Uranium: ces 3 pays détiennent plus de 50% des réserves mondiales

L’uranium, élément clé dans la production d’énergie nucléaire, est souvent perçu comme rare et précieux, étant donné les enjeux et les conséquences associés à son exploitation. Pourtant, contrairement à cette idée répandue, l’uranium est relativement abondant sur Terre. En fait, il est plus répandu que des métaux précieux tels que l’or et l’argent, et à peu près aussi commun que l’étain dans la croûte terrestre.

Selon une analyse effectuée par Marcus Lu de Visual Capitalist en 2021, basée sur les données de la World Nuclear Association mises à jour en août 2023, il apparaît clairement que trois pays dominent la carte des réserves mondiales d’uranium. L’Australie, le Kazakhstan et le Canada détiennent à eux seuls plus de la moitié des réserves d’uranium disponibles dans le monde.

Publicité

Parmi ces nations, l’Australie se distingue particulièrement avec ses vastes gisements, comptant actuellement plus de 1,7 million de tonnes d’uranium découvertes, ce qui représente environ 28 % des réserves mondiales. La mine Olympic Dam, située dans le nord de l’Australie-Méridionale, se démarque comme le plus grand gisement d’uranium au monde, tout en étant le quatrième plus important gisement de cuivre.

Cependant, malgré ses réserves massives, l’Australie ne se classe actuellement que quatrième en termes de production d’uranium et cinquième pour la production totale d’uranium de tous les temps. Cette situation laisse entrevoir un potentiel inexploité et une marge de progression importante dans le domaine de l’exploitation minière.

Outre les trois principaux détenteurs, d’autres pays comme la Russie et la Namibie se positionnent également sur la carte mondiale de l’uranium, détenant chacun environ 8 % des réserves mondiales. Suivent ensuite l’Afrique du Sud, le Brésil et le Niger, avec chacun une part de 5 % du total des dépôts mondiaux.

Il convient de noter que ces données reposent sur les réserves d’uranium connues et économiquement exploitables. La quantité totale d’uranium disponible reste sujette à variation, avec la possibilité de découvrir de nouveaux gisements grâce aux avancées technologiques dans le domaine de l’exploration minière. En effet, au cours de la dernière décennie seulement, les réserves mondiales connues d’uranium ont augmenté d’environ 25 %, témoignant des opportunités continues dans ce secteur crucial pour l’industrie énergétique mondiale.

Publicité

5 réponses

  1. Avatar de Tchité
    Tchité

    Vivement AES, l’Afrique pour les Africains en Afrique.

    1. Avatar de Michel
      Michel

      Kikkeboe,
      tu as amplement raison de dire que l Afrique appartient aux Africains, dès lors, et immédiatement tu peux y retourner sur le champ ( d uranium), goodbye and have a fine day everybody!

      1. Avatar de WTF
        WTF

        Le blanc de base… toujours le même refrain : « Retourne en Afrique »… Et qui te dit qu’il n’y est pas déjà et qu’il n’en a rien à cirer de ton pays ???

  2. Avatar de Tchité
    Tchité

    Allez-y comprendre quelque chose. En Allemagne et d’autres pays qui ne possèdent aucune mine importante, les écoliers apprennent dès le bas âge les métaux, minéraux et autres ressources naturelles. Nous, on est là à dormir, manger et danser. Quel avenir pour nos enfants dans ce monde ?

  3. Avatar de Tchité
    Tchité

    Que les Africains commencent et fournissent leurs propres études. Car, ce qui est souvent fait par les autres est de nous (2ème plus grand continent au monde, l’Afrique) minimiser et se s’offrir la part du lion 🦁 sur les marchés internationaux.

    Ne nous disaient-ils pas que l’uranium du Niger était insignifiant ? Si tel est le cas, puisque que la France n’a pas pu intervenir militairement dans ce pays, pourquoi est-ce que Areva(Orano) à repris son exploitation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité