Nucléaire en Afrique du Nord: la Russie va fournir des combustibles à ce pays

Dans un nouvel accord stratégique, l’usine de génie chimique de Novossibirsk en Russie, opérant sous l’égide de Rosatom, et l’Organisation égyptienne de l’énergie atomique ont scellé un contrat majeur. Ce contrat prévoit la fourniture à l’Egypte de composants de combustible nucléaire faiblement enrichis. Cette entente, annoncée récemment, s’inscrit dans le cadre d’un partenariat à long terme entre les deux nations pour soutenir le réacteur ETRR-2 du Caire, un projet d’une importance capitale pour le développement énergétique égyptien.

L’accord représente une étape significative dans le renforcement des liens entre la Russie et l’Egypte dans le domaine de l’énergie nucléaire. L’usine de génie chimique de Novossibirsk, une composante essentielle de TVEL, entreprise faisant partie intégrante du groupe Rosatom, joue un rôle clé dans la réalisation de cet accord historique. Les composants à fournir incluent des matériaux essentiels tels que des alliages d’aluminium et de l’uranium, ainsi que de la poudre d’aluminium, nécessaires à la production de combustible nucléaire.

Publicité

La livraison des composants est prévue pour être finalisée d’ici 2024, selon les informations fournies par le service de presse de Rosatom. Cette échéance témoigne de l’engagement des deux parties à respecter les délais convenus et à garantir la progression rapide du projet. Cette collaboration revêt une importance particulière pour l’Egypte, alors même que le pays s’efforce de diversifier ses sources d’énergie et de renforcer son infrastructure énergétique pour répondre aux besoins croissants de sa population.

L’expansion des activités de TVEL sur le marché égyptien découle en grande partie de la disponibilité de combustible nucléaire pour la centrale d’El-Dabaa, un projet d’envergure nationale en cours de construction. En effet, cette centrale, soutenue par un prêt russe à des conditions avantageuses, constitue un pilier essentiel de la stratégie énergétique de l’Egypte. Une fois achevée, elle fournira une source d’électricité stable et fiable à des millions d’Egyptiens, contribuant ainsi à stimuler le développement socio-économique du pays.

Le partenariat entre la Russie et l’Egypte dans le domaine de l’énergie nucléaire ne se limite pas à la fourniture de combustible. Il englobe également des initiatives de recherche et de développement, notamment à travers le réacteur de recherche ETRR-2. Situé au Centre national de recherche nucléaire d’Inshas, ce réacteur joue un rôle crucial dans la promotion de la recherche scientifique et technologique en Egypte, couvrant des domaines allant de la physique des particules à la création de radio-isotopes, en passant par la science des matériaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *