Bénin : Célestine Zanou veut faire la politique autrement

Bénin : Célestine Zanou veut faire la politique autrement

La présidente de la dynamique du changement pour un Bénin debout (Dcbd) Célestine Zanou et ses ambassadeurs Cz16, ont effectué une rencontre de retrouvailles et de réflexion autour des actions passées proches et futures de leur mouvement.

Passation de service: Azannaï demande, Talon refuse (lire les courriers)

C’était le samedi 27 mai 2017 au centre Ayifa dans la localité de Kansounkpa à Abomey-Calavi, non loin de la forêt sacrée des ancêtres divinisés. Dans un cercle restreint, le noyau dur de la Dcbd de Célestine Zanou a réfléchi sur le travail à faire pour recadrer le mouvement afin de faire la politique autrement.

Nous sommes au centre Ayifa à Kansounkpa (Abomey-Calavi), à des dizaines de kilomètres de Cotonou. Un cadre plutôt banal, mais calme et reposant, au milieu d’arbres et de fleurs, loin du tumulte de la grande ville. Il sonnait 09h30 min environ.

A l’entrée, sont positionnés quelques « gros bras » sollicités pour surveiller tout de près et réagir à la moindre attaque ou provocation. De loin, on aperçoit une petite salle à la forme d’une case ronde, devant laquelle un disc joker distille quelques palettes musicales en signe de bienvenue aux visiteurs.

Une banderole accrochée à un arbre renseigne sur ce qui motive la présence des gens en ces lieux ce samedi matin. Ce sont les retrouvailles des ‘’Ambassadeurs du Cz16’’, les ambassadeurs de Célestine Zanou pour l’élection présidentielle de 2016 certainement.

Silence de Célestine Zanou depuis l’élection

Effectivement, depuis l’élection de l’année dernière, on n’entend plus parler de l’Amazone et de ses lieutenants. Mais ils ont rompu le silence et effectuent leur grand retour sur la scène politique nationale. Quelques instants après l’installation des participants, la présidente de la dynamique du changement pour un Bénin debout (Dcbd) Célestine Zanou, fait son entrée dans la salle de conférence du centre Ayifa sous les ovations.

Avec un léger retard, la cérémonie démarre par le mot de bienvenue du président du comité d’organisation Michel Dossougouin, qui a remercié et félicité les participants pour avoir consenti des efforts et des sacrifices dans le cadre de cette rencontre plusieurs fois reportée mais qui se tient enfin. Il a loué le talent de pédagogue de la présidente Célestine Zanou, grâce à qui les retrouvailles se tiennent.

Rencontre de reconnaissance des acquis et de balisage du chemin

En plantant le décor, le président du comité d’organisation avait souligné que c’était une rencontre de reconnaissance des acquis et de balisage du chemin pour les actions proches et futures. C’était effectivement l’occasion de faire le bilan et de jeter un regard prospectif sur le mouvement en lui-même.

Lire Le dossier “Dangnivo” refait surface à l’Assemblée

Dans son allocution d’ouverture, Célestine Zanou a ajouté qu’ils sont à ces retrouvailles pour revisiter leurs acquis et se projeter dans le noble combat librement choisi, celui  d’être  au service du peuple béninois. Elle reconnait que des difficultés vont se dresser sur le chemin, parce qu’ils ont demandé à être « éjectés du bateau ». Elle souhaite que ses membres se concentrent sur la route vers Ninive, ce lieu mythique. Ce chemin sera parsemé d’embuches, mais la présidente de la dynamique du changement pour un Bénin debout a une certitude : leur objectif de gérer le Bénin n’a pas varié.

« Chaque jour qui passe me conforte, car nous avons semé une graine qui a donné un capital sympathique, devenu capital crédibilité, et qui ne demande qu’à être fructifié et converti en électorat sûr et convaincu. Nous avons la force et les moyens et je voudrais pouvoir compter sur vous dans cette marche pour le triomphe des valeurs », a-t-elle laissé entendre.

Le moment est venu…

La candidate à l’élection présidentielle de 2016 dira à ses militants que plus que jamais, le moment est venu pour qu’ils se tiennent prêts pour un délai critique de quelques semaines qui va précéder leurs innovations pour une nouvelle façon de faire la politique au Bénin. Pour Bienvenu Milohin un des collaborateurs de Célestine Zanou, et qui a présenté une communication à cette occasion, la sortie du samedi dernier est la rentrée politique de la Dcbd. Une série d’activités suivront les semaines à venir.

« Nous avons toujours été là pour le peuple. Nous ferons notre lecture et ne tarderons pas à faire nos propositions pour que ce régime puisse réussir, puisque d’une façon ou d’une autre nous y sommes mêlés. Il nous faut forcément apporter nos réflexions et propositions », a-t-il conclu.

Il faut rappeler qu’à part la communication de Bienvenu Milohin, plusieurs autres ont meublé cette journée de retrouvailles des ambassadeurs Cz16. Elles ont permis aux uns et autres de comprendre davantage les idéaux de la Dcbd

Commentaires

Commentaires du site 17
  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 3 mois

    Une fois encore, je dis que Mme Zanou ne doit pas oublier que Kerekou a quitté le pouvoir de puis for longtemps et qu’il nous a aussi quitté. Et que Mme Zanou ne s’imagine pas pouvoir espérer un quelconque poste du gouvernement de la rupture et que depuis les élections présidentielles plus personne n’a entendu le son de sa voix. Silence radio. Pour quelles raisons refait-elle surface ?

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 3 mois

      J’ajoute que Patrice Talon n’aime pas les femmes qui ont un caractère affirmé comme Zanou. Cela explique sa non participation au festin.

  • Avatar commentaire
    CODJO ATAKOUN 3 mois

    Mon commentaire dérange qui pour n’avoir pas été publié ? S’il y a des sujets sensibles, ne nous les proposez pas.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Ça est, zannou donne un peu de la voix , talon l’es.croc ne lui a rien donné comme os à rogner , même son ayadji gros nez ne partage pas avec elle

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 3 mois

      Bien vu. Tout est dit en peu de mots.

    • Avatar commentaire
      CODJO ATAKOUN 3 mois

      Donner de la voix ! Aoooh ,Tcho, vous l’assimilez à un clebard ?

  • Avatar commentaire
    aziz 3 mois

    Celestine zanou amazone…!!! ..gbedo amazone..!!!..rekia madougou ..amazone..!!!

    Je me demande..pour quels faits d’armes….depuis le renouveau…

    Elles n’ont jamais pu se faire élire…nulle part…meme simple conseillée municipale.

    Les contorsions médiatiques ,le matraquage médiatique,le conditionnement médiatique des populations..pour nous vendre…des médiocres…grace..aux aventages en nature et billets de banque…dis je tiennent lieu…d’engagement politique..

    Je m’insurge..contre cette insulte de nos braves guerrieres du royaume d’abomez..car en effet..etre amazone..n’est pas donné…à n’importe qui…surtout…aux p…de la république

    Ces femmes..opportunistes…n’ont jamais casser…la moindre brique…

    • Avatar commentaire
      Prince Toffa 1er 3 mois

      Aziz
      Chacune de tes soi-disant amazones n’a que la bouche et la plume. Elles n’ont aucun électorat derrière elles; meme leurs propres maris s’abstiennent de voter pour elles. Elles ne font que distraire le peuple !

      • Avatar commentaire
        aziz 3 mois

        A la rigueur…les deux premieres sont des amazones de kérékou..qui ne crache jamais…sur les morceaux….surtout..celles qui sont dotées d’attributs

        Quant à la derniere.. elle est amazone..pour celui…qui mise gros…en blé..

        • Avatar commentaire
          Che Guevara 3 mois

          Et voila!tu viens de redefinir toi meme le mot amazone qu’elles representent.
          Peut on se plaindre encore?
          A chacun son amazone!

          Faite la politique autrement? C’est quel slogan encore ca?
          Ces gens vont roubler le peuple dans toutes sortes de sauces

      • Avatar commentaire
        OLLA OUMAR 3 mois

        Est-ce qu’elles ont des maris même !

        • Avatar commentaire
          CODJO ATAKOUN 3 mois

          Si elles en ont alors elles les ont émasculés et portent leurs c.ouilles comme trophée !

          • Avatar commentaire

            En bandoulière ? Doyen codjo

    • Avatar commentaire
      Napoléon1 3 mois

      @Aziz,

      Marie Elise Gbedo fait àmon avis exception. Elle a une Formation, une Profession, elle est mère et elle dirige une association de renommée nationale au Service des droits et de la Promotion de la femme. C’est déjà un Minimum pour pouvoir constituer un Fonds d’électorat.

      Madame Rosine Soglo a aussi commencé par la fondation de “Vidolé” avant d’assoire “la Renaissance du Bénin” qui malgré ce que l’on peut en dire aujourd’hui a été pendant un temps une référence.J’ai toujours apprécié ces rares femmes de chez nous qui ne font pas du barbillage mais un peu du concrét quand même.

      Quand à Madougou, elle est une compatriote du Nord, je ne la connais pas assez bien et je m’abstiens toujours de faire des jugements hatifs sur mes soeurs du nord.

      Mais Zanou Célestine, depuis qu’elle a été la des-cen-te du l-i-t de Kérékou, elle pense pouvoir devenir quelque Chose dans la République, sans initiative et sans Vision. Elle se trompe éperdument.

      • Avatar commentaire
        CODJO ATAKOUN 3 mois

        Touchez pas à la belle Madougou ! Quant à Élise Gbedo, elle a encore de beaux restes pour son âge ! Pour le forumiste qui voulait trois amazones, le compte y est !

        • Avatar commentaire
          aziz 3 mois

          Doyen…!!!

          Les deux premieres…sont ménauposées…depuis..et ce n’est pas les cheveux de blanches mortes..qui changeront quoi que ce soit

          Elles ont assez servi..et ce sont des femmes d’occasion,de deuxieme,voire nieme main…

          Quant à la toute derniere..à vrai dire…il faudra rectifier ses villebrequins..et vis platinés…tellement..usés qu’elle est..

          • Avatar commentaire
            CODJO ATAKOUN 3 mois

            Je vois que notre Aziz national s’y connaît en réparation des “quinquagénaires jugement supplétif”.