« Le mandat unique…pas nécessairement au Bénin » selon Jean Baptiste Placca

« Le mandat unique…pas nécessairement au Bénin » selon Jean Baptiste Placca

Dans son analyse, Jean-Baptiste Placca estime que cette révision constitutionnelle n’est pas consensuelle, et nombre de Béninois sont convaincus qu’elle recèle des intentions cachées ...

Bénin : Talon accuse, sur rfi, le camp Yayi de « partialité » à propos du blocage de la révision

Chroniqueur au quotidien La croix et fondateur de l’Autre Afrique, Jean-Baptiste Placca, invité de l’émission « la semaine de »  de la Radio France Internationale (Rfi) de ce samedi, a décortiqué l’actualité béninoise notamment le rejet du projet de modification de la constitution.

D’entrée il avance qu’un Chef d’Etat, quel que soit son génie, sa clairvoyance, ne peut s’estimer d’une intelligence supérieure à celui du peuple qui l’a élu. La force des grands leaders réside, justement, dans l’humilité, pour ne pas se croire au-dessus du peuple qui les a élus et qui les porte.

Dans son analyse, Jean-Baptiste Placca estime que cette révision constitutionnelle n’est pas consensuelle, et nombre de Béninois sont convaincus qu’elle recèle des intentions cachées, qui ne viseraient, au fond, qu’à octroyer des pouvoirs sans limites à « l’homme d’affaires Talon », pour lui permettre de renforcer ses intérêts, au détriment de l’intérêt général. De plus, le chroniqueur a soutenu que les attaques répétées après une année de gestion constituent des signaux, et il ne devrait pas infantiliser le pays qui se  veut toujours le Quartier latin de l’Afrique francophone

Quid du mandat unique ?

Si le mandat unique est un moyen d’éviter des crises sur le continent africain, Placca a démontré qu’il n’est pas nécessaire au Bénin, et dans d’autres pays du continent tels le Cap-Vert, le Botswana et en Afrique du Sud. A l’exception de Yayi, le Bénin est un exemple rassurant du respect de la limitation du nombre de mandats.

Il fera un bref rappel de la conférence nationale, et la présidentielle de 1996, avant de regretter l’humiliation qu’a connu Talon, qui a voulu mettre dans la constitution un engagement personnel fort honorable.

Commentaires

Commentaires du site 2
  • Avatar commentaire
    sonagnon 4 mois

    Un homme d’affaires n’est pas un homme politique. S’il a pu acheter les moutons qui sont à sa merci, des patriotes ont dit NON!!!

    BRAVO!!!

  • Avatar commentaire
    Amaury 4 mois

    Toujours égal à lui-même ce Jean Baptiste P. !!!! Je suis globalement en phase avec lui.