CEDEAO: un ex-ministre alerte et lance un appel à Tinubu après le retrait du Burkina, Mali et du Niger

Les annonces récentes des régimes militaires du Burkina Faso, du Mali et du Niger quant à leur retrait immédiat de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont créé une onde de choc au sein de la région ouest-africaine. Cette décision, justifiée par les autorités militaires comme une réponse à une prétendue menace que la CEDEAO représente pour ses membres, a été qualifiée par l’ancien ministre nigérian des Affaires étrangères, Bolaji Akinyemi, comme un signal alarmant pour l’avenir de la CEDEAO.

Akinyemi, s’exprimant lors d’une apparition à l’émission matinale de Arise TV, a souligné que les trois nations en question, membres fondateurs de la CEDEAO en 1975, ont connu des coups d’État militaires au cours des quatre dernières années.

Publicité

Le propos d’Akinyemi va au-delà des motifs officiels du retrait des trois pays, il pointe du doigt une dynamique plus complexe qui transforme la CEDEAO en un « champ de bataille » entre la Russie et les États-Unis. Ce scénario inquiétant s’inscrit dans un contexte géopolitique mondial où l’influence des grandes puissances s’étend jusqu’aux régions les plus reculées.

La temporalité du retrait des trois pays est également un élément crucial selon Akinyemi, intervenant juste après le départ du secrétaire d’État américain Anthony Blinken du Nigeria. Cette coïncidence soulève des questions sur d’éventuelles pressions diplomatiques ou des accords sous-jacents qui pourraient avoir influencé la décision collective de ces États du Sahel.

Par ailleurs, le non-alignement de la Guinée, qui, bien que dirigée par un régime militaire, ne suit pas les trois pays dans leur départ, ajoute une complexité supplémentaire à la situation. La formation d’une alliance entre le Burkina Faso, le Mali et le Niger, et leur expulsion des Français, semble dépeindre une division profonde au sein même de la CEDEAO.

Publicité

Akinyemi souligne également un aspect procédural important. Alors que le protocole de la CEDEAO stipule un délai d’un an pour le retrait d’un membre, la décision des trois pays de partir immédiatement crée une situation juridique confuse. Il reste à voir si la CEDEAO choisira de forcer leur maintien ou de profiter de cette confusion pour trouver des solutions temporaires.

10 réponses

  1. Avatar de Chabi Honoré CHABI
    Chabi Honoré CHABI

    La confusion et le mépris vis à vis des textes de la CEDEAO ont commencés avec les sanctions injustes et non prévues par l’organisation qui ont été appliquées ces pays. L’organisation ne peut donc en aucun cas se prévaloir du délai d’un an vu qu’elle-même n’a pas respecté ses propres textes : ce serait « Vouloir se prévaloir de sa propre turpitude » ce qui est une absurdité sur le plan juridique ; mais bon pour une organisation devenue un syndicat de chefs d’États mal élus, pour ne pas dire nommés par les impérialistes, et manquant de vraies personnalités, c’est une normalité. Tout compte fait, l’Afrique dans certaines contrées est résolument debout.

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Ces gens-là sont des fils de la nation, patriotes avant d’être des militaires. Nos gens manquent de beaucoup de disciplines. Un pays Africains, Asiatique ne pourra se développer sans disciplines.

  3. Avatar de Tchité
    Tchité

    Ces gens-là sont des citoyens, patriotes avant d’être des militaires. Nos gens manquent de beaucoup de disciplines. Un pays Africains, Asiatique ne pourra se développer sans disciplines.

  4. Avatar de mimio
    mimio

    la CEDEAO est juste devenu un instrument des puissances comme la France. Ses dirigeants sont manipulés sur les décisions. Ces pays ont 100% raison de quitter cette organisation dont les fondements ont été détournés par les présidents pour leur propre intérêt

    1. Avatar de Aisha
      Aisha

      Voilà !!! Mieux d’être seul que d’être mal accompagné

  5. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    @Tchité
    C’est toi le vrai aveugle, qui des fois raisonne en oubliant les faits politiques et autres . Du moment où tu vas appeler ces lâches putschistes « Patriotes » tu as manqué le vrai sens de ton post. Tu es devenu un réactionnaire ignorant depuis ton expulsion des Pays-Bas. Montre-nous les preuves que la France a importé le terrorisme dans ses trois anciennes colonies? L’africain est un type ignorant, idiot à la fois. Qu’est-ce que l’africain noir a à faire avec le Jihad Maghrébien? Quand l’africain noir va copier des idéologies néfastes qui n’ont rien à faire avec la politique intérieure du pays, mais cherchant à déstabiliser, à tuer, foutre le désordre, le résultat serait aussi du désordre d’où les putsches militaires. Je te conseillerais de raisonner comme un homme intelligent qui connait les pions politiques tels qu’ils sont joués en ces temps-ci sur le continent noir entre les grandes puissances.
    Brother open your eyes and mind to the realities, « wake up » the challenges facing Africa today are alarming. The continent is facing dire moments of survival.

    1. Avatar de Aisha
      Aisha

      celui qui n’a pas mené l’enquête n’a pas la parole

  6. Avatar de sonagnon
    sonagnon

    Ce ne sont pas des hommes d’Etat à la tête de ces pays, mais des militaires , qui n’ont pas leur place dans un palais, mais sur le champ de bataille.

    Il est vrai, la Russie profite de l’exploitation continue de nos pays par les occidentaux pour manipuler ces officiers qui n’ont aucune expérience des relations internationales.

    L’Afrique n’a rien à gagner en appartenant à un camp. On a tout à gagner si nous restons nous mêmes, et profitons des deux blocs qui se recréent
    La diplomatie nigériane doit prendre la situation en main pour ramener à l’ordre ces enfants récalcitrants de l’Afrique de l’Ouest.

    1. Avatar de Aisha
      Aisha

      Mieux vaut être dirigé par des militaires au moins eux dans leurs cœurs il y’a forcément même si c’est un tout petit peu du patriotisme

  7. Avatar de Tchité
    Tchité

    Toujours aveugles et navigant à vue ces politiques.
    Il ne veut pas prendre en compte l’origine des crises et de la responsabilité prise par des patriotes. Il faut toujours voir des puissance étrangères partout.

    Ik à oublié de dire que ces trois pays sont tous francophones et que le terrorisme fur imposé à leur peuple respectif de force par l’ancienne puissance coloniale.

    C’est simplement la Chine et les USA qu’il a vu. (Conséquences et non causes).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *