,

Agences de sauvegarde de la culture dans les aires socioculturelles du Bénin : les précisions du ministre Abimbola

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Cotonou le 6 février 2024, le ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts, Jean-Michel Abimbola, a fourni les informations nécessaires concernant les quatre agences de sauvegarde de la culture dans les aires socioculturelles du Bénin.

Créées en conseil des ministres le 31 janvier 2024, les quatre agences de sauvegarde de la culture dans les aires socioculturelles du Bénin ont pour mission principale d’élaborer des plans de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et assurer leur mise en œuvre dans la perspective d’améliorer leur contribution au développement socioéconomique du pays.

Publicité

A cet effet, elles sont chargées de soutenir l’identification et l’inventaire des éléments du Patrimoine culturel immatériel (PCI) dans leur aire culturelle de compétence et qui offrent des avantages pour le développement touristique ; de veiller à leur sauvegarde et à leur mise en valeur ; d’œuvrer à l’appropriation et au développement du patrimoine culturel immatériel auprès des jeunes, et notamment en milieux éducatifs ; de contribuer à la mise en œuvre des actions dans le cadre de l’élaboration des dossiers d’inscription des biens du patrimoine culturel immatériel sur la liste du patrimoine de l’humanité et de promouvoir des actions de sauvegarde favorisant l’harmonie et la cohésion sociales, le respect de la coexistence, de la tolérance religieuse et des pratiques coutumières conformes aux lois et règlementations en vigueur.

Elle auront à s’occuper des représentations, traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur d’expression et de transmission, ainsi que les espaces, artefacts et objets associés ; des arts de spectacle ; des pratiques sociales ; des connaissances se rapportant à la nature et à l’univers ainsi que ceux liés à l’artisanat traditionnel.

En ce qui concerne les intitulés, il s’agit de l’agence de sauvegarde de la culture Adja-Tado, l’agence de sauvegarde de la culture Yoruba, l’agence de sauvegarde de la culture du Grand Borgou et l’agence de sauvegarde de la culture des Montagnes. Les agences ne disposent pas de territoires physiques de compétence mais couvrent plutôt des espaces socioculturels. Pour réussir la mission, chaque agence est dotée d’un conseil scientifique de trois spécialistes de l’aire socioculturelle, une personne ressource spécialiste du patrimoine culturel immatériel et un représentant de l’Agence de sauvegarde de la culture concernée.

Une réponse

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    Excellente idée, à condition que ça bosse. Mais ça, seul l’avenir le dira

    \\\\.///
    (@_@)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *