Tensions Maroc-Algérie: à la CAN, un rebondissement inattendu

Depuis quelques jours, a lieu la CAN 2024, en Côte d’Ivoire. L’occasion pour les meilleurs footballeurs du continent africain, de montrer au monde entier, toute leur valeur. L’objectif final ? Soulever le trophée à l’occasion d’une finale qui aura lieu le 11 février prochain. D’ici là, de nombreux matchs doivent encore avoir lieu…

Mais alors que la compétition bat son plein, une première grosse polémique est venue entacher le déroulé, jusqu’alors parfait, de cette CAN 2024. En effet, Adel Amrouche, sélectionneur algérien de la Tanzanie, a récemment affirmé que Fouzi Lekjaa, haut fonctionnaire, politique marocain, mais aussi dirigeant du RS Berkane, avait une influence un peu trop importante au sein de la CAF.

Publicité

Adel Amrouche attaque Fouzi Lekjaa et le Maroc

Une sortie sur fond de tensions entre le Maroc et l’Algérie, qui n’a été au goût de la Fédération tanzanienne, qui n’a pas hésité à le désavouer dans la foulée. En outre, la CAF, la Confédération Africaine de Football, aurait tout simplement décidé de faire appel à sa commission de discipline, pour statuer sur ces propos. Une sortie qui a été effectuée quelques jours avant la défaite de la Tanzanie, face aux Lions du Maroc, 3 buts à 0.

En effet, les deux nations sont dans le même groupe, le groupe F. Une manière de mettre la pression avant le match, pour éventuellement influer sur le score final ? Pour Amrouche, il semble toutefois être clair que la sélection marocaine décide d’absolument tout dans le football africain, et qu’ils auraient même le choix dans la sélection des arbitres des matchs officiels.

Un sélectionneur désavoué

De telles accusations ne sont pas nouvelles, puisqu’il y a quelques mois, l’été dernier, Lekjaa était déjà pointé du doigt par les équipes algériennes, pour un éventuel rôle joué dans l’attribution, au Maroc, de la CAN 2025. Des propos qui ont suscité une vague d’indignation chez les officiels du monde du football. Wallace Karia, président de la FTF (Fédération Tanzanienne de Football) l’a notamment qualifié de provocatrice.

Publicité

Adel Amrouche fair-play en fin de match

Un recadrage public, qui pourrait avoir eu son effet. À la fin de la rencontre entre la Tanzanie et le Maroc, Adel Amrouche a été particulièrement fair-play, reconnaissant non sans mal la qualité de cette valeureuse équipe marocaine. Il a aussi rappelé leur parcours lors de la coupe du monde 2022 (demi-finalistes) ainsi que leur éclatante victoire contre le Brésil (2 buts à 1) au mois de mars dernier.

Une chose est certaine, ces tensions entre l’Algérie et le Maroc commencent à avoir une influence certaine dans bien des domaines. Car outre le sport (et le football), ce sont aussi les relations diplomatiques avec d’autres nations, comme la Mauritanie, qui sont directement ciblées. Récemment, Nouakchott, proche d’Alger, a ainsi annoncé la hausse de 171% de ses droits de douane à l’encontre de transporteurs marocains !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *