Economie: l’Europe tangue… les USA se portent bien

Dans l’arène économique mondiale, les disparités entre l’Europe et les États-Unis se sont accentuées, révélant une Europe aux prises avec des défis structurels et conjoncturels, tandis que les États-Unis démontrent une résilience remarquable. Les mesures de soutien budgétaire massives adoptées par les États-Unis, notamment le plan de sauvetage de 1.900 milliards de dollars en réponse à la crise du Covid et l’Inflation Reduction Act, ont propulsé leur économie vers une croissance robuste de 2,5% en 2023, une performance qui tranche nettement avec la croissance timide de 0,5% observée dans la zone euro la même année.

L’Europe, confrontée à une série de crises allant de la pandémie au retour de l’inflation, peine à retrouver son dynamisme économique. La situation est aggravée par des difficultés structurelles telles qu’une démographie vieillissante et une aversion pour le risque, qui freinent l’innovation et la croissance. En dépit des initiatives significatives, comme le plan de relance post-Covid de 750 milliards d’euros et le Green Deal, l’impact sur la croissance économique européenne semble limité par rapport aux mesures énergiques prises outre-Atlantique.

Publicité

La crise énergétique a mis en évidence les vulnérabilités européennes, exacerbant les coûts pour les entreprises et les ménages, en particulier dans des économies industrielles clés comme l’Allemagne. Les États-Unis, grâce à leur indépendance énergétique accrue, ont été relativement épargnés par cette crise, consolidant leur avantage économique.

La réponse des banques centrales à l’inflation, par le resserrement monétaire, a eu des répercussions divergentes de chaque côté de l’Atlantique. Tandis que la zone euro a vu le crédit se contracter, affectant négativement l’investissement et la consommation, les États-Unis ont maintenu une croissance et un emploi solides, défiant les anticipations d’un ralentissement économique.

Les comportements des consommateurs reflètent également ces différences économiques, avec des Américains continuant à dépenser malgré l’inflation, soutenus par des mesures de relance directe, tandis que les Européens, plus affectés par la perte de pouvoir d’achat, ont réduit leur consommation. Cette dynamique est renforcée par des différences démographiques, l’Europe étant pénalisée par un vieillissement de sa population, contrairement aux États-Unis où une démographie dynamique soutient la croissance économique.

Publicité

Le marché du travail américain, caractérisé par sa flexibilité, s’oppose à la rigidité européenne, où les protections de l’emploi et la réglementation peuvent entraver la mobilité économique. Cette flexibilité a permis aux États-Unis de s’adapter rapidement et efficacement aux changements économiques, tandis que l’Europe reste entravée par une certaine inertie.

Enfin, l’Europe est confrontée à une préoccupante baisse de productivité, en contraste avec les États-Unis où l’adoption de technologies avancées, comme l’intelligence artificielle, promet d’accroître encore davantage la productivité. Cette différence souligne l’écart croissant entre les deux économies, avec des États-Unis en position de force et une Europe en quête de solutions pour relancer sa croissance et sa compétitivité sur la scène mondiale.

Une réponse

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    La guerre en Ukraine a largement permis de tanker l’economie us. Ce fut les contraire pour les voisins de l’Ukraine qui sont obligés de débourser massivement pour payer les réfugiés et gérer les conséquences multiples.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *