Algérie à la CAN: Belmadi le roi des excuses bidons ?

L’équipe d’Algérie, dirigée par Djamel Belmadi, a quitté prématurément la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2023, après une défaite surprenante contre la Mauritanie. Cette élimination pose des questions sur les explications fournies par Belmadi pour justifier les performances décevantes de son équipe. Au-delà de cette défaite récente, le sélectionneur a un historique de justification controversée lors de précédentes compétitions.

Dans le match crucial contre la Mauritanie, l’Algérie, malgré une possession dominante et des tentatives offensives, a échoué à marquer. Belmadi, en réponse à cette défaite, a pointé du doigt divers facteurs externes. Il a notamment critiqué l’arbitrage et la VAR, insinuant qu’ils ont joué un rôle dans l’échec de son équipe. Ces commentaires ont été perçus comme une tentative de détourner l’attention de la performance insuffisante de l’Algérie sur le terrain.

Publicité

Cet incident n’est pas isolé. Dans le passé, Belmadi a souvent attribué les revers de son équipe à des causes extérieures. Par exemple, lors de matchs précédents en Côte d’Ivoire, il avait évoqué la chaleur comme un facteur défavorable affectant ses joueurs. De même, l’arbitrage a fréquemment été une cible de ses critiques, Belmadi insistant sur le fait que les décisions des arbitres étaient souvent à l’encontre des intérêts de son équipe.

Ces excuses répétées soulèvent des interrogations sur la capacité de Belmadi à accepter la responsabilité des défaites et à reconnaître les lacunes tactiques ou techniques de son équipe. Alors que l’Algérie, championne en titre de 2019, avait des attentes élevées pour la CAN 2023, l’échec de cette édition met en lumière les limites de l’approche de Belmadi.

Face à la pression croissante des supporters et des critiques, et suite aux déclarations post-match, des rumeurs circulent sur une possible démission de Belmadi. Cependant, la confirmation officielle de sa part ou de la fédération algérienne de football reste attendue. L’avenir de Belmadi à la tête de l’équipe nationale est incertain, mais ce qui est clair, c’est que son penchant pour des excuses controversées n’est plus aussi facilement accepté par le public et les analystes du football.

2 réponses

  1. Avatar de Pas de mon
    Pas de mon

    🤢🤢🤢🤢🤢🤢🤢🤢🤢🤢🤢🤮🤮🤮🤮🤮🤮🤮🤮🤮🤮🤮👎👎👎👎👎👎👎👎

  2. Avatar de Lotfi Nezzar
    Lotfi Nezzar

    Le football algérien est dead mort comme Nezzar. C’est bizarre pour les novices mais les connaisseurs du système algérien savent que ce n’est que le début de la descente aux enfers. Je ne parle pas que de football hélas. Les algériens souffrent déjà mais cela va faire qu’empirer. Courage au peuple qui aura un jour sa revanche sur ces tortionnaires avides de pouvoir et de dollars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *