Russie – Chine: voici les dernières révélations sur le projet de gazoduc

La Russie et la Chine s’apprêtent à franchir une nouvelle étape dans leur partenariat énergétique avec l’annonce récente concernant le méga-oléoduc Power of Siberia 2. Le vice-Premier ministre russe, Alexandre Novak, a révélé que le calendrier et les coûts de construction de ce projet colossal seront déterminés après la signature d’accords contraignants entre les deux pays. Cette déclaration souligne l’importance stratégique que revêt ce méga-oléoduc pour les deux géants énergétiques.

Power of Siberia 2 ouvrira la voie à des échanges gaziers massifs entre la Russie et la Chine, avec une capacité de livraison annuelle pouvant atteindre jusqu’à 50 milliards de mètres cubes de gaz. Cette quantité impressionnante équivaut presque à celle du gazoduc Nord Stream 1, aujourd’hui hors service après avoir été endommagé par des explosions en 2022. Le nouveau méga-oléoduc permettra ainsi de renforcer les liens énergétiques entre Moscou et Pékin, malgré les défis géopolitiques et les tensions internationales.

Publicité

Il convient également de noter l’importance croissante des exportations de gaz russe vers la Chine par le biais du Power of Siberia existant. Depuis le début des livraisons en 2019, ce gazoduc a joué un rôle crucial dans l’approvisionnement en gaz naturel russe vers la Chine, conformément à un accord bilatéral de 30 ans. Avec une capacité opérationnelle prévue de 38 milliards de mètres cubes par an d’ici 2025, le Power of Siberia continue de jouer un rôle essentiel dans la dynamique énergétique régionale.

Les ambitions de la Russie ne s’arrêtent pas là. Gazprom, le géant énergétique russe, a enregistré neuf records d’exportations quotidiennes de gaz vers la Chine en 2023. Cette tendance à la hausse des approvisionnements en gaz illustre la confiance croissante de la Russie dans son principal partenaire commercial. Avec l’achèvement prévu de Power of Siberia 2, le volume total des livraisons de gaz russe vers la Chine pourrait atteindre près de 100 milliards de mètres cubes par an, marquant ainsi une nouvelle ère dans les relations énergétiques russo-chinoises.

Cependant, malgré ces avancées prometteuses, des défis subsistent. La dépendance croissante de la Chine à l’égard du gaz russe pourrait susciter des inquiétudes quant à sa sécurité énergétique, notamment en cas de tensions géopolitiques. De plus, les pressions internationales croissantes en matière de transition énergétique pourraient inciter la Russie et la Chine à diversifier leurs sources d’énergie à long terme.

5 réponses

  1. Avatar de Alistair
    Alistair

    « De plus, les pressions internationales croissantes en matière de transition énergétique pourraient inciter la Russie et la Chine à diversifier leurs sources d’énergie à long terme. »
    Deuxième énormité, qui va dans le même sens que la première. Non la Russie ne dépend de personne en matière d’énergie. Que ce soit pour les hydrocarbures ou l’uranium ou même les terres rares, avec un territoire aussi immense, aussi bien en surface par habitant que dans l’absolu (ça reste le plus grand pays du monde), il y existe certainement plus de ressources aujourd’hui Inconnues qu’ailleurs danse le monde en raison de ce rapport. La Chine est au contraire aujourd’hui dépendante des autres pour son approvisionnement énergétique, mais ça changera bien un jour étant donné l’évolution dans leur maîtrise atomique et leurs investissements dans l’éducation comparé à ce qui se pratique en occident.

  2. Avatar de Alistair
    Alistair

    « ces deux géants énergétiques » 🙄
    Sérieux? Non pas vraiment, ce propos est juste ridicule. La Russie, l’est sans aucun doute, la Chine est géante aussi sur de multiples aspects, mais elle n’est certainement pas un géant sur le plan énergétique. Honnêtement, j’ai perdu tout intérêt à lire le développement après cette absurdité record.

  3. Avatar de Claude B
    Claude B

    Radieux, rien de démontré jusqu’à maintenant.

  4. Avatar de Ali
    Ali

    A dieu les états unis et ses alliés avec leurs.L’avenir c’est pour les pays de l’EST.

  5. Avatar de Le Baikal
    Le Baikal

    Deux pays dont la politique de développement est identique . Deux pays dont la politique sociale est confondue , le russe et le chinois partage la même notion d’appartenance à leur pays : un patriotisme sans égal dans le monde.
    Deux pays qui partage le même « ennemi » ne peuvent que s’entendre sur leur avenir. L’avenir du monde qui bascule vers l’Est , un avenir radieux pour le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *