An un de Talon: Un an d’affairisme au sommet de l’Etat

An un de Talon: Un an d’affairisme au sommet de l’Etat

« Je vais vous donner une certitude, une garantie, Patrice Talon a fini avec les affaires », ainsi parlait le président de la république en Janvier 2016

Interdiction des postes téléviseurs dans l’administration publique : résultats mitigés

L’une des grosses craintes des Béninois lorsque Patrice Talon briguait la magistrature suprême, est le conflit d’intérêt et le délit d’initié qui peuvent naître lorsqu’un homme d’affaires est au pouvoir. Un an après, même si Patrice Talon s’est déchargé de ses responsabilités à la tête de ses sociétés et s’occupe de la gestion du pays, la rupture du cordon ombilical avec le monde affaires n’a jamais été une réalité.

« Je vais vous donner une certitude, une garantie, Patrice Talon a fini avec les affaires », ainsi parlait le président de la république en Janvier 2016 alors qu’il était en tournée d’explication sur sa candidature à Paris. Il répondait ainsi à la question d’une béninoise de France qui a poussé sa curiosité jusqu’à poser la question de savoir comment il pourrait concilier ses affaires et la gestion de l’Etat une fois élu. Si le Chef de l’Etat a rassuré ses compatriotes à chaque fois que cette question lui a été posée, ses actes l’ont moins fait.

Une fois le pouvoir pris, le Chef de l’Etat a glissé lentement vers une gouvernance d’affairisme caractérisée par une opacité dans la gestion des affaires publiques, l’octroi des marchés gré à gré à des proches, le dépouillement de l’Etat de ses prérogatives régaliennes au profit des privés, le règlement tacite de tous les contentieux qui opposaient ses sociétés à l’Etat, leurs remises en activité et leur dédommagement. Tout ceci a été fait sans le moindre arbitrage.

Une rupture difficile

Bien que Patrice Talon ait décidé de ne plus être homme d’affaires, il n’en est pas resté trop loin. Dès le 19 avril, quelques jours après la prise du pouvoir, le gouvernement a par des arrêtés successifs, pris par le ministre de l’économie et des finances, procédé aux remboursements des entreprises Sdi et Sodéco de Patrice Talon, et Dfa d’Olivier Boko. Pendant près de trois mois, des dizaines de  milliards de francs Cfa ont été remboursés à ces trois sociétés dans la rubrique « Subventions à d’autres établissements publics » et du chapitre « appui à la campagne cotonnière ».

Le ministre Wadagni précise que lesdits décaissements permettront de faire face « aux opérations d’égrenage du coton graine au titre de la campagne 2015-2016 et d’autre part, « à l’apurement de la dette de la Sonapra vis-à-vis de la Sodéco ». Sans aucune forme de procédure, sans aucune décision de justice, même sans en informer le peuple, les sociétés de Patrice Talon ont été remboursées. Le gouvernement ne s’est pas arrêté en si on chemin. Le Conseil des ministres du 18 mai 2016 a décidé de retourner le Pvi à Benin Control. On se rappelle qu’au cours d’une sentence arbitrale du 13 mai 2014, la Cour de justice et d’arbitrage de l’Ohada avait ordonné au gouvernement béninois de rétablir Bénin Control pour la mise en œuvre du Pvi, sous peine d’amende après l’abrogation le 13 août 2012, du décret instituant le Pvi.

Chose curieuse, si c’est au cours du Conseil des ministres du 18 mai que le Pvi a de nouveau été accordé à Bénin Control, c’est dans la rubrique « annonces classées » de l’Apiex, du vendredi 04 novembre 2016, soit six mois après, que le Conseil d’administration change. Dans cette annonce classée émanant de l’office notariale de Me Francine E. Vittin, il est écrit noir sur blanc : « Les administrateurs ont par ailleurs nommé Monsieur Olivier Boko en qualité de Président du Conseil d’administration en remplacement de Monsieur Patrice Talon démissionnaire pour la durée restant à courir du mandat de son prédécesseur, soit jusqu’à l’Assemblée générale devant statuer sur les comptes de l’exercice 2016 ». La même annonce précise que le dépôt légal a été effectué au greffe du tribunal de première instance à compétence commerciale de Cotonou le 03 novembre 2016, sous le numéro 16 DA 5720.

Pour conclure, le Pvi a été retourné à Benin Control alors que son patron s’appelait encore Patrice Talon. Un conflit d’intérêt qui ne dit pas son nom et qui confirme les inquiétudes du début. Mais il y a un autre indice qui renforce les appréhensions des uns et des autres. C’est la présence d’Olivier Boko, le partenaire d’affaires du président de la république, dans  son entourage immédiat.

Sans aucun titre officiel dans l’appareil d’Etat, il est de presque tous les voyages du Chef de l’Etat et son influence grande sur les décisions du gouvernement. Surnommé même le Vice président, il est très influent dans le dispositif Talon où il aurait réussi à positionner ses éléments. Grâce au pouvoir, Patrice Talon est revenu en force et a repris sa main basse sur des secteurs vitaux de l’économie nationale. Il a repris totalement le Pvi, s’est fait rembourser pour ses usines réquisitionnées. Ainsi se gère le Bénin depuis le 06 avril 2016 par Patrice Talon, avec un associé d’affaires à côté.

On brade, on achète…

En un an, le gouvernement a peu bâti. Il n’a presque pas fait d’œuvres sociales. Plusieurs réformes mais une tendance a marqué les esprits : celle du business au sommet de l’Etat.  Plusieurs pans des prérogatives de l’Etat ont été confiés à des privés. Mais le plus grave, c’est les scandales autour de certains marchés juteux. Morpho Dys, Samtal … ont fait grand bruit ici.

Dans chaque cas, le gouvernement a voulu arracher ces marchés en cours d’exécution et les remettre à de nouvelles sociétés appartenant à des proches. Plusieurs autres marchés juteux ont été confiés à des sociétés françaises comme Deloitte, Safran, Attias… On n’a pas fait que ça. Le Chef de l’Etat a aussi, de son gré, choisi d’acheter une maison construite sur le domaine privé de l’Etat, et qui est juste à côté de sa maison. Tout ceci a été fait en catimini. Il a fallu la décision de la Cour constitutionnelle donnant avis favorable à cette vente pour qu’on découvre l’affaire. Sans vendeur, l’acheteur s’est confondu au vendeur pour fixer le prix d’achat.

Drôle de commerce. En un an sous Talon, on a vendu et acheté. C’est cela le fort du gouvernement.

Commentaires

Commentaires du site 20
  • Avatar commentaire
    Salif 7 mois

    Question:
    messieurs Pascal Irénée Koukpaki et Abdoulaye Bio Tchané font-ils toujours partie de l’équipe Talon ?
    Si oui, à quoi servent-ils ? On ne les entend pas. Quid de leur complicité, non disons, participation ?
    A force d’avaler des couleuvres, ils ne pourront plus rentrer dans leurs costumes.
    C’est vrai qu’un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne.
    Nos amis sénégalais diraient : « Amoul djom » traduction aucune fierté.

  • Avatar commentaire
    EU 7 mois

    Je comprends de moins en moins la ligne éditoriale de LNT. ça commence par sérieusement me faire peur la subjectivité de leurs journalistes.

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 7 mois

    Patrice Talon est clivant comme Berlusconi ou Nicolas Sarkozy dans une moindre mesure. Avec cet homme nous allons user beaucoup d’encre et de salive ! Paroooles, paroooles, paroooles, ainsi chantait cette chère Dalida.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 7 mois

    Même dans une démocratie,c’est inadmissible qu’un ban-dit à visage découvert puisse gouverner un pays. Talon doit partir. C’est le seul moyen aujourd’hui d’arrêtter le pillage sytematique au sommet de l’Etat et le conflit d’intérêt qu’il a instauré comme mode de gouvernance.

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 7 mois

      Napoléon, comment pensez-vous faire partir cet homme si habile ? Seuls les syndicalistes peuvent pousser les gens à descendre dans la rue ou faire grève pour réclamer sa démission et encore … cela n’est pas une certitude. Combien sont ces syndicalistes ? Quelques millions suffiraient à les faire taire. L’armée ? De ce côté aussi Talon doit avoir fait des promesses ou rendu des services à quelques hauts gradés dans le besoin. Ainsi on peut dire que le Peuple est fait comme un rat en attendant les prochaines élections. À l’arsenal dont disposait Berlusconi, il ne manque que plus la presse et toutes les autres voies d’informations. Combien de journaux Patrice Talon possède-t-il en réalité ? Nul ne sait car le bonhomme agit toujours dans l’ombre via des prête-noms. Un soulèvement spontané du peuple à l’exemple des guyanais est toujours possible, mais est-ce-que les Béninois sont assez braves pour cela ? La lâcheté de ce peuple n’est plus secret pour personne car chacun essaie toujours de tirer les marrons du sans se fier à une action collective.

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 7 mois

        J’ajoute que la victoire de Trump aux États Unis a redonné confiance aux chefs d’état mafieux et à tous les candidats malhonnêtes aux élections présidentielles. C’est curieux mais c’est ainsi.

  • Avatar commentaire
    macontribution 7 mois

    En 1983 Talon commence la négoce des emballages et des intrants agricoles. Il crée en 1985 la Société de distribution inter-continentale (SDI), qui fournit des intrants agricoles aux producteurs de coton. voilà ta gouverne informe toi d’abord Sieur GBetoMagnon ton pseudo dit tout déjà

  • Avatar commentaire
    Alexjosel 7 mois

    ET OUI TOUJOURS LA MEMOIRE SELECTIVE…
    LES BENINOIS PREFERENT RECOMPENSER LES TARES, PARESSEUX ET JOUISSEURS QUI AIMENT DEPENSER L’ARGENT PUBLIQUE SANS COMPTER A DES BUT PUREMENT POLITIQUE EGOISTES…
    YAYI A VIDE LES CAISSES DE L’ETAT POUR CREER DE DIFFICULTER A SON SUCCESSEUR COMME L’A FAIT KEREKOU POUR NICEPHORE SOGLO…
    C’EST DE BONNE GUERRE MAIS LE BENIN Y PERD ET TOUJOURS!!!

    VOUS AVEZ OUBLIE LES DECISIONS VICTORIEUSES DE JUSTICE DE TALON ET D’AJAVON CONTRE L’ETAT SOUS YAYI?
    SAVEZ VOUS COMBIEN TOUTES CES DECISONS PERDUES PAR L’ETAT SOUS YAYI BONI AVAIENT COUTE AU BUDGET NATIONAL BENINOIS???
    PENSEZ Y…TOUT LE MONDE PARLE DE PEUPLE AU BENIN ALORS UNE MINORITE D’AIGRIS ET AFFABULATEURS VOIRE DES COURTISANS DE YAYI ET D’AJAVON SE RETROUVENT SANS LES AFFAIRES DOUTEUSES, L’ARGENT FACILE DE LA CORRUPTION ET LES MAGOUILLES COMMERCIALES ET ADMINISTARTIVES SOUS YAYI…. HA LE PEUPLE? LA DEMOCRATIE… TOUT CE BLABLABLA SANS RESPONSABILTE INDIVUELLE NI COLLECTIVE.

    LES DIABLES ET MALINS QUI VEULENT VIVRE AU DESSUS DE LEUR MOYEN FINANCIER…MAINTENANT IL EST GRAND TEMPS DE COMMERCER A TRAVAILLER TRAVAILLER TRAVAILLER.
    SEUL LE TRAVAIL BIEN FAIT EST NOTRE SALUT!!!

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 7 mois

      C’est curieux car à en croire les touristes, ce serait plutôt le contraire ! Ils nous disent courageux et travaillleurs. Dès 4 heures du matin, des Béninois sont déjà levés pour vaquer à leurs affaires. Un seul homme ne peut jeter l’opprobre sur tout un peuple, nous méritons mieux.

  • Avatar commentaire
    macontribution 7 mois

    GbetoMagnon j’imagine ton âge à travers tes posts car tu ne connais rien de Talon ni de l’histoire de ton pays. Talon faisait des affaires bien avant la conférence nationale. Vas vérifier mon plaisantin.
    vous affirme des choses que vous ne connaissez pas

    • Avatar commentaire
      GbetoMagnon 7 mois

      ” tu ne connais rien de Talon, ni de l’histoire de ton pays.” Mdr ! Si tu savais…

      “Talon faisait des affaires bien avant la conférence nationale.” Il essayait… comme des milliers “d’hommes d’affaire” béninois. Et c’était dur.

      Vous me faites rire vous “tundé”, “macontribution”, alexjosel”, “Agadjavi” et autres.

      On dirait des voisins et oncles éloignés qui accourent à la sortie d’un conseil de famille pour essayer de refaire auprès des enfants de la famille et dans le quartier, la réputation d’honorabilité d’un oncle qui s’est fait prendre en train d’essayer de cramper la bonne.
      Elle s’est débattue et à appelé à l’aide, et là scandale !

      Votre champion est pareil, il a tenté de b.a.i.se.r… la Nation elle s’est défendue. Les cris ont fini par réveiller quelques députés et même, la grand-maman qui a tapé un scandale.

      Là vous venez nous expliquer que la bonne (la Nation), n’est qu’une petite dévergondée, écervelée, qui sera punie.

      C’est tout. Votre champion est un homme qui a été fait à coup d’appels d’offre offerts.
      Une fois riche, il a tenté de supprimer les témoins de ses turpitudes: ceux qui ont monté les combines pour lui, à qui il ne veut absolument pas renvoyer l’ascenseur et surtout auxquels il ne veut rien devoir.

      C’est leur problème remarque. Celui des béninois c’est de lui tordre le bras et de l’obliger à travailler pour le pays. Point barre.

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 7 mois

        Des affaires il en faisait comme n’importe quel jeune Béninois ambitieux. Je suis d’ailleurs étonné de rencontrer à l’agence d’Air France ces jeunes gens de moins de 30 ans achetant l’un un billet pour le Canada, l’autre un billet pour la Nouvelle Zélande. La France leur semble petite et ils veulent aller voir plus loin tous les business que l’on pourrait faire pour se sortir de la misère. J’ai appris que l’Australie est leur nouvel Eldorado. Enfin, qu’on ne vienne pas me dire que tous ces jeunes sont des vauriens, des dealers ou des vendeurs de drogues !

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 7 mois

    On va la faire “cash” parce que là, vous commencez à donner des signes que vous croyez à ce que vous écrivez.

    “N’eussent été ces injections de fonds…” qui lui ont été faites, grâce à YAYI, TALON serait pauvre comme job

    “Talon devrait_il au nom d’une approximative éthique morale,” très approximative alors la conception qu’a de l’éthique de ton lascar.

    Arrêtez de nous saouler avec vos affirmations ambiguës, qui tendent à faire du rejet une hérésie, par ce qu’il s’agissait d’une révision.

    Cette révision allait dans le sens contraire à celui voulu par le pays et le simple bon sens.

    Elle donnait tous pouvoirs et impunité à un homme déjà convaincu de:

    – s’être fait donner sa fortune par le président précédent aux frais de l’Etat béninois;
    – d’avoir tenté d’éliminer tout ceux qui ont eu la naïveté de l’aider à se hisser au pouvoir (YAYI, AJAVON).

    – torpiller toutes les affaires sur lesquelles son groupe clanico-familial (copains, cousins), veut mettre la main (SEGUB, Aéroport, etc…)

    Donc les “ouai, les béninois ne comprennent rien, ????” Ils ont tout compris et c’est ça votre problème.

  • Avatar commentaire
    Alexjosel 7 mois

    TROP DE BAVARDAGE!
    ON S’Y EST PREPARE CAR J’ESPERE QUE LES AIGRIS D’AJAVON N’AURONT LES YEUX QUE POUR PLEURER DANS QUELQUES ANNEES CAR TOUS CES DETRACTEURS SE SONT MIS UNE CHOSE DANS LA TETE. TALON EST LA POUR 5 ANS ALORS ILS SONT LA POUR LUI RENDRE LA VIE DIFFICILE OUBLIANT QUE LA CONSTITUTION LUI EN 10ANS.
    VOUS AVEZ VOTE CONTRE L’AMENDEMENT DE LA CONSTITUTION DONC RETENEZ CECI, TALON VA SE REPRESENTER A L’ELECTION PRESIDENTIELLE 2021 ET IL VA GAGNER HAUT LES MAINS….HAHAHA

    • Avatar commentaire
      Big 7 mois

      Au cas où vous dormez les yeux ouverts, plus aucun president ne peut voler ou confisquer le pouvoir avec le peuple et la force des reseaux sociaux. Donc se presenter ne veut pas dire gagner

  • Avatar commentaire
    sonagnon 7 mois

    Et nous avons des parlementaires qui émargent au budget national pour défendre les intérêts du pays.

    Le prédateur prend tout, avec la complicité des 60 parlements qui sont à sa merci.

    • Avatar commentaire
      Salif 7 mois

      Question :
      messieurs Pascal Irénée Koukpaki et Abdoulaye Bio Tchané font-ils toujours partie de l’équipe Talon ?
      Si oui, à quoi servent-ils ? On ne les entend pas. Quid de leur complicité, non disons, participation ?
      A force d’avaler des couleuvres, ils ne pourront plus rentrer dans leurs costumes.
      C’est vrai qu’un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne.
      Nos amis sénégalais diraient : « Amoul djom » traduction aucune fierté.

  • Avatar commentaire
    Tunde 7 mois

    Nul . Vraiment nul, après toutes​ ces explications vous persistez dans votre acharnement. N’eussent été ces injections de fonds , cette principale filière qui est l’unique produit de rente serait dans le chaos avec des milliers de pertes d’emploi comme conséquence. Talon devrait_il au nom d’une approximative éthique morale, laisser mourir le coton? Ça aurait été irresponsable.

    • Avatar commentaire

      injection de fonds par qui , dans quoi?
      expliquez nous ?
      l’injection de fonds que tout la monde a vu , c’est 42 milliards du tresor public vers Talon et ses copins de l’AIC !
      Les milliers d’emplois perdus dont tout le monde a connaissance, ce sont ceux des agents des structures du ministère de l’agriculture !
      Pour efficacité, on attend de voir les résultats de la prochaine campagne -celle menee par l’AIC et les structures que Talon a mis enplace-, et les effets de la 1ere mini-secheresse…

  • Avatar commentaire
    Helian 7 mois

    Tout à fait vrai.