Hostile aux USA, ce pays teste ses missiles sur l’Ukraine

L’Ukraine, théâtre de la guerre, est aussi l’endroit pour certains pays de tester leur arsenal militaire. Le jeu des alliances fait qu’il est effectivement possible pour certains blocs d’engager des partenariats, notamment via la livraison de missile. C’est notamment le cas entre la Russie et la Corée du Nord. Sur le terrain, Pyongyang travaille dans l’ombre… Mais activement.

Sur fond de guerre en Ukraine, la Corée du Nord profite de la situation pour tester certains de ses missiles à capacité nucléaires. Une information confirmée ce jeudi par Joonkoon Hwang, ambassadeur de Corée du Sud auprès de l’Organisation des Nations Unies. Selon ses dires, des armes nord-coréennes auraient ainsi été utilisées à trois reprises, le 30 décembre dernier ainsi que les 2 et 4 janvier.

Publicité

Des missiles nord-coréens, testés en Ukraine

Toujours selon les dires de l’ambassadeur, la Russie aurait utilisé des missiles balistiques à courte potée de type KN-23. Des missiles bien connus puisque Pyongyang en aurait déjà effectué des tests en 2018 ainsi qu’en 2019, quand bien même jamais ces derniers n’avaient été utilisés sur le terrain. Des missiles de précision, qui peuvent parcourir jusqu’à 690 kilomètres au total avant de frapper la cible initialement prévue.

Des missiles balistiques compliqués à intercepter

Mais pourquoi la Russie se tourne-t-elle vers la Corée du Nord ? Tout simplement parce que, selon les analystes, les missiles nord-coréens sont plus compliqués à intercepter pour les Ukrainiens. Fin décembre, Kiev a confirmé avoir intercepté 149 des 166 missiles tirés par l’armée russe. Les missiles balistiques seraient les seuls à avoir franchi les défenses ukrainiennes, ce qui a donc donné des idées à Moscou pour pénétrer plus facilement l’espace ukrainien.

Une situation alarmante aux yeux de Joonkoon Hwang. En effet, cela démontre que la Corée du Nord dispose d’un véritable savoir-faire militaire et que l’exportation de missiles peut avoir d’importantes répercussions sur la paix dans la péninsule coréenne, mais aussi dans le reste du monde. Ce dernier a fustigé le silence de l’ONU qui, aux yeux de Séoul, participe à renforcer les objectifs belliqueux de la Corée du Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *