USA: la crainte ultime de Donald Trump

L’ouverture du procès civil contre l’ancien président des États-Unis, Donald Trump, concernant des allégations de fraudes financières, représente une étape cruciale dans la série de défis judiciaires qu’il a rencontrés depuis la fin de son mandat. Alors que ce procès civil ne menace pas Trump de peine de prison, contrairement aux procès pénaux prévus pour 2024, sa récente décision de ne pas témoigner a suscité de nombreuses interrogations.

Sur Truth Social, Trump a déclaré qu’il n’avait « plus rien à dire », arguant avoir déjà fourni tous les éléments nécessaires lors des audiences précédentes.

Publicité

Une menace bien plus importante

Pendant ce temps, dans une autre sphère de défis politiques et juridiques, Trump fait face à une menace croissante concernant sa candidature à l’élection présidentielle de 2024. Le Colorado a voté pour retirer Trump du scrutin primaire républicain, invoquant la clause d’insurrection de la Constitution américaine.

Cette décision, ainsi que celle similaire prise par le Maine, met en évidence l’impact potentiel du 14e amendement sur son éligibilité. Shenna Bellows, la secrétaire d’État du Maine, a cité le rôle de Trump dans les événements du 6 janvier 2021, lorsqu’il a incité ses partisans à marcher vers le Capitole, comme raison principale de cette décision. Même si Trump semble confiant que la Cour suprême tranche en sa faveur, il craint que les juges se retournent contre lui face à la pression populaire. C’est ce que rapporte le New York Times qui relaie les propos d’un proche de l’ancien président.

Les candidats républicains sont pour l’heure partagés sur la posture à adopter. Le républicain, Chris Christie, a critiqué la décision du Maine, affirmant qu’elle transformait Trump en « martyr ». Selon lui, cela renforcerait l’image de Trump en tant que victime, un rôle qu’il sait habilement exploiter. D’un autre côté, un porte-parole de Trump a accusé Bellows d’être une « gauchiste virulente » et une « démocrate partisane et soutien de Biden », affirmant que ces actions constituaient « un vol d’élection en temps réel » et une violation des droits civils des électeurs américains.

Publicité

En résumé, Donald Trump se trouve actuellement à la croisée des chemins, confronté à des défis judiciaires et politiques complexes qui pourraient redéfinir non seulement son avenir politique, mais aussi l’avenir du paysage politique américain. L’issue de ces défis est encore incertaine, mais ils représentent sans aucun doute la plus grande menace pour ses ambitions de retour à la Maison Blanche.

4 réponses

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    Trump…« plus rien à dire » C’est un bon début.

    Ce type soit rester ce qu’il est : une erreur de la majorité des électeurs américains.

    \\\\.///
    (@_@)

  2. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Lire .. une fin brutale..

  3. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Il voudrait mettre fin brutale à la Démocratie Américaine, celle qui l’a permis de devenir le 45 ième président des USA. Avec sa richesse il se croit au-dessus de la loi, et un bon nombre d’idiots américains l’adorent et avalent sans questions ses grands mensonges qu’il vomisse. Trump ne réussira pas à ses rêves, son retour à la Maison Blanche, Trump mettra feu à tout sur son passage, et brûlera à terre la Démocratie aux USA et à travers le monde, donnant ainsi gains de causes à Poutine, Kim Jung One et autres dictateurs. Trump un enfant malheureux devenu président de la plus grande nation militaire et économique. Un minable, vermine si j’ose m’exprimer correctement. Et quelle honte pour cette famille dysfonctionnelle!

  4. Avatar de Mac Gobson TULL
    Mac Gobson TULL

    Donald alias dodo, un président en errance politique…c’est triste et malheureux…
    Nous ne vous autoriserons jamais à être candidat
    Amirican Capitol headsquater

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *