Bénin: Patrice TALON défend son bilan d’un an d’exercice de pouvoir et rassure

Bénin: Patrice TALON défend son bilan d’un an d’exercice de pouvoir et rassure

Après un an d’exercice de pouvoir, le président de la république Patrice TALON se livre à l’exercice d’un bilan face à Prévert NOUTEHOU, André DOSSA et Rachidi ODJO.

Gouvernance Talon au Bénin : Le réquisitoire de Zéphirin Kindjanhoundé (soutien d’Ajavon)

Face à trois journalistes, Patrice TALON s’est prononcé sur les réformes et actions ayant marqué ses 12 premiers mois à la tête du Bénin. Parmi les sujets abordés, figurent : le rejet de la prise en considération du projet de révision de la constitution, la libération des espaces publics, l’interdiction de la vente de faux médicaments, le coton, la présumée interférence d’ Olivier BOKO dans la gestion de l’Etat, le PVI et bien d’autres.

Après un an d’exercice de pouvoir, le président de la république Patrice TALON se livre à l’exercice d’un bilan face à Prévert NOUTEHOU de l’ORTB, André DOSSA de Canal3 Bénin et Rachidi ODJO de Golf  Télévision. Cet exercice a été pleinement assumé contrairement à certaines indiscrétions qui affirmaient, il y a encore peu, l’incapacité du Président à dresser son bilan jugé négatif.  D’entrée, le Président de la république fait remarquer sa tristesse à propos du blocage de son projet de révision de la constitution par le parlement et avoue d’ailleurs, en être surpris. Selon Patrice TALON, ce rejet, plutôt que d’être l’émanation de l’opinion du peuple, est un « choix de principe politique ». En ce qui concerne l’opportunité de cette révision surtout par ces temps où le peuple se plaint pour son ventre, le Président trouve qu’il en a d’ailleurs consacré assez de temps pour son introduction à l’Assemblée Nationale, histoire d’approfondir toutes les réflexions y afférentes.

Déguerpissement, la solution la plus impopulaire, mais qui s’impose

L’autre mesure, ayant fait tâche d’huile pendant les 12 mois écoulés, est celui du déguerpissement.

« Il faut instaurer l’ordre avant de construire », affirme Patrice TALON.

Pour conférer au Bénin sa marque de pays assaini, il fallait faire l’option de la « solution la plus impopulaire ». Conscient du problème de chômage accru, de manque d’eau, de la situation de l’électricité non encore résolue définitivement, de la sclérose de la filière des véhicules d’occasion liée à la chute du Naira, en bref, d’une économie malade, le Président de la République juge nécessaire d’entreprendre cette démarche afin de préparer le pays à recevoir les projets s’inscrivant dans le cadre de l’aménagement du territoire. Comme projets, il annonce entre autres, la modernisation des marchés secondaires de Cotonou.

Quant-à la question liée à l’interdiction de la vente illicite des faux médicaments décriée par nombre de béninois, Patrice TALON s’interroge si le rôle d’un gouvernant est de laisser prospérer une activité jugée « dangereuse et mauvaise » pour les citoyens au motif que celle-ci nourrit une frange de la population. Il se justifie en ces termes : « Nos populations prennent leurs maigres ressources pour acheter des drogues, des médicaments qui les tuent ».

Bilan coton, un record historique

« La campagne cotonnière 2016-2017 est en train d’enregistrer un taux d’égrenage d’environ 4OO mille tonnes. Il reste encore dans les champs environ 50mille tonnes. D’ici la fin, ce serait un record historique jamais égalé. Depuis mon arrivée au pouvoir, mon gouvernement n’a injecté aucun centime dans la filière coton », apprécie Patrice TALON.

Choses qu’il entend d’ailleurs améliorer au grand bonheur des béninois. Pour se justifier, il fait une rétrospection pour dénoncer le régime défunt. Il relève que son prédécesseur a gaspillé 150 milliards dans le coton sans aucun retour. «  Cette somme aurait pu servir à construire des écoles, des hôpitaux, des routes,… ». Nonobstant ces réussites dont se félicite le chef de l’Etat, les populations restent très inquiètes, lui fait savoir André DOSSA de Canal3. Notamment, le rapprochement entre Olivier BOKO, son ami ou partenaire d’affaire et lui, porte à penser à des conflits d’intérêts, au clientélisme ou encore à l’affairisme au sommet de l’Etat. Patrice TALON affirme que sa fonction de Président de la république n’exige pas de lui un éloignement vis-à-vis de son « compagnon de fortune » comme il le nomme si bien.

Le PVI de retour, mais avec un nouveau visage

Dans la foulée des sujets à crainte, il y a également le retour du PVI. Là encore, le Président de la république rassure. Il affirme : « Restez tranquille ! Tout se fera dans les règles de l’art et dans l’intérêt général. Le PVI a été réhabilité. Je n’ai pas à donner des avantages à Bénin Control plus qu’il en a droit, comme par le passé. Au contraire, ces derniers jours, le gouvernement a obtenu de Bénin Control la refonte des tarifs ».

La réinstauration du PVI, en tant qu’outil de contrôle, est impérieuse pour faire barrage à la complicité qui lie souvent les douaniers aux importateurs. D’autres questions non moins importantes ont été abordées. Il s’agit surtout de celles relatives aux libertés individuelles et publiques. Le président rassure ne prendre aucune décision à l’encontre de ces libertés chèrement acquises. Le cas échéant, il dit que certains décrets pris s’insurgent contre les abus faits de ces libertés.

Pour preuve, le décret interdisant les manifestations des associations estudiantines dans l’enceinte du campus et invalidé plus tard par la Cour Constitutionnelle, vise à limiter les actes de vandalisme à caractère parfois « terroriste » qu’orchestrent certains étudiants.

Communiquer plus pour informer la masse populaire

S’il y a une chose qui a indéfiniment fait défaut au gouvernement de Patrice TALON en un an d’exercice, c’est bien la communication autour de ces actions. Il le comprend et promet corriger le tir. Patrice TALON met aussi l’accent sur certaines réformes qui se révèlent tardives. Il s’engage sur la restructuration du tissu commercial et industriel.

La production locale est désormais de mise avec pour conséquence, la variation des sources de revenus. Toutes ces actions visent ainsi, à insuffler l’économie.  Plusieurs études en cours ou en voie d’achèvement permettront d’aboutir à la réalisation de beaucoup de projets de développement à l’instar de celui de la mise en valeur de la vallée de l’Ouémé. Toutefois, il faudra de la patience pour atteindre le bout du tunnel. Et dernier point abordé, en prenant acte du rejet de son projet par le parlement, il déclare : « le projet de révision de la constitution sous le mandant de Patrice TALON, c’est terminé ».

La plus grande surprise de cet entretien, le Président de la république renonce solennellement à son ferme engagement de faire un mandat unique en ces mots: « Pourquoi voulez-vous qu’à titre personnel, je continue de dire que, ce qui n’est pas passé en règle générale reste pour moi ce que je proclame haut et fort ? …….. 2021 est encore loin. J’en aviserai en fonction de mon ressenti ».

Commentaires

Commentaires du site 22
  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 8 mois

    L’histoire des quatre enveloppes raconte une méthode de management moderne de plus en plus utilisée, partout, souvent, régulièrement en politique comme dans les affaires.
    C’est l’histoire d’un Dg débarqué par son Conseil d’administration et remplacé par un autre. Les deux hommes se retrouvent donc dans le bureau du sortant qui accueille le nouveau Dg en titre. Ce dernier faussement humble comme savent l’être les Béninois demande à son prédécesseur quelques conseils pour commencer son entreprise de redressement. Le sortant lui tend quatre enveloppes.
    Sitôt que j’aurai quitté ce bureau, ouvrez la première enveloppe lui dit-il avec un sourire énigmatique aux lèvres.
    Merci, vraiment, merci dit le nouveau.
    Une fois seul dans le bureau, le nouveau Dg ouvre l’enveloppe numéro 1 et y lit : FAITES UN AUDIT.
    Trois mois après, les choses ne s’arrangeant pas, il ouvre l’enveloppe numéro 2 : FAITES LE PROCÈS en incompétence de votre prédécesseur, lui conseille-t-on. Cela a bien amusé la galerie mais les difficultés sont toujours aussi présentes
    Six mois après, notre nouveau Dg confiant ouvre la troisième enveloppe sûr d’y découvrir le remède miracle à la crise qui secoue l’entreprise. CHANGEZ TOUT, lui conseille-t-on. Ce que fit Patrice Talon avec Toboula
    Dans la quatrième enveloppe on lui donne enfin la clé du succès : préparez 4 enveloppes et faites vos valises.

    • Avatar commentaire
      Septime Potan DAUDET 8 mois

      Pas mal – Un peu d’humour cela fait du bien – SPD. Une courte. C’est un président et son ministre des sots qui se font arrêter par le peuple suite à des malversations au sommet de l’Etat. Le peuple leur propose deux sortes de punition au choix: le Chichi ou la mort. Le garde des sots a l’honneur de choisir. Il choisit le chichi sans savoir ce en quoi cela consiste. Alors on le fait met à quatre pattes au milieu du cercle et tous les hommes virils lui ont sa fête en scandant chichichichichichi. Suite à cela, il décède. Au tour du président, il répond qu’il préfère la mort. Le peuple lui répond chichi d’abord. De l’humour bien évidemment. SPD

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 8 mois

        Je ne sais pas ce que Patrice Talon en pensera, mais il revendique le rôle de celui qui en. cule et il le fait bien depuis son élection et le peuple n’est pas encore mort.

  • Avatar commentaire
    Helian 8 mois

    Je n’attendrai pas 2026 pour demander de faire le ménage à la marina. Talon et son pvi doivent s’en aller.

    • Avatar commentaire
      Septime Potan DAUDET 8 mois

      J’ai longuement démontré qu’il ne finira pas son mandat,Talon. Il suffit de me relire. Je ne renverrai pas les post et les mêmes analyses. Passons à une autre lutte: la réalité du PAG sur le terrain. SPD

  • Avatar commentaire
    Septime Potan DAUDET 8 mois

    Talon est parfaitement dans son droit. Il a changé d’avis. Et alors? Il peut envisager de solliciter un deuxième mandat. Au peuple de jouer sa partition. SPD

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 8 mois

      Même si Patrice Talon est dans son droit, il n’empêche qu’il a menti. Ce mandat unique faisait aussi partie des pièges qu’il avait tendus au peuple pour être élu. Il se fait passer pour le sauveur du pays. Sauveur qui devait juste remettre de l’ordre, tout normaliser et s’en aller.
      Je me demande d’ailleurs pourquoi il évente si tôt ce secret qui n’est connu que de lui et de son cercle restreint. Quel nouveau coup nous prépare-t-il ?

      • Avatar commentaire
        Septime Potan DAUDET 8 mois

        Tu as parfaitement raison sauf qu’en politique, “Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. De même, la politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent”. Henri Queuille, plusieurs fois président du conseil et également ministre des finances et de l’intérieur sous la 3eme république. Il fut même ministre et secrétaire d’Etat plus de trente fois! Un véritable professionnel de la machine politique, et sa fameuse petite phrase est incontestablement le fruit d’une expérience professionnelle riche.

        • Avatar commentaire
          CODJO ATAKOUN 8 mois

          L’humour en politique est une forme d’intelligence qui n’est pas courante.

  • Avatar commentaire

    Bonjour,
    un utilisateur poste souvent des messages avec le pseudo “Anonyme”. Tous ses commentaires sont automatiquement bloqués parce que le pseudo Anonyme n’est plus autorisé sur le site.
    Nous demandons au concerné de choisir un autre pseudo s’il désire que ses commentaires soient publiés.
    Cordialement

    LNT

  • Avatar commentaire
    Courtois 8 mois

    Monsieur le President la campagne coton qui s’acheve n’est pas la votre. Voici ce qu’en pense un agent du carder qui je rapporte ici

    🆘 *Mensonge d’État*🆘
    Il paraît qu’on ne dit pas qu’une autorité a menti mais qu’il dit des contres vérités.
    Je suis un agent du Carder et franchement je ne m’en reviens toujours pas suite à la déclaration du Président de la République sur les prouesses du Coton cette année. J’ai cru entendre que le PR à dit qu’à son arrivée en Avril 2016, il n’y avait même pas 1kg d’engrais, ni 1L d’insecticide pour la campagne 2016-2017 qui s’annonçait déjà. *C’est grave*. Nos magasins étaient bourrés d’engrais et d’insecticides. La preuve, quand il a remis en scelle ses structures (Aic et Sodeco), elles sont venues sur le terrain accompagnées des structures comme la Sonapra qui gérait les intrants Coton et la CAIA qui gérait les intrants vivriers sous l’ancien régime. Il y a eu donc transfert de tous les intrants ( coton comme vivriers) de ces anciennes structures vers la Sodeco. La preuve, les producteurs de vivriers ont eu de grandes difficultés pour s’approvisionner en engrais vivriers puisque tout à été transféré pour le coton. Et la chèreté des produits vivriers comme le maïs actuellement le confirme.
    Les agents Carder ont encore assuré pour cette campagne comme les trois dernières campagnes. Le Président a oublié de dire quand il avait le monopole et gérait la filière jusqu’en 2012, la production oscillait entre 125mille et 174mille tonnes et qu’il a fallu la reprise par l’État pour qu’on approche les 400 mille tonnes et les dépasser cette campagne en cours. Qu’ils nous disent si l’Aic avait des Agents sur le terrain pour cette campagne dont il réclame les prouesses ou c’est la dizaine de cadres qui est à l’Aic à Cotonou et qui descend en mission juste sur le terrain pour suivre qui ont fait booster cette production? Non ce sont les résultats des Agents Carder actuellement sur le terrain ajoutés aux 1045 qu’il a par vengeance renvoyés. Une campagne qui doit commencer en Avril se prépare des mois à l’avance et il le sait très bien. La preuve, les engrais que son gouvernement à commandé sont venus après que la plupart des producteurs n’en n’avaient plus besoin.
    La campagne prochaine est celle de l’Aic et la Sodeco et on fera le bilan à la fin.
    Aujourd’hui tout est au ralenti et on se demande comment la campagne agricole va se gérer puisque les réformes peinent à être engagées et le déficit de personnel se fait sentir..
    Le PR a dit que des contres vérités et j’ai pas envie de continuer à les relever par respect pour la fonction présidentielle mais finalement c’est pas étonnant puisqu’il est capable de se dédire publiquement en 8 mois seulement. Le 1er Août il annonçait que même si ses réformes institutionnelles ne passaient pas il fera le mandat unique mais aujourd’hui il dit pratiquement le contraire. Donc rien d’étonnant. Auteur *Chabi M.*

    • Avatar commentaire
      SEGNI 8 mois

      Je suis triste pour toi cher ami! Il fera les 9 ans comme le stipule notre loi fondamentale.
      Si c’est le régime défunt qui a organisé la campagne de coton de 2017, j’ose croire que cela a toujours financé à des milliards. Alors qu’avec la rupture un seul copeck n’est injecté. Cher ami, félicitez la prouesse de ton ennemi!

      • Avatar commentaire
        Big 8 mois

        Ne soyez pas stupide segni, vous parlez comme si le renouvellement d’un mandat est automatique. Meme s’il faut soutenir koutché on le fera

    • Avatar commentaire

      Rien ne devrait nous etonner de ce marchand d’illusions…
      Bientot il nous dira que c’est grace a lui qu’il pleut …
      Ils sont venus au pouvoir en nous disant que Yayi a fait des emprunts pour faire campagne…
      En 1 an ils ont emprunte 395 milliards -plus que Yayi ait jamais emprunte en un an- dont 120 milliards a court terme, essentiellement pour des besoins de fonctionnement !
      Il nous dit que l’Etat n’a pas injecte 1 francs dans le coton, c’est vrai, il a injecte 42 milliards dans les poches de Talon et cie !
      le coton au Benin est un veritable racket ou l’etat assume les risques ( garantie de prets de fonds de roulement, garantie d’achat, garantie de paiment des producteurs…) et les prives passent au tiroir caisse engranger les profits…
      cette caisse a profit a ete perfectionnee par Talon et cie puisque maintenant ils vont decider de la qualite ( et donc des prix a payer aux producteurs)…

  • Avatar commentaire
    Kennedy A. 8 mois

    Il est sans doute que dès à présent, Talon rentrera en campagne pour 2021. Encore et encore, il va, comme de son habitude, injecté de l’argent pour l’achat de la conscience massive des jeunes. Et søyez rassuré, j’en suis très convaincu, bientôt les mouvement vont naitre d’un peu partout, les “fou du Roi” (thème mål utilisé en politique) vont surgir de nul part et ça y est, le slogan sera repris: “”Pourquoi voulez vous qu’à titre personnel, je continue de dire que, ce qui n’est pas passé en règle générale teste pour moi ce que je proclame Haut et fort””

    Monsieur Talon, c,est vous qui avez dit aucours de votre prestation de segment que vous allez fait uniquement cinq ans au pouvoir. Mr Talon, vous avez l’obligation et le devoir morale de partir definitivement en 2021. Ne tenter et ne tenter surtout pas à aviser quoi que ce soit. Le Bénin est un pays respecté aussi bien par sa maturité democratique que par le respect de la parole donnée par ses dirigeants. Kerekou avait donné sa parole en 90 et en 91, il l’avait respecté. Soglo avait donné sa parole, en 96, il avait échoué aux élection, il l’a respecté. Yayi avait donné sa parole en 2006, il a été réelu en 2011 et terminé søn mandat en 2016 en voulant laissant le pouvoir. Il a également respecté sa parole. Vous vous avez dit que vous ferai uniquement cinq ans sans une condition préalable. Vous n’avez jamais dit que vous ferez uniquement cinq ans si et seulement si la constitution était modifiée. Alors Mr Talon, ne vous fait pas manqué du respect par votre peuple. Respecter votre parole et rentrer dans l’histoire. C’est ainsi que vous serez porté en triomphe comme vous même vous l’avez voulu.

    • Avatar commentaire
      SEGNI 8 mois

      Ah bon, quelle parole a-t-il donné? Il n’a rien dérogé. Il ira au terme de ses deux mandats jusqu’en 2026. Le béninois devrait réfléchir avant de poser les actes. Vous l’avez empêché dans son projet phare et vous voulez qu’il ne respecte pas les possibilités que la loi fondamentale lui donne!

  • Avatar commentaire
    aziz 8 mois

    Me basant sur les faits..sur le vecu des beninois dans immense majorité…que

    _ Notre systeme démocratique de 1990..n’a pas atteint ses objectifs..par rapport à l’enjeu,aux fondamentaux..c’est dire donner,créer les conditions pour que les beninois vivent mieux

    _ le systeme démocratique..n’a profité qu’à une minorité,qu’à quelques parvenus,arrivistes,et situationnistes…qui se sont spécialiser…en culte de la personne..juste pour avoir une place,des riches sorits du néant

    _la gestion de cette démocratie…n’a profité qu’à des plus habiles..lepi céna,parlements,cours supremes,membres de la cours const,ces,et haute cours..

    _si on se premet..de calculer..ce qu’à couter la gestion de notre démocratie depuis…à nos jours..celà fera des briques de patates…

    _ le bilan social…est négatif…et s’est avéré non pertinent…et c’est la preuve que la démocratie…n’est pas un pret à porter,ni un chemin qui fait des miracles..

    Or donc ..or donc….des solutions exitent….

    1…Une décentralisation…qui fera de nos 77 communes…le centre du pouvoir d’état..avec une latitude de prendre et d’initier…tout..afin que chaque beninois,chaque communauté s’en sorte,s’adapte à ses propres réalités..

    Donner sa confiance..à l’état jacobien..est dépassé….et on le voit bien dans les pays germaniques….qui reussissent plus que les pays latins

    Au pire des cas…je ne souhaite pas que talon finisse son mandat…et mon souhait…est que l’armée…la seule encore républicaine prenne ses responsabilté..organise..une nouvelle conf nat,afin de se doter…une nouvelle const..je dirai le projet talon…débarassé des articles à polémique

    Car en effet…j’ai l’impression que nous tournons en rond..et nous perdons de temps

    • Avatar commentaire
      SEGNI 8 mois

      L’armée prendra le pouvoir après 2026, parce que l’armée n’en avait pris ni autant de Kerekou ll ni autant de Yayi. Comme une possibilité est offerte aux députés de faire le toilettage de notre loi fondamentale dans ses fond et forme pour une constitution de développement, et qui est rejetée à causes des raisons des intello aigris, le regret sera encore plus grand de voir des parvenus arrivistes situationnistes comme tu prétends le dire viendront au pouvoir pour faire les 10 ans. Pauvre de mon pays!

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 8 mois

      @Aziz,
      Pourquoi l’armée doit prendre le pouvoir.
      L’armée républicaine se subordonne au pouvoir civile.Elle n’a rien à chercher dans l’arène politique.
      “Prononciamento militaire”,nous avons dit: plus jamais au Bénin. Et il en restera toujours ainsi, quelqu’en soit l’acharnement de la Situation politique.Tout ce dont nous souffrons aujourd’hui, c’est les militaires sortis du rang qui nous ont créé tout cela depuis près de deux générations.
      C’est le peuple qui doit prendre le pouvoir. Voyez, au Burkina, ce n’est pas l’armée qui a pris le pouvoir pour chasser Blaise Compaoré. C’est la Population enragée qui l’a fait partir.
      -A l’heure où nous parlons toutes les frontières officielles, clandestines et informelles du pays
      sont sous l’oeil vigilant des Forces vives de la Nation.
      -Grève générale décrétée;
      -Cessation des activités dans tout le pays;
      -Convocation des Etats généraux;
      -La mise en place d’un comité de salut public;
      -Arrestation de Talon et tout son Gouvernement;
      _Arrestation de tous les députés achetés;
      _Le parlement dissout;
      _La convocation de nouvelles élections.

      Ainsi le peuple aura repris sa souveraineté et la conduite de sa destinée.
      Il aura procès avec assainissement des pilleurs à la tête de l’Etat et des jouisseurs de l’argent vo-lé dans les caisses de l’Etat.
      Pendant toute l’opération aucune force régulière de l’ordre ou aucun élement uniformé n’ausera tirer un seul coup ou chercherait à affronter les forces enragées du peuple, car tous sont aussi victime du pillage et du conflit d’intérêt de Patrice Talon à la tête de l’Etat.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 8 mois

    Un homme alor qu’il prend le pouvoir après des élections se voit léguer par son prédécesseur 3 enveloppes enfermées dans un tiroir.
    -“Elle sont numérotées vous n’aurez qu’à les utiliser dans l’ordreà chaque crise” lui dit le sortant.

    -1ère crise, le nouvel élu prend la 1ère enveloppe, l’ouvre et lit: “Tout est de la faute de mon prédécesseur, il a vidé les caisses”.
    Le nouvel élu donc, va rencontrer les médias et fait savoir à qui veut l’entendre que “c’est la faute de son prédécesseur”.

    -2nde crise, le (plus tout à fait) nouvel élu, ouvre la 2nde enveloppe et lit ” c’est la conjoncture internationale, la crise chez nos voisins, etc…” et il repart rencontrer les medias.

    Arrive une 3ème crise. Rodé, l’homme va donc dans son bureau, ouvre la 3ème enveloppe, l’ouvre et lit : “préparez 3 enveloppes”….