Lac des Hippopotames à Lokossa: Menace d’extinction de l’espèce faunique

Lac des Hippopotames à Lokossa: Menace d’extinction de l’espèce faunique

Le tourisme est à bout de souffle dans la commune de Lokossa. Le secteur mal organisé et en déconfiture peine à satisfaire à la demande locale et internationale.

Projet asphaltage au Bénin : 44 rues et 28,38 km seront modernisés à Lokossa

Sur le site du Lac Doukon, le dernier hippopotame qui attire les visiteurs est menacé d’extinction si rien n’est fait pour sa reproduction et l’assainissement des lieux.

La commune de Lokossa  dispose d’importants sites touristiques naturels et cultuels qui attirent de milliers de curieux. L’inexistence de structures adéquates ne participe pas au développement du secteur et accentue les maux qui minent le décollage des activités touristiques.

La grosse plaie du tourisme dans cette ville est la menace d’extinction qui menace la dernière espèce d’hippopotame qui résiste encore à la mort dans les eaux mal entretenues du Lac Doukon.

Située dans le village Doukonta dans l’arrondissement de Houin, le Lac Doukon attire depuis de nombreuses années des visiteurs venus de l’intérieur comme de l’extérieur du pays, à cause des hippopotames qui y vivaient. Malheureusement à la date d’aujourd’hui, un seul hippopotame a survécu au aux affres du temps et de la nature, dans ce Lac en proie aux comportements malsains des riverains.

Aux dires de ces mêmes riverains,  « l’animal devient de moins en moins visible et passe le clair de son temps sous l’eau », un comportement qui décourage de plus en plus les visiteurs. Si rien n’est fait pour entretenir requinquer cet animal et le ramener à la surface de l’eau, on est en droit de craindre un désamour des touristes pour ce site. Mais la survie de ce mammifère amphibien est capitale pour perpétuer la lignée de son espèce endémique.

Un site touristique enclavé

L’autre chose qui paralyse l’activité touristique de ce lac très prisé des expatriés est la mauvaise qualité des pistes d’accès. La principale voie qui désert les visiteurs est en terre de barre, et est noyée dès les premières pluies. A l’impraticabilité de la voie s’ajoute l’indisponibilité permanente de guides touristiques, et la situation est pareille sur les autres sites touristiques de la commune. Seuls les sites cultuels continuent de drainer des visiteurs, attirés par l’exotisme et en quête de solutions miracles

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire
    Dodji 1 mois

    1. L’hippopotame n’est pas endémique au lac. Ilest important d’utiliser les concepts de conservation rationnellement.
    2. Je pense que quoi qu’en soit ce qu’on fera l’hippopotame disparaîtra du lac. Sa population semble être limité à un seul individu. Pas de chance de reproduction donc à moins qu’on introduit un autre dans le milieu ce qui ne semble pas être le soucis des autorités.

    • Avatar commentaire
      aziz 1 mois

      Dodji..

      Les hypo..il en a plein..dans la pendjari,dans des zones humides de karimama,dans la sota entre nikki segbana et kalalé..et certaines zones de l’alibori supérieur

      Un transfert…vers des zones humides du sud…est possible

      Pourvu..qu’on fasse attention…pour que les gens du sud ne les mangent pas..en kpèté

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 1 mois

    Agadjavi étant un hippopotame en divagation dans cotonou , je propose qu’on le capture et qu’on l’envoie à lokossa dans ce fleuve tenir compagnie à l’autre hippopotame, ils vont se coupler et faire des petits

    • Avatar commentaire
      aziz 1 mois

      ollah…tu es méchant..!!!

      Comparer mon petit agadjavi en hypo..et vouloir..l’exhiber…comme dans le zoo de vencennes..est cruelle de ta part..

      Apres tout c’est un hybride…sénégalo aboméen…et ne doit pas aussi vilain…que tu le penses..

      Ceci étant dit…il faut etre prudent..

      La meilleure chose..à faire..c’est de le pister…et le capturer..vif

      Prendre ses mesures..les couilles,le papayou,le nez et les yeux…apres tout nous avons quand meme des normes iso….qui déterminent et qualifie…un beninois type

    • Avatar commentaire

      Lire : s’accoupler “