Russie – Chine: premières frictions ?

La dédollarisation, mais à quel prix ? En effet, depuis quelque temps, de plus en plus de nations se détournent du dollar au profit de leurs monnaies nationales. Si cela vise à réduire les dépendances vis-à-vis du billet vert, il faut encore que ce système se rode. Car certains soubresauts peuvent survenir. Moscou en a d’ailleurs fait les frais, après que des problèmes de paiements avec la Chine sont remontés.

En effet, l’une des principales banques chinoises pour les entreprises exportatrices russes, a décidé de suspendre l’ensemble des règlements avec la Russie. Problème, aucune explication n’a été donnée. Une situation qui a surpris, jusqu’au Kremlin, qui n’a pas manqué de reconnaître que des “problèmes” avaient actuellement lieu entre certaines sociétés et la Zhejiang Chouzhou Commercial Bank.

Publicité

Problèmes de paiement entre la Chine et la Russie

Une décision incomprise, qui a poussé le Kremlin à engager des discussions avec Pékin, afin de régler ce problème dans les délais les plus brefs. Mais cette décision pourrait en fait s’expliquer par l’annonce américaine selon laquelle de nouvelles sanctions économiques vont être prises à l’encontre de la Chine et de ses institutions. À l’heure où l’économie ralentit, c’est une annonce qui pourrait peser lourd dans la balance.

Une décision qui pourrait toutefois entacher les relations qu’entretiennent Moscou et Pékin. Depuis le début de la guerre en Ukraine, la Russie s’est rapprochée de la Chine, au point que les deux nations soient devenues des partenaires commerciaux de premier ordre. Or, si les sanctions internationales venaient à impacter la façon dont les banques chinoises travaillent, c’est au niveau bilatéral qu’elles pourraient finalement avoir le plus d’impact.

Décision unilatérale ou festivités à venir ?

Une autre explication, qui n’a absolument rien à voir avec l’économie, pourrait aussi expliquer cette décision. Il s’agit, ni plus ni moins, que du Nouvel An chinois. Et cette période de l’année marque un net ralentissement de l’activité économique des grandes institutions, qui se préparent pour les festivités. Celles-ci durent généralement, toute la première quinzaine de février.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *