La CEDEAO signe un accord avec un pays européen

La coopération internationale demeure un pilier essentiel dans la construction d’un monde pacifique et prospère. C’est dans cette optique que le mardi 12 mars 2024, la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a accueilli une délégation de hauts fonctionnaires espagnols dirigée par Diego Martinez Belío, Secrétaire d’État aux Affaires étrangères du Royaume d’Espagne, pour la signature d’un protocole d’accord historique.

Cette cérémonie marque un pas significatif dans les relations entre la CEDEAO et l’Espagne, renforçant ainsi leur partenariat stratégique pour la paix et le développement dans la région. Dans son discours d’ouverture, le Dr Omar Alieu Touray, Président de la Commission de la CEDEAO, a exprimé sa profonde gratitude envers l’Espagne pour son engagement continu dans le développement des infrastructures énergétiques, agricoles, et pour son implication dans les questions de genre au sein de la région ouest-africaine.

Publicité

Il a également salué l’initiative du projet « CEDEAO-Espagne Femmes, Paix et Sécurité », soulignant l’importance cruciale de promouvoir la paix et la sécurité pour assurer la stabilité et le développement durable dans la région. De son côté, M. Diego Martinez Belío a souligné l’importance du protocole d’accord signé, qui comprend une contribution financière volontaire de 2,565 millions d’euros.

Cette contribution vise à renforcer les institutions de la CEDEAO, à soutenir le Centre de développement du genre de la CEDEAO, ainsi qu’à promouvoir la sécurité alimentaire à travers la mise en œuvre d’une stratégie régionale novatrice. Un élément clé de cette stratégie est la création de 90 cantines scolaires, qui garantiront une alimentation sûre à près de 24 000 élèves, principalement dans les zones rurales et transfrontalières de la région ouest-africaine.

Par ailleurs, la signature du protocole d’accord a été suivie par le lancement officiel du programme « Femmes, Paix et Sécurité », démontrant ainsi l’engagement commun de la CEDEAO et de l’Espagne à promouvoir l’autonomisation des femmes et à renforcer leur rôle dans la consolidation de la paix et de la sécurité régionale. En outre, le lancement de la formation en langue espagnole pour le personnel de la CEDEAO témoigne de la volonté des deux parties de renforcer leurs liens institutionnels et culturels.

4 réponses

  1. Avatar de (@_@)
    (@_@)

    « Lire assurer la libre circulation des personnes et des biens » ça c’est la réalisation de la CEDEAO.

    Pour les liens et échanges avec l’Europe, ils sont très anciens (+5.000 ans), et il me parait sain qu’ils évoluent (continent à continent, Europe de l’Ouest, Afrique de l’Ouest) et se renforcent.

    Ceux qui sont restés isolés en payent le prix et en subissent la pression aujourd’hui : Taïwan, Ukraine…

    La Suisse elle, a la bonne position : « neutre » et au chaud au milieu du dispositif européen de l’Ouest.

    \\\\.///
    (@_@)

  2. Avatar de Clarisse Lavaine
    Clarisse Lavaine

    Lire assurer la libre circulation des personnes et des biens entre ke Bénin et le Nigeria ou entre le Togo et le Ghana.
    J’oubliais Hilacondji ente le Togo et le Bénin, ou a Kassoua (Ouake) toujours entre ses deux derniers pays.

  3. Avatar de Clarisse Lavaine
    Clarisse Lavaine

    Quand est ce que le Bénin quittera cette piteuse communauté?
    Chercher les financement en Europe, signer des accord avec des européens qui sont comme une peste aux yeux des populations de ce qui reste de la CEDEAO, au lieu d’assurer, ne serait que entre le Bénin et le Nigeria, juste a la frontière de Sème ou entre le Togo et le Ghana a la frontière d’Aflaho.
    Pitoyable ce Dr Omar Alieu Touray, très sale qui ne daigne meme pas raser sa barbe.

    1. Avatar de (@_@)
      (@_@)

      Non, ce n’est pas la bonne direction,
      surtout quand on voit apparaitre les 1ers signes pour leurs populations, du manque de clairvoyance des putschistes à cet égard.
      Ils dispersent le peu de force qu’a l’Afrique de l’Ouest, face au monde.

      Quoiqu’on en dise, quand on exclut les dimensions idéologique et politique, sur le plan économique la CEDEAO est une réussite, même si peut faire (beaucoup) mieux : libre circulation intra-africaine des personnes et des biens.

      Il est stupide et totalement inconscient de vouloir l’affaiblir au profit – soyons clairs – de puissance étrangère juste désireuse d’utiliser le continent africain comme un échiquier pour contourner l’Europe par son flanc sud et le désorganiser.

      Au bénéfice de qui ? Nous verrons…

      Aux dépens des africains de l’Ouest, ça c’est certain

      \\\\.///
      (@_@)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité