USA: Donald Trump condamné, une sentence totalement inattendue

À New York, ce 26 janvier 2024, l’ancien président américain Donald Trump a fait face à un verdict de condamnation dans une affaire de diffamation, ébranlant son statut de figure dominante dans les primaires républicaines et son positionnement en vue des élections présidentielles de novembre face à Joe Biden. Trump, qui a quitté le tribunal fédéral de Manhattan peu après l’annonce, a été sommé de payer une somme colossale de 83,3 millions de dollars à Elizabeth Jean Carroll, auteure l’accusant de diffamation sur un fond d’allégations de viol remontant aux années 1990.

Le procès, qui a démarré le 16 janvier dans une atmosphère tendue, a mis en lumière les tensions politiques et sociales sous-jacentes, avec Trump accusant à nouveau l’administration Biden de mener une « chasse aux sorcières » à son encontre et contre le Parti républicain. L’issue du procès reflète non seulement les enjeux juridiques mais aussi les clivages politiques profonds aux États-Unis.

Publicité

La somme allouée à Carroll par le tribunal inclut 65 millions de dollars de dommages et intérêts punitifs, soulignant la gravité des actes reprochés à Trump. Le jury populaire a spécifiquement reconnu une intention de « nuire » de la part de l’ex-président, âgé de 77 ans, dans ses propos diffamatoires envers Carroll, qui demandait initialement au moins 10 millions de dollars pour préjudice moral et professionnel.

Elizabeth Jean Carroll, ancienne chroniqueuse pour l’édition américaine du magazine Elle, a porté des accusations graves contre Trump, affirmant qu’il l’avait vi0lée en 1996 dans une cabine d’essayage d’un grand magasin de New York. Suite à une autre plainte au civil pour viol et diffamation en 2022, Trump avait déjà été jugé responsable d’agression sexuelle et de propos diffamatoires, avec une condamnation à verser cinq millions de dollars de réparation.

Face à cette condamnation, Trump a rapidement exprimé son mécontentement sur son réseau social Truth Social, qualifiant le jugement de « ridicule » et annonçant son intention de faire appel. Cette affaire ajoute une nouvelle couche de tension à la campagne de Trump pour les élections de 2024, augmentant les enjeux et attirant l’attention sur les défis juridiques et éthiques auxquels il est confronté.

5 réponses

  1. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Un véritable nettoyage à sec, mieux que le prix « Rieu Sec ».

  2. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    Trump est un idiot, un bouffon, un clown. Il est géant de taille, avec la cervelle d’un moineau, mais le moineau est plus intelligent que Trump. What pity!

    1. Avatar de Chakirou
      Chakirou

      Précision: Atlantean:
      Il est géant de taille, avec la cervelle de Dr Doss , celle d’un huitre écervelé , tralala , tremousseur kobo flanwé dixit ???

  3. Avatar de The Atlantean
    The Atlantean

    « USA: Donald Trump condamné, une sentence totalement inattendue »
    Le crime n’a pas, et n’aura pas une date d’échéance ou d’expiration. Trump est un criminel devenu président (machine enregistreuse) de monnaie. Un gourmand, un idiot qui se comporte d’une manière désordonnée, un vicieux. Oui il aime bien attraper les femmes par leur pussy, et je crois qu’il y est grand temps que quelqu’une attrape sa queue et son portefeuille à la fois.
    Dans les bonnes circonstances le crime paie toujours.

  4. Avatar de Tchité
    Tchité

    La politique. Quelqu’un avait tu une affaire de depuis 1990, pour la ⏰️ réveiller au moment opportun ? Pourquoi pas plus tôt ?

    Il faut condamner les criminels, mais lorsque la politique s’y mêle c’est autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *