,

« La Gazette du Golfe » : Le personnel lance un appel à Patrice Talon et à Moretti

Le personnel du groupe de presse « La Gazette du Golfe » n’en peut plus. Dépassés et déprimés par la situation que leur impose la suspension de cet organe de presse depuis 5 mois pour « apologie de coup d’État », les agents implorent l’indulgence du Chef de l’Etat et du président de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) pour la levée de la suspension.

« Cet appel a été lancé à l’endroit des autorités ce vendredi 29 décembre 2023 à la faveur d’un point de presse tenue à la Bourse du travail à Cotonou. Les collègues sont déprimés, étourdis et confondus dans une improvisation quotidienne avant de pouvoir trouver un demi repas pour tout le ménage », a déclaré Aristide Kanoussou, le porte-parole du personnel. « La pression que la faim fait faire sur les parents par les enfants et parfois même sur le chef de famille par le conjoint ou la conjointe débouche régulièrement sur des crises sévères au cœur de l’instabilité psychologique et familiale de nous tous », a-t-il ajouté.

Publicité

Le personnel en détresse n’a pas botté en touche les impacts socio-économiques et psychologiques qu’occasionne déjà cette mesure de suspension. Difficile donc pour les travailleurs du groupe de presse « La Gazette du Golfe » de joindre les deux bouts surtout en cette période des fêtes de fin d’année où la responsabilité des parents est entièrement et totalement engagée. « Tout ce que nous avons sus-cité, les collègues, que dis-je, nous personnel du GROUPE DE DE PRESSE LA GAZETTE DU GOLFE les subissons l’un après l’autre. Certains resistent encore. Mais jusqu’à quand vont-ils resister? Jusqu’à quand nous qui subissons, allions continuer de subir? Avons nous la possibilité de tenir dans les deux prochaines années? Que deviendront nos relations socioprofessionnelles? Que deviendront nos relations familiales? Sommes-nous sûrs que tout le personnel est épargné du risque de suicide ou de démence face à ce que chacun traverse depuis cinq mois que les portes du GROUPE DE PRESSE LA GAZETTE DU GOLFE sont fermées? », s’interrogent Aristide Kanoussou et ses collègues.

Face à ce chômage qui donne de l’insomnie aux agents, ceux-ci lancent un plaidoyer à l’endroit du président Patrice Talon et au président de la Haac, Rémi Prosper Moretti. « Nous, personnel du GROUPE DE PRESSE LA GAZETTE DU GOLFE venons lancer un appel solennel à l’endroit de toutes bonnes volontés, notamment tous les acteurs à l’échelle sociale économique, politique et réligieuse pouvant plaider auprès du Père de la Nation, le Président de la République, son Excellence le Président Patrice TALON, à le faire aussi vite qu’ils le peuvent pour arranger la réouverture du GROUPE DE PRESSE LA GAZETTE DU GOLFE, afin de sauver des vies et consolider des familles. Le même plaidoyer nous le voulons en direction du Président de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication et ses conseillers », plaide le personnel.

11 réponses

  1. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Phobie ou pas..il va nous rendre compte…
    Prison à vie…
    C est sûr

  2. Avatar de Che Guevara
    Che Guevara

    Quel crime deonrologique ou Enrique la Gazette du golfe a t elle commise pour merite une telle sanction?
    Canal+ distribue tout le temps des informations, films et reportages impropres a la consommation. Pourquoi la HAAC ne s’insurge t il pas contre cela?

    1. Avatar de Aziz le sultan
      Aziz le sultan

      La phobie d un coup de force..!!!
      L idée d être victime d un coup à la kouandete..est la hantise.de Kim
      Il veut pas subir..le sort de bazoum…

  3. Avatar de Aziz le sultan
    Aziz le sultan

    Tous ceux qui..par esprit de vengeance..par traitrisme.ont fait du mal..a boni.. récolte..les inconvénients..
    Ajavon.. certaines presse…la fcbe
    Et ce n est que le début

  4. Avatar de sonagnon
    sonagnon

    Dans un pays démocratique, s’il y a un problème comme celui là, il appartient à la justice de se prononcer.

    On ne ferme pas un organe de presse, c’est tuer la démocratie qui a pour sève la pluralité des opinions, la liberté d’expression et de presse.

    Le Bénin n’est plus un pays démocratique, j’oubliais, nous retournons plus de 30 ans en arrière. C’est ça la rupture.

  5. Avatar de Joeleplombier
    Joeleplombier

    Surtout que dans ce pays il n’y a pas d’assurance chômage. Je suis de cœur avec le personnel et les familles.
    À qui la faute ??? À une ligne éditoriale défaillante et incompétente.
    Ce métier est un métier noble avec une déontologie à fleur de peau.
    Malheureusement des brebis galeuses ce sont infiltrés dans ce corps pour faire de la politique politicienne.
    Je ne crois pas que la levée de l’interdiction soit au niveau de la HAAC ; cherchez plutôt de l’autre côté ; la Marina.
    Ce qui est étonnant est le silence de notre ami Soumanou.
    Vraiment !!!
    Le Plombier universitaire

    1. Avatar de Imorou Nassirou KONANGAYE
      Imorou Nassirou KONANGAYE

      Libérez LNT!

      1. Avatar de Joeleplombier
        Joeleplombier

        Qui entrave l’exercice de LNT ; sa liberté d’expression écrite .
        LNT n’est-elle pas libre ??? Sinon pourriez-vous venir ici pour exprimer vos points de vue nauséabonds.
        Cherchez l’erreur.
        Le Plombier universitaire

        1. Avatar de Imorou Nassirou KONANGAYE
          Imorou Nassirou KONANGAYE

          S’il y avait la liberté totale, pourquoi parlerait on de ce problème de la HAC?
          Tu ne fais que confirmer ton niveau de déboucheur des WC et caniveau, on va t’y ensevelir …toi même tu …sais!

          1. Avatar de Joeleplombier
            Joeleplombier

            Ton argumentaire c’est déboucheur de WC ??? Triste personnage.
            Dégage enfoiré.
            Ne viens plus commenter ici mes posts.
            Inculte va .
            Le Plombier universitaire

        2. Avatar de Imorou Nassirou KONANGAYE
          Imorou Nassirou KONANGAYE

          un ouf possédé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *