Russie: ce pays européen inattendu se prépare à une éventuelle attaque

La guerre en Ukraine continue d’alimenter les discussions, les politiques et les directives militaires, notamment en Europe. Plusieurs pays sont sur le qui-vive et se tiennent effectivement prêts à réagir à la moindre offensive. Une preuve supplémentaire que dans la région, c’est l’instabilité qui règne.

Que ce soit sur l’économie mondiale, les populations ciblées ou les relations diplomatiques entre les pays, il est vrai que la guerre en Ukraine a eu d’importantes répercussions. Certains pays, poches de l’Ukraine ou de la Russie, ont d’ailleurs tenu à se préparer à d’éventuelles incartades. Que ce soit la Pologne, la Moldavie ou encore les pays baltes, bon nombre de nations européennes se tiennent prêtes face à une éventuelle attaque russe sur leur territoire.

Publicité

L’Allemagne envisage diverses hypothèses

C’est aussi le cas de l’Allemagne ! En effet, Berlin a demandé à son armée (la Bundeswehr) de se préparer à absolument toutes les éventualités, à commencer par une attaque russe en Suède ou à l’encontre d’un pays membre de l’OTAN, situé à l’Est de l’Europe. Une information confirmée par le média Bild, se basant sur des données récoltées sur le document “Alliance Defence 2025”.

Ce document, sensible, est une sorte de feuille de route des prochains exercices militaires qui seront réalisés par l’armée allemande et ses alliés de l’OTAN, en région baltique. Divers scenarii sont d’ailleurs évoqués dans ce même document, avec notamment l’enrôlement, par l’armée russe, de 200.000 hommes supplémentaires sur le seul mois de février dans le but de mener une offensive d’ampleur sur l’Ukraine pour une victoire éclaire, en juin prochain.

L’Est de l’Europe, menacé par Moscou ?

Moscou pourrait alors être tenté de s’en prendre à trois pays, l’Estonie, la Lettonie ainsi que la Lituanie, dans lesquels de nombreuses minorités russes sont implantées. Une extension du conflit est alors imaginée, notamment en Pologne, pour récupérer le corridor de Suwalki, qui relie la Biélorussie à l’enclave de Kaliningrad. Ces multiples offensives pourraient aussi avoir lieu lors de la prochaine élection présidentielle américaine, période au cours de laquelle, aux USA, les regards seront davantage orientés vers qui dirigera le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *