,

Le Bénin engagé à réhabiliter le périmètre rizicole de Malanville

Le gouvernement du président Patrice Talon se préoccupe des difficultés auxquelles font actuellement face les riziculteurs du grand périmètre de Malanville. Une équipe gouvernementale composée des ministres Abdoulaye Bio Tchané du développement et de la coordination de l’action gouvernementale, de Romuald Wadagni de l’Économie et des Finances en charge de la Coopération et de Gaston Cossi Dossouhoui de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche ont eu une séance ce jeudi 29 février 2024 à Malanville avec les membres de la Coopérative des riziculteurs de ce périmètre rizicole.

L’objectif poursuivi par les émissaires du président Talon est d’échanger avec eux pour apporter des solutions concrètes aux problèmes qu’ils rencontrent et qui plombent la production du riz, précise le site du gouvernement béninois. Ces problèmes sont entre autres liés à l’inondation du périmètre par les eaux souillées de ruissèlement venant de la ville et de la crue du fleuve Niger, à la vétusté des canaux d’irrigation installés depuis 1970, à la faible production de la station de pompage de l’eau du fleuve Niger vers le périmètre.

Publicité

Il s’agit également de la coupure de l’énergie électrique due à une dette de près de 100 millions FCFA à la Société béninoise de l’énergie électrique (Sbee) et le recours au fioul très coûteux, de la faible puissance de l’énergie électrique et puis de la mal gouvernance du périmètre. Face à ces difficultés évoquées par les riziculteurs, les trois ministres du gouvernement ont pris des mesures et des engagements pour soulager les peines de ces producteurs. S’agissant de la facture due à la Sbee, le ministre d’État Romuald Wadagni a pris l’engagement de l’éponger pour permettre le retour du courant sur le périmètre et relancer les activités sur le périmètre rizicole qui est de 516 hectares dont seulement 472 sont exploités.

L’argentier national a aussi rassuré les producteurs que des études sont déjà en cours pour régler les autres problèmes qui plombent la production sur le périmètre actuellement exploité, mais aussi aller à une extension du domaine estimée à au moins 4.000 hectares. Ceci avec l’appui financier de la Banque Africaine de Développement. « Nous sommes décidés à réhabiliter le périmètre et vous donner les moyens d’amplifier la production. C’est dans l’intérêt de la ville de Malanville et de notre pays qui ambitionne de vendre le surplus de la production sur les marchés internationaux, après les quantités requises et mobilisées pour la transformation locale », a déclaré Abdoulaye Bio Tchané, ministre d’État chargé du développement et de la coordination de l’action gouvernementale.

« Les producteurs auront tout à disposition, l’eau, les intrants, le Conseil agricole et mon souhait est qu’ils soient organisés pour effectivement aller au rendement de 8 tonnes au moins à l’hectare », promet Gaston Cossi Dossouhoui, ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. En de pareilles circonstances, les mots de reconnaissance ne manquent pas. Les riziculteurs en ont eus à suffisance pour remercier la délégation du gouvernement et son chef. « Grâce à ces solutions apportées par le Gouvernement, nous promettons au Chef de l’État de participer à son ambition d’aller à une production d’un million de tonnes de riz », s’est engagé au nom de ses pairs Adam Badou, président de la coopérative des riziculteurs du grand périmètre de Malanville. .

Une réponse

  1. Avatar de Kutivanvan Kutivan
    Kutivanvan Kutivan

    Que Aziz , Jojolabanane, Nopoléon, Che Guevara (tché guéééé vara vara) et Sonagnon qui nous gonflent ici, aille cultiver les rizières et qu’une rivière comme le Mékrou les avale et les entraine au Niger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité