Présumé concours frauduleux à la Cnss : Agefic se lave de tout soupçon

Présumé concours frauduleux à la Cnss : Agefic se lave de tout soupçon

Le cabinet Agefic a donné ce mercredi 31 mai à Cotonou, une conférence de presse pour dire sa part de vérité dans l’organisation du recrutement à la Cnss qui suscite une grande polémique.

Concours à la Cnss au Bénin : L’Anlc relève de graves irrégularités

Cette sortie fait suite à celle du président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption (Anlc), mardi dernier. Couper cours à « l’intoxication » et apporter la lumière sur le processus du dernier recrutement à la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss).

C’est l’objectif de la conférence de presse animée hier 13 mai par le cabinet Agefic, chargé du recrutement en cause à la Cnss. Il a cru devoir se laver de tout soupçon après la sortie hier du président de l’Autorité nationale de lutte contre la corruption, Jean-Baptiste Elias, qui incrimine tout le processus de recrutement.

Pour Charlemagne Lokossou, représentant du cabinet Agefic, il n’a jamais été question d’un concours. L’Agefic a plutôt organisé un recrutement par test d’évaluation d’aptitudes.

« Nous n’avons pas organisé un concours encore moins un examen parce que parce que nous n’avons pas eu mandat de recruter des fonctionnaires », a expliqué Charlemagne Lokossou.

Et c’est d’ailleurs ce qui justifie selon lui que les matières n’aient pas été communiquées aux candidats avant la composition. Contrairement au concours de recrutement, dit-il, il s’agit ici d’une évaluation des aptitudes. Cette nuance écarte selon lui les griefs de fraude portés contre le ‘’concours’’ par Jean-Baptiste Elias. Puisqu’on ne peut parler de fraude qu’en cas de concours.

Aussi, reconnait Charlemagne Lokossou, tous les candidats qui ont réussi ont composé. « Tout s’est passé dans les règles de l’art », a conclu le représentant du cabinet Agefic. En ce qui concerne l’autre volet, la passation de marché entre la Cnss et le cabinet Agefic qui fait également objet de vives polémiques, les réponses n’ont pas été aussi claires.

Dans un exercice « technique », Benjamin Avamassè spécialiste des marchés publics, a fait savoir qu’on ne saurait incriminer le processus. Pour lui, le code de passation des marchés publics a été respecté

Commentaires

Commentaires du site 10
  • Avatar commentaire
    Jis 5 mois

    Test daptitude djan!!! Aller vous faire voir ailleurs. Ce test est til prévu dans le manuel de procédure

  • Avatar commentaire
    delphin gouvoéké 5 mois

    Le cabinet en inventant des pratiques qu’il pense étant de bonne facture pour ce concours. Oui!! et le sous indûment perçus de trop? Qu’il nous dise comment le marché a t-il été attribué? Oui, l’autre disait qu’il n’a rien à y voir car c’est CNSS à l’interne qui a organisé sa chose; donc, l’Etat n’a rien comme responsabilité. Rupture là même avec ses corolaires de réformes tchiééééééééé

  • Avatar commentaire
    FRANCK M MAKON 5 mois

    Présumé concours frauduleux à la Cnss : Agefic se lave de tout soupçons:
    NE CHERCHEZ PAS DE MIDI A 14 H ! YAYI BONI A FONDE LES CONCOURS FRAUDULEUX ET IL A INVENTE LES FAUX DIPLOMES . IL NE FAUT PAS SE CASSER LA TETE . NOUS DEVONS ATTENDRE 10 GENERATIONS AVANT QUE LE BENIN NE SE REMETTE DE CETTE TRAGEDIE CAUSEE PAR YAYI.
    C’EST YAYI LE RESPONSABLE.
    DEPUIS 1960 , C’EST LE SEUL GOUVERNEMENT DE YAYI AVEC SES CHANGE.MEN.TEURS QUI ONT MIS LE BENIN SENS DESSUS-DESSOUS ET DU VRAI BOR.DEL!

    • Avatar commentaire
      Jonas BAKOU 5 mois

      Meme 10 ans ne suffiront pas. Le délitement des valeurs est trop profond.

  • Avatar commentaire

    De la merde oui, test d’aptitude djan, vous n’avez donc pas honte ? En tout cas vous avez raison oh, continuez comme ça, dans un pays comme le notre cela ne peut étonner personne … À dirigeant corrompu, c’est le bas peuple qui souffre

  • Avatar commentaire
    Prince Toffa 1er 5 mois

    Agefic se lave de tout soupçon; mon oeil: cest ridicule. Et pourtant des contrats ont été signés avec la CNSS et des millions sont bel et bien versés à ce cabinet qui a fourni des prestations tres tres approximatives en termes de transparence et d’équité. C’est le meme scenario de corruption que nous observons aussi bien AVANT qu’à PRESENT. La méthode est restée la meme, seuls les commanditaires et les auteurs de la corruption ont changé de tete mais le flux financier reste le meme: l’argent du contribuable et toujours notre argent via passation des marchés publics non transparents et frauduleux.
    Il faut sévir avec l’extreme rigueur sinon ça ne changera jamais !!!

    • Avatar commentaire
      aziz 5 mois

      Toffa…et si tu poursuis ta logique..tu concluras…que toutes les tares..que nous observons depuis toujours…ne sont pas fonction de telle ou telle personne…selon sa région…mais c’est un phénomene endogene,pathologique…c’est à dire qui tiennent à notre propre nature de beninois

      Nous sommes tous pareils….et il n’a pas d’une part des bons beninois..et de l’autre des mauvais beninois

      Il y a en fin des beninois à passer par les armes comme au ghana…en commençant..par…celui que tout le monde sait

  • Avatar commentaire
    Totchénagnon 5 mois

    Tout ceci n’est que le résultat flagrant de l’impunité et de l’injustice sociale. Si tu te retrouves du bon côté, tu n’auras rien même si tu commettais la pire des bêtises. Gare à toi si tu ne supportais pas le chef. On a vu relever des commissaires de leur poste, pas parce qu’ils étaient même sur les lieux des faits, mais tout simplement parce qu’ils chefs hiérarchiques de l’unité d’intervention dont dépendait les lieux. Je suis triste de constater que la rupture n’est qu’une simple continuité de la refondation. Non ! Ce n’est pas pour cela que nous avons voté ! NON !

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 5 mois

    Cessez de jouer au ping-pong avec les méninges des beninoises et beninois , concours , évaluation des aptitudes , ( fraude c’est fraude ) et le tout couronné par l’argent qu’on pompe à tout va ; ruptucons maudits