La diaspora afro-descendante: l’avenir du Bénin ?

La diaspora afro-descendante: l’avenir du Bénin ?

Ils sont des veinards, les Ghanéens. Les cinq mille noirs américains et noirs carribéens installés depuis une dizaine d'années au pays pèsent, chaque année, pour deux milliards de dollars dans l'économie nationale.

Bénin : Cultive-t-on l’autocensure à l’ORTB ?

Généralement de profession libérale, entrepreneurs, banquiers et hommes d’affaires,  ils ont, pour la plupart, une surface financière respectable.

Depuis des générations, ils se sentaient mal dans les pays où l’histoire avait déporté leurs parents et ils oeuvraient pour leur réinstallation, en Afrique,  sur la terre de leurs ancêtres. Certes, il ne s’agit pas de dupliquer l’expérience douloureuse des deux républiques soeurs — Liberia et Sierra Leone — nations artificielles créées de toutes pièces avec des élites noires américaines que les États-Unis avaient  imposées aux autochtones. Mais il s’agit ici d’un retour à la terre mère voulu et orchestré par le gouvernement ghanéen qui, au-delà du symbole historico-culturel que représente cette opération, en a perçu très tôt les retombées économiques. Par exemple, une richissime famille triniteenne a racheté sur place une banque dans l’ordre de cent millions de dollars.

Le pays de Kwamee Nkruma, depuis dix ans, s’est donc organisé pour accueillir ces afro descendants et favoriser leur intégration dans le tissu socio-économique local. Le point d’orgue de cette opération a été, il y a quelques mois, l’octroi de la nationalité ghanéenne à quelques uns d’entre eux. Trente-quatre passeports, cartes d’identité et certificats de nationalité leur ont été officiellement remis. C’était les premiers d’une liste qui allait suivre.

Cette opération et les échos qu’il a provoqués, ont déclenché dans la dispora une fièvre sans précédent. Deux millions sept-cent mille candidats se sont manifestés depuis lors. Même Marcus Garvey, promoteur de « African promise land » en 1922 n’avait pas suscité autant de ferveur. Dépassé, le gouvernement ghanéen et les associations d’afro-descendants ont sollicité les pays d’Afrique de l’Ouest pour qu’ils participent, s’ils le peuvent, à l’accueil de leurs frères dans leurs pays respectifs. Comme d’habitude, le Bénin a répondu absent. Seule une association, celle de la mère Jah, a été présente à Accra pour la rencontre.

Curieux paradoxe qu’est le Bénin. Pays de toutes les initiatives originales, il se fait toujours depasser par des nations plus pragmatiques qui s’inspire des mêmes idées pour avancer. Il y a près de quinze ans, le gouvernement Kérékou a créé l’ABRD, l’Agence Béninoise pour la Réconciliation et le Développement. Cette institution chargée de faciliter les liens entre les noirs de la diaspora et le Bénin, a orienté son action vers la culture en organisant le Festival Gospel et Racines. Sept éditions durant, cette fête avait permis au Bénin d’accueillir les différentes couleurs et expressions artistiques des communautés noires des Amériques, des Caraïbes et de l’Europe. Au même moment, étaient discutés les aspects intellectuels de ces relations articulés autour de ce retour à la terre-mère . Et pendant que le pays s’usait dans le verbiage caractéristique des latins, le Ghana, lui, prenait des mesures pour organiser leur arrivée. Des années plus tard, les résultats sont là, visibles. Le Bénin a l’art de rater les rendez-vous historiques tandis que d’autres savent exploiter ces opportunités pour relancer leur développement. Il en est ainsi tout le temps

Commentaires

Commentaires du site 3
  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 semaines

    Je partage à 100 % cette Vision de Gombo:

    Cultivons l’anglais, c’est aujourd’hui la langue de la science et la langue incontournable dans les affaires internationales.

    Acceptons nos Langues nationales comme Langues officielles. La langue francaise est un atout, mais de nous figer sur cette seule langue nous bloque dans tous les domaines.

    Du nord au Sud le Bénin a trop d’affinités avec le Nigeria. Oeuvrons pour cette fédération, car la viabilité de l’Etat béninois avec tout ce que le monde présente de nos jous, à long terme est un problème.

    Les Etats africains ont le devoir et l’obligation historique de réintegrer les descendants des déportés africains de l’histoire au pays de leurs ancêtres. Tout doit être fait pour accueillir ceux se portent volontaires à cette intégration.

    Nous ne devons pas nous décourager par les quelques exemples qui n’ont pas réussi pour leur fermer la Porte.

    Prenons l’exemple de l’Etat hébreux. L’Israel accueille et intègre la diaspora juive de partout où elle vient. C’est ce qui fait aussi sa force.

  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 semaines

    Il y a plusieurs aspects a’ la chose. Tout n’est pas rose du cote de ceux (les noirs Etatsuniens) qui etaient retourne’s. Certains ont amene’ avec eux leur probleme de drogue et d’assassinat dont ils sont acteurs dans les ghettos aux USA. Il y a eux un cas recent d’un jeune homme (noir Etatsunien) qui avait tue’ une autre femme Etatsunienne elle-meme aussi a’ cause de terres dont elle etait reine au Ghana. D’abord son chien de garde a ete empoisone’ puis, elle-meme fut tue’e apres le deces du chien.

    Pour voir le cote’ positif, les retombe’es sont enormes et permettra au peuple noir de par le monde de se reconcillier avec lui-meme.

    Pour suggestion, il faut force’ment que l’Anglais aie une place de choix dans notre pays, car je ne vois pas ces gens-la’ (tels que je les connais) commencer a’ apprendre un autre langue. Les Etatsuniens sont souvent des paresseux surtout quand il en vient a’ apprendre une autre langue que l’Anglais.

    Pour finir, je dois mentionner le cas du Liberia et de la Sierra Leone (deux pays que j’ai visite’ et connais tres bien). Cest pays etaient utiliser pour chasser les noirs (dits volontaires) vers l’Afrique. Mais le paradoxe a ete la colonisation et la transformation des noirs autochtones en esclavages a’ leur tour par ses noirs Etatsuniens qui avaient eux subit l’esclavage du yovo.

    Ces noirs venus des Etats-Unis avaient transforme’s leurs propres frere en esclaves pour leur propre profit et pour celui des USA d’ou’ l’echec de leur mission premiere.

    Triste!

  • Avatar commentaire
    Gombo 3 semaines

    Commencons par faire de l’anglais et des langues nationales les langues officielles en plus du francais herite
    Ensuite faisons du Benin un etat de la federation nigeriane
    Ensuite on peut inviter la diaspora a s’installer