, ,

Trafic de compteur au Bénin : Un chef de village et son complice en prison

Deux individus, dont le chef d’un village de l’arrondissement de Sékou, dans la commune d’Allada, sont actuellement derrière les barreaux dans une affaire de vol d’énergie électrique. Selon les informations rapportées par le média Bip Radio, les deux personnes mises en cause ont été arrêtées et placées en détention provisoire du fait de leur implication présumée dans une affaire de trafic de compteur électrique de la Société Béninoise d’Énergie Électrique (SBEE).

Ils ont été présentés au procureur

L’élu local est accusé d’avoir manipulé trois compteurs électriques de la SBEE pour alimenter frauduleusement ses moulins électriques. Après avoir été épinglé par les agents de la SBEE, les deux hommes ont été présentés au procureur avant d’être incarcérés. Notons que ce type d’affaires avait été envoyé à la Cour de répression des Infractions économiques et du terrorisme (CRIET), par les ONG ALCRER et Social Watch Bénin, en 2019. En cette année-là, les deux organisations avaient procédé à la documentation et à la dénonciation de quatre affaires.

Publicité

Sur ces dernières documentées dans le premier semestre de 2019, deux avaient été introduites aux autorités administratives et judiciaires. Au nombre des affaires dénoncées figuraient une évoquée par un groupe de citoyens sur de graves soupçons de « fraudes fiscales et douanières, de non versement de cotisations sociales et de traficotage de compteurs de la SBEE ». Pour rappel, cette affaire intervient quelques mois après la condamnation de cinq agents de la SBEE pour abus de fonctions et complicité d’abus de fonction.

Ils s’étaient retrouvés dans les mailles de la justice dans une affaire d’extension de poteaux électriques sans autorisation. La Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme avait prononcé sa sentence le jeudi 06 juillet 2023. Les prévenus avaient effectué une extension de poteaux électriques et posé sans autorisation formelle, 38 compteurs précisément à Dèkoungbè. Ils n’avaient pas nié les faits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *