,

Bénin : Deux personnes meurent par noyade à Malanville

Deux morts et un rescapé, c’est le bilan d’un drame qui s’est produit ce lundi 12 février 2024 à Galiel, une localité de la commune de Malanville. Tout est parti du chavirement d’une pirogue. Deux femmes et un jeune homme étaient à bord de ce moyen de transport couramment utilisé dans cette région du Bénin. Ces deux femmes s’étaient rendues au champ dans la matinée de ce lundi à l’aide d’une pirogue. Mais elles ne pourront plus jamais retourner à la maison. Puisqu’au retour du champ après les travaux, leur barque s’est renversée au milieu du fleuve.

Selon les informations rapportées par plusieurs médias, seul le jeune homme qui n’est rien d’autre que le conducteur de la pirogue a pu survivre. Quant aux deux femmes, elles ont été malheureusement emportées par les eaux après plusieurs tentatives pour se sauver. Alertées, les autorités compétences se sont portées vers les lieux du drame.

Publicité

Après plusieurs heures de recherches, les corps inanimés des deux femmes ont été repêchés par les populations mobilisées pour les circonstances. Après les constats d’usage faits par les autorités, les corps de deux femmes ont été remis à leurs familles respectives pour inhumation. Les morts par noyade sont monnaie courante dans les localités qui bordent les cours d’eau.

Dans les régions septentrionales, les agriculteurs et les commerçants pour mener leurs activités génératrices de revenus se trouvent parfois dans l’obligation de traverser le lac. Malheureusement dans cette recherche de la pitance quotidienne, ils sont souvent victimes des cas de noyage.

Il faut noter que pour la plupart, les populations traversent les cours d’eau ou les fleuves sans aucune mesure de sécurité prétextant qu’elles savent nager. Pour remédier à ce phénomène, il va falloir que le gouvernement sensibilise les populations sur le port obligatoire de gilet de sauvetage avant toute traversée des cours d’eau.

Une réponse

  1. Avatar de Affivi
    Affivi

    Apprenez aux enfants à l’école à
    nager. A Ouidah par exemple, j’ai constaté que la quasi totalité des jeunes ignorent nager. C’est tout de même anormal, puisque la ville est à quelques centaines de mètres de l’océan et de la lagune. Le ministère de l’éducation doit se saisir du problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *