondre à ces questions. S’il y a une chose qui est claire, c’est que la qualité des acteurs politiques béninois laisse à désirer et n’offre pas une grande plage d’honneur ni de personnalité. Aucune idéologie claire et nette ne semble sous-tendre l’activité politique au Bénin

L’animation de la vie politique au Bénin est atypique. L’orientation politique dépend rarement des idées avancées par telle ou telle chapelle politique. Elle dépend beaucoup plus des affinités ethniques, régionales, des intérêts du moment ou alors, de la dose de protection offerte par rapport à un passé trouble.

Publicité

Les anciens soutiens du président Soglo ont guetté la fin de son mandat pour s’aligner derrière le président Kérékou qui était pourtant un opposant au pouvoir dont ils se sont réclamés des années durant. C’est pareil pour les partisans de Boni Yayi, qui vent debout, combattaient aux côtés de leur mentor, Patrice talon devenu alors opposant à Boni Yayi. Aujourd’hui, la plupart de ces engagés du Changement prôné par Boni yayi chantent la Rupture de Patrice Talon.

La dernière actualité du vote du budget de l’Etat a montré des acteurs qu’on a vu ces vingt dernières années, tenir pratiquement les mêmes propos pour défendre les budgets de deux ou trois différents chef d’Etat, les qualifiant de lois des finances, de budgets de développement. Pourtant, l’un ou l’autre de ses dirigeants était opposant à son successeur que les mêmes acteurs ont applaudi après. On se rappellera aussi les alliances jugées parfois contre-nature à certains moments de l’histoire politique du Bénin. Amoussou et Houngbédji derrière Kérékou au détriment de Soglo, le PRD, la RB et les FCBE soutenant Zinsou contre Talon. Et pourtant le PRD est devenu l’un des partis les plus engagés au sein de la majorité présidentielle de Talon. Pas la peine de rappeler ce que sont devenus les « fous du roi » ou encore les « jeunes patriotes » sous Yayi après le départ de celui-ci du pouvoir.

Comment peut-on faire foi à des hommes politiques dont la conviction balance au gré des intérêts, des dispositions et des émotions du moment ? Nous dira t-on que c’est au nom du développement qu’un président de parti a déclaré par exemple que son parti, ne fera plus jamais l’opposition ? Ou que l’un des anciens candidats ayant participé à l’élection présidentielle de 2021 en qualité d’opposant, rejoigne les rangs de la majorité présidentielle de Talon  quelques mois après ladite élection ?

Publicité

Ou que l’homme qui a chanté les valeurs pendant la présidentielle de 2016 en arrive à devenir complètement muet face à plus de six mille cas d’expulsions forcées recensées par Amnesty international ? On pourrait citer des exemples à longueur de journée. Malgré la réforme du système partisan, la question du militantisme politique est loin d’être réglée au Bénin. Aucune crédibilité pour les acteurs politiques béninois qui soutiennent tous les régimes quelque soit l’idéologie véhiculée ou adoptée. Et leurs actions intègrent rarement en premier, les intérêts des populations. Ce qui amènent certains observateurs a estimé qu’au Bénin, on fait la politique d’abord pour soi et on utilise le peuple pour avoir de la notoriété.

Une réponse

  1. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Un article..qui nous réchauffe.la pâte d hier
    Rien de nouveau..pas projection pour les futures.. têtes a clac tondues.des benino dahomeens
    Même mon ami… célèbre intellectuel des aguegues.. pouvait dire la même chose
    9/20.. comme note

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *