Niger: après la France, les autorités veulent revoir tous les accords militaires

Les relations internationales entre le Niger et les pays disposant de bases militaires sur son territoire prennent un nouveau tournant, marqué par la décision du gouvernement nigérien de réviser l’ensemble des accords militaires. Cette annonce, formalisée dans une correspondance adressée aux représentations diplomatiques des pays concernés par le ministère des affaires étrangères du Niger, s’inscrit dans le contexte post-coup d’État du 26 juillet 2023.

Depuis lors, le Niger, dirigé par le Conseil National pour la Sauvegarde de la Patrie (CNSP), a exprimé fermement sa volonté d’affirmer sa souveraineté et de défendre ses intérêts nationaux. Cette décision, détaillée dans la correspondance, s’aligne sur la volonté de répondre aux exigences du peuple nigérien.

Publicité

Elle vise explicitement les pays partenaires disposant de forces militaires stationnées sur le sol nigérien, à savoir les États-Unis d’Amérique, l’Allemagne et l’Italie. L’objectif est clair : redéfinir ces accords dans une perspective de coopération bilatérale revigorée et rééquilibrée, préservant les intérêts et la souveraineté du Niger.

Parmi les premières conséquences visibles, le départ des soldats français du territoire nigérien, suite à leur refus de reconnaître la légitimité du CNSP au pouvoir. En réponse à cette position française, les autorités militaires nigériennes ont expressément sollicité et obtenu le retrait total des forces françaises stationnées au Niger.

Le dernier contingent de soldats français a ainsi quitté Niamey le 22 décembre dernier, marquant une étape significative dans la reconfiguration des relations bilatérales du Niger avec les puissances étrangères.

Publicité

Cette révision des accords militaires est porteuse de multiples enjeux. Elle souligne la volonté du Niger de rompre avec une certaine dépendance vis-à-vis des forces étrangères, affirmant ainsi son autonomie et sa capacité à diriger ses propres affaires de manière souveraine. En parallèle, cette démarche offre l’opportunité de redéfinir ces accords dans un cadre plus équilibré, favorisant une coopération mutuellement avantageuse tout en préservant l’intégrité territoriale et les intérêts nationaux du Niger.

8 réponses

  1. Avatar de Lionel Hubert GAMBA
    Lionel Hubert GAMBA

    Tiani restera. C’est un patriote. Y en a marre de la France voleuse de tout en Afrique. Et qui croit nous maintenir dans son illusion sadique.

    1. Avatar de Charity
      Charity

      Que Tiani reste ou pas on s’en moque. Ses compatriotes continueront de manger du sable. Tel est leur destiny.

      1. Avatar de Avouhan
        Avouhan

        Comment pouvez-vous affirmer de telles âneries.
        Décidément vous portez bien votre pseudo : Charity !
        Ce n’est pas un hasard.

        1. Avatar de Paqueto
          Paqueto

          est ce faux ? la meme chose pour toute cette arnaque d’AES !

  2. Avatar de Bazoom Ankolair
    Bazoom Ankolair

    Ne vous y trompez pas. Les bases militaires américaines au Niger seront fermées de même que toute toute autre base militaire étrangères.la coopération militaires peut être entendue sans présence permanente d’une base militaire dans un pays. c’est au mieux ce qui sera demandé à tout pays s’intéressant au Niger pour éviter le scénario de la France qui a été chassée et qui me laisse seul face à mon de même que ma famille.

    1. Avatar de Charity
      Charity

      Tant que les Russes et les Chinois roderont dans les parages, aucune base military American ne sera fermee.

  3. Avatar de Colonel ALLEY Alfonce
    Colonel ALLEY Alfonce

    Tchi_naï = tchi va partir, qu’il le veuille ou pas

    1. Avatar de Sonn
      Sonn

      De grâce un peu de respect au feu Colonel Alley. Il a des fils qui sont des amis qui suivent la LNT ici à Accra comme moi. Merci monsieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *