OPEP : 2 producteurs africains se prononcent après le retrait de l’Angola

Il y a quelques jours, l’Angola annonçait se retirer de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP). Luanda expliquait alors se sentir brimé par les quotas imposés, l’empêchant ainsi d’honorer ses contrats. Une décision qui fait date, que deux autres pays d’Afrique, le Nigeria et le Congo, n’ont pas manqué de commenter.

La semaine dernière, l’Angola annonçait son retrait de l’OPEP après que l’organisation ait assigné au pays, des objectifs de production assez bas pour 2024, à 1.11 million de barils de pétrole par jour, alors que le pays a besoin d’en produire 1.18 million pour honorer ses contrats avec ses différents partenaires internationaux.

Publicité

Nigeria et Congo réagissent au départ de l’Angola

Une décision qui a suscité les craintes des autres membres, de voir les représentants d’États africains, suivre le mouvement. Pourtant, dans un communiqué publié dans la foulée, le Nigeria, par la voix d’Heineken Lokpobiri, son ministre du pétrole, a annoncé que l’engagement d’Abuja envers l’OPEP demeurait inébranlable.

Le texte affirme que c’est la collaboration et l’organisation qui aideront à maintenir le marché, permettant ainsi de garantir aux consommateurs, des prix stables. Pour autant, le Nigeria devrait dépasser l’objectif fixé de 1.5 million de barils par jour en 2024, pour en produire jusqu’à 1.8 million.

Un constat partagé par le ministre congolais des hydrocarbures, Bruno Jean-Richard Itoua. Dans un communiqué de presse, ce dernier a affirmé que la République du Congo restait attachée à la politique mise en place par les membres de l’OPEP et de l’OPEP+. Le pays, qui a groupé les rangs de l’organisation pétrolière en 2018, s’est vu fixer une capacité de production de 277.000 barils par jour.

6 réponses

  1. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    On ne brade pas une richesse naturelle et les pays exportateurs de pétrole doivent , de concert, placer un niveau de vente qui leur permettra de … vivre.
    Quant aux occidents , la période de leurs injonctions est dépassée, ils doivent traiter d’égal à égal avec les pays de l’OPEP.

  2. Avatar de Ajrhourh Abdelaziz
    Ajrhourh Abdelaziz

    Oui pour l’Angola, le pays a besoin de vendre la quantité du pétrole pour subvenir à ses besoins.

    1. Avatar de Mohamed
      Mohamed

      Le maintien des prix est essentiel pour l’OPEP. Les récalcitrants sont les grands perdants car lorsque les quantités de pétrole augmentent, les prix chutent.

      1. Avatar de Jacques
        Jacques

        Tous les pays n’ont pas les mêmes besoins et intérêts au même moment. C’est le problème de toutes les alliances qui essaient de ratisser trop large. Vient le jour où ceux qui n’ont rien à gagner, si ils le peuvent, partent.

  3. Avatar de Karim
    Karim

    Quèdraogo

  4. Avatar de Bonvallat
    Bonvallat

    Maintenir un prix stable?
    A la hausse oui et dire que les occidentaux continuent, en sus, à financer socialement ces pays, c’est l’hôpital qui se fiche de la charité. Alors oui pour l’Angola et non pour les autres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *