Débat autour du franc Cfa : Moïse Kérékou fait des propositions

Débat autour du franc Cfa : Moïse Kérékou fait des propositions

L’ambassadeur Moïse Kérékou est l’un des pionniers de la guerre pour la monnaie unique. En 2009 et 2011, il avait mené des recherches sur l’intégration économique.

Pas de réel désir des africains de quitter le FCFA selon le Président de la commission de l’Ue

Près de huit ans après, ses réflexions apparaissent telle une prophétie, et apportent plus de science et de méthode au débat sur la sortie du franc Cfa. « L’intégration économique est une science qu’il faut connaître, mieux, maîtriser. Elle va au-delà de la simple coopération ou de la diplomatie entre États. C’est avec beaucoup d’amertume que je suis le débat sur la création de la monnaie commune, ainsi que l’adhésion du Royaume du Maroc à la CEDEAO. Et avec tout le respect que je dois aux fonctionnaires de notre espace communautaire, techniquement et stratégiquement, ils ont tout faux.

Je voudrais donc humblement recommander mon ouvrage paru aux Éditions l’Harmattan, et qui traite de la question de monnaie, pour y voir les étapes indispensables dans un espace communautaire, à la création d’une monnaie commune. Il est plus facile seul de créer une monnaie (Gambie, Ghana, Nigeria…) mais pas aisé de créer une monnaie communautaire à cause de la disparité des économies.

Je crois fortement qu’il est temps que notre espace se dote de sa propre monnaie, indépendante. Mais nous devons nous assurer que les préalables suivants, tels les barreaux d’une échelle, ont été atteints et bien assimilés de manière ascendante au sein de notre espace. Il s’agit de :

  1. Une Zone de libre-échange préférentielle ;
  2. Une Zone de Libre-échange ;
  3. Une Union douanière ;
  4. Un Marché commun ;
  5. Une union économique et monétaire.

Tout en respectant le noble combat des activistes dont le porte flambeau est Kémi Séba, je voudrais appeler nos Dirigeants à la circonspection.

Je pourrais revenir plus tard et donner ma position sur l’adhésion du Maroc à la Cedeao, pour ceux qui le désirent.

« Je ne suis pas contre la création d’une nouvelle monnaie ; au contraire j’ai affirmé qu’il était temps que nous disposions de notre propre monnaie, indépendante. Et je soutiens la position des Chefs d’Etat dont le précurseur est le Président Tchadien Idriss Deby Itno. Son courage est extraordinaire. J’admire et je respecte aussi le noble combat panafricain des activistes, dont le porte flambeau est le béninois Kemi Seba.

Toutefois, j’attire l’attention sur les préalables parce qu’avec la création d’une nouvelle monnaie, nous devons nous engager aussi à une gestion scientifique, saine et rigoureuse. Pourquoi ? Jusqu’alors, la parité du franc CFA est fixe et donc stable. Cette stabilité est assurée par le Trésor français et l’Euro. Avec une nouvelle monnaie, nous faisons le choix automatique d’aller vers une parité qui va fluctuer par rapport aux autres monnaies. C’est une lourde Responsabilité qui nous engage vis-à-vis de nos peuples. Les exemples sont légion des risques encourus, risques provenant rarement du comportement des marchés financiers, mais de la gestion hasardeuse, puérile et approximative de la monnaie. Un hyper fonctionnement de la planche à billet, ne devrait pas être par exemple admis.

Alors qu’on nous parle de l’appétit de certains Pays à importer plus qu’ils n’en ont besoin, qu’il est reconnu que nous n’exportons pas beaucoup, et qu’au sein même de notre espace nous avons des pays favorables au maintien du CFA, la prudence, la méthode et la circonspection, doivent être de règles ; surtout à en ces moments de grandes difficultés pour nos États, où la main visible est plus que jamais active sur notre cher et beau Continent. Cette prudence ne doit enlever en rien notre détermination d’avoir notre propre monnaie.

Mes propositions ne sont pas forcément les meilleures, mais elles méritent d’être prises en compte »

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 2 mois

    Aujourd’hui c’est samedi. Je suggère à certains de rester au lit. C’est plus simple et c’est mieux.

  • Avatar commentaire
    Robikube 2 mois

    L’affaire est simple. Commencez a adopter les monnaies numériques ex le bitcoin ,meme si c’est volatile, et laissez ceux qui veulent utiliser le franc cfa l’utiliser. Avec le temps, le cfa disparaitra tout seul, si personne ne l’utilise.

  • Avatar commentaire
    Napoléon1 3 mois

    J’adhère totalement au Point de vue de l’auteur. Surtout quand il présente nommement les préalables à atteindre pour la création réussite d’une nouvelle monnaie qui sont:

    Une Zone de libre-échange préférentielle ;
    Une Zone de Libre-échange ;
    Une Union douanière ;
    Un Marché commun ;
    Une union économique et monétaire.

    Et je souligne également qu’Il est plus facile pour un pays, seul de créer une monnaie mais pas aisé de créer une monnaie communautaire à cause de la disparité des économies, même si la création communautaire présente des avantages indéniables.

    Ceci dit, l’abandon et la sortie de la zône franc avec le rejet du franc des colonies Francaises d’Afrique est aujourd’hui une nécessité absolue pour la prospérité des Etats africains qui depuis plus de 60 ans se sont allignés sur cette Zone franc mais qui n’a pas booster d’un iota le développement socio-économique de leurs pays.

    C’est pourquoi nous ne devons plus perdre le temps à faire que de grands bruits. Nous devons plutôt commencer sans tarder à denoncer ensemble ou chaque pays seul les accords de la Zone franc (les textes mêmes prévoient cela). Et ensuite procéder à une intégration monétaire avec la création d’une monnaie commune.

    L’intégration économique n’est pas un diner de Gala, c’est une entreprise de longue haleine qui demande beaucoup de savoir, de maîtrise et le sens des prévisions. Nous ne devons pas nous y mettre avec une démarche de légereté.

    Car nous voyons que même si les pays de l’Union européenne ont pu réaliser les préalables de leur intégration, il y a cependant certains pays qui continuent de souffrir dans cette intégration.

    S’il y a certains pays qui y souffrent encore aujourd’hui, c’est que ces pays n’ont pas réussi ou ont triché au départ les critères de convergence qui devaient rapprocher leurs économies respectives. A savoir:

    -Un moyen taux d’inflation annuel qui ne devait pas dépasser de 1,5% de la moyenne arithmetique des taux d’inflations des trois pays de l’intégration ayant les plus stables niveaux des Prix en général.

    -Le taux d’intérêt à long terme payé pour les endettements mésuré au taux nominal des Bons du trésor pour endettement publique ou autres titres comparables ne doit pas dans l’année qui précède l’année du contrôl des critères de convergence dépasser une valeur tenant lieu de réference. Cette réference est déterminée par la moyenne arithmétique du taux d’intérêt à long terme payé par les trois pays de l’intégration ayant les plus stables niveaux des Prix en général.

    -Une participation sans toute autre difficulté au mécanisme des cours de changes des differentes monnaies de l’intégration pendant les deux dernières années qui précèdent l’année du contrôl des critères de convergence.

    -Une attention particulière est réservée au critère de l’état financier public qui doit être supportable sur une longue durée. Cela veut dire que sur une longue durée une discipline budgétaire devait être perceptible. Pour cela le déficit budgétaire annuel ne doit pas dépasser par exemple 3 % de la production intérieure brutte (BIP). Aussi le solde des endettements publics ne doit pas dépasser 60 % du BIP.

    Ces critères de convergencee désignés devaient mettre en lumière, que seuls les pays qui auront démontré leur capacité de conduire une politique de stabilité pourront être membres de l’intégration monétaire envisagée. Ceci garantirait que les pays membres constituraient une communauté stable et homogène.

    Pour les pays africains manifstant leur volonté de sortir de la Zone franc et de rejeter ainsi le franc CFA, une fois sorti et après s’être décidés pour une monnaie commune et l’ayant créée il faudra construire une Banque centrale independante.

    Mettre à la tête de cette Banque centrale un banquier central qui ne va pas se laiser impressionner par le Président de la République. Qui pourrait l’appeler pour dire: “Ecouter, demain Madame va aller faire des Courses en Europe, est-ce que vous pouvez fabriquer 1 milliard de Sous pour elle”?

    Le banquier central doit pouvoir dire non au Président de la République et lui signifier que cela ne se passe pas comme cela.

    Aussi la stabilité et la valeur de la monnaie commune créée dependra de notre capacité à collecter les impôts sérieusement. Donc tout ce qui est fraude ou détournement doit cesser véritablement.

    S’il faudrait pour cela couper des têtes, il va falloir les couper, s’il faudra couper les bras, on les coupera, s’il faudra fusiller des gens sur la place publique´, il faudra le faire.

    Il faut que le bien public soit nécessairement respecté.
    Détourner impunnement, pour dire: “Ah c’est ma chance, j’ai pris ma part”, ne doit plus être possible. Car qui détourne, doit Payer cher. Pour cela la justice doit être costaux, sérieuse et ne doit pas trancher en fonction des décideratas des hommes politiques.

    Il faut que cette monnaie soit respectée. Donc il faudra faire rentrer les récettes de l’Etat et puis les sécuriser. Quand c’est de la caisse de l’Etat que l’argent doit sortir, il faut que cela sorte pour les besoins de la Population et non pas pour les détournements et les arrangements.

    Si on le fait ainsi bien, et que le budget de l’Etat est bien géré,que le déficit est bien maîtrisé et qu’il n’y ait pas des détournements possibles, la valeur de la monnaie commune va aussi se comporter correctement.

    Cela fait humble, mais c’est efficace.

    • Avatar commentaire
      JB Kouame 2 mois

      D’accord avec vous sur ce point. C’est par la rigueur dans le travail qu’on pourra réussir.si les uns et les autres pensent qu’en abandonnant le F CFA nos problèmes seront résolus, ils se foutent le doigt dans l’oeil. On réussira en suivant les mesures et rigueurs que vous avez décrites. Merci et bonne journée

  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 mois

    Comme il ne partage pas le même point de vue que Olla Oumar, il est donc de facto un apprenti économiste. Tu manques même d’objectivité dans tes arguments.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR 3 mois

      “Mlangni ” et mon quelques pistes intéressantes ” au début de mon post , est-ce là un manque d’objectivité ? Mais enfin , tchité

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR 3 mois

    Quelques intéressantes pistes de réflexion de cet ” apprenti ” économiste sur la question , mais pas suffisantes .
    Le panel d’analyste qui doit réfléchir sur ce sujet doit être plus sérieux , politique , et technique .
    Nous avons un exemple récent qui est le passage à l’euro , par les pays de l’Union européenne, qui fonctionne bien , malgré encore quelques nostalgies et regrets de l’abandon de leur propre monnaie par certain pays membres de cette même union .
    Ils ont créé l’euro , pour faire face au dollar roi , au yen , et autres monnaies fortes et stables dans les échanges commerciaux internationaux.
    Et il se trouve un digne fils du benin , rompu à la chose , Lionel Zinsou , qui parle de STABILITÉ , à propos , et des cretins qui ne maîtrisent et ne comprennent rien de rien , qui viennent ouvrir leur grosse gueule , hein Jean , Che !