Bénin: Patrice Talon règle ses comptes avec Ajavon et Yayi

Bénin: Patrice Talon règle ses comptes avec Ajavon et Yayi

Le premier réaménagement de l’équipe gouvernementale de Patrice Talon, intervient au moment où le doute commençait à s’installer.

Bénin : Comment Patrice Talon a retourné ses propres amis contre lui

Ce remaniement du vendredi 27 Octobre 2017, a pris à contre-pied les prédictions sur sa composition et il trahit des situations latentes que nous nous proposons de mettre en évidence. Les trois ministres arrivés au gouvernement sur proposition de Sébastien Ajavon ont été remerciés.

Même si la nomination et la révocation des ministres relèvent du pouvoir discrétionnaire du chef de l’Etat, il reste que la sortie simultanée de ces ministres demeure curieuse. Il y a lieu d’allier la sortie groupée de ces ministres au climat de tension qui règne entre l’homme d’affaires et Patrice Talon. Même si Ajavon avait déclaré ne pas influencer leur départ ou leur maintien au gouvernement, il reste  que leur départ simultané du gouvernement donne du grain à moudre.

D’abord parce que le bilan de leur dix mois aux affaires n’est pas identique et n’est pas le plus catastrophique, comparé à celui d’autres ministres restés dans le gouvernement. Lucien Kokou a conduit la première année scolaire complète de l’ère Talon, avec des taux de réussite satisfaisants au Bepc et au baccalauréat, contrastant avec l’héritage de Yayi. Rafiatou Monrou a contribué à l’embellie observée ces derniers mois dans la téléphonie mobile. Cela a été l’œuvre conjuguée de la ministre de la communication et de l’Arcep, qui ont décrié tour à tour l’absence de concurrence dans ce secteur.

Les clients ressentaient déjà des pas significatifs chez tous les opérateurs en termes de qualité de service et de concurrence. C’est peut être seulement Delphin Koudandé qui a passé son temps à gérer une patate chaude, née de la décision du gouvernement de liquider 3 entreprises publiques qui étaient sous sa tutelle. Mais s’il doit payer pour la régularité des grèves dans son département ministériel, sa situation n’était pas plus alarmante que celle du ministre de la santé qui est resté en poste. Ce remaniement, c’est aussi la création dans le gouvernement après critique, d’un ministère chargé des questions sociales. Certains pensent qu’après 18 mois  d’affairisme avec de juteux marchés de gré à gré, Patrice Talon pense enfin au social.

Ce remaniement a aussi fait passer le nombre de femmes dans l’équipe de trois à quatre, et on note que Patrice Talon a voulu atténuer l’influence de Yayi Boni et ses affidés dans le nord, en ajoutant aux 3 ministres de l’ancienne équipe, 4 nouveaux. Ils sont désormais 7 ministres ressortissants du septentrion. Enfin, la période choisie pour opérer ce remaniement ministériel coïncide fort curieusement avec l’effervescence des débats sur le Ravip, qui doit démarrer le 1er novembre 2017, et le retour à l’Assemblée nationale du projet de révision de la constitution. Cette coïncidence est loin d’être un hasard, cela semble bien être fait à dessin. Question de distraire l’opinion pour détourner son attention de ces questions de tout premier ordre.

Commentaires

Commentaires du site 5
  • Avatar commentaire

    PIK a quel poids politique ? Et il a peur de quoi ?, de qui ? C’est parce qu’il ne connaît pas la honte qu’il est toujours au gouvernement.

  • Avatar commentaire
    GbetoMagnon 4 semaines

    Un remaniement au 1er tiers d’un mandat est chose courante, même si effectivement c’est une décision qui se prend plus souvent au milieu du gué (vers la mi-mandat). Il traduit un changement de cap ou une relance de la même politique avec selon les nouveaux entrants un message fort.

    Ici (c’est le Bénin 🙂 ), effectivement, le positionnement – à visée électoraliste – des pions a commencé.

    Les Ministres dont – à mon avis – la cote en croissance régulière,auraient pu sur la durée, en faire des rivaux sont sorti(e)s…
    Comme pour AJAVON, Les jeunes de la mairie de Cotonou LEHADY en tête, sait-on jamais, on anticipe la menace… En tout cas ça y ressemble.

    Ceux qui avaient manifesté à la suite de AZANNAÏ, l’envie de démissionner et qui y ont renoncé – dit-on sous la menace (PIK), sont maintenus et rétrogradés.

    Bref, rien de vraiment anormal, sauf que là c’est sûr, le 1er qui brille paradoxalement sera vu comme faisant de l’ombre et par là, se fait décapiter.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon 4 semaines

      Des rumeurs font état de ce que PIK aurait renoncé à sa démission parce que TALON l’aurait menacé de le détruire politique s’il ose démissionner.

      Je ne sais pas le secret qu’ils ont, mas PIK est plus que mort étant toujours avec TALON.

      Je crois que c’est l’occasion pour lui de partir, il n’a vraiment plus rien à faire avec Patrice TALON.
      Mais s’il veut toujours des humiliations qu’il reste. Dans tous les cas, TALON ne s’en sortira pas comme il le croit.

      • Avatar commentaire
        NOAH 4 semaines

        Quelle est la source de votre information?

      • Avatar commentaire
        Jean 4 semaines

        Vous parlez comme si Koukpaki est un enfant.
        Cessez de ventiler des informations dépourvues de sens. Nous ne sommes pas dans l’esclavage, Koukpaki est membre de l’équipe de part sa volonté, le jour où il ne voudra plus continuer il quittera c’est simple.
        Aussi je trouve curieux et bizarre le titre de cette publication?
        En quoi Talon a réglé ses comptes avec Ajavon?
        Au contraire, Ajavon avait demandé il y a un an de cela aux ministres issus de son regroupement de démissionner du gouvernement mais ceux-ci u sont restés jusqu’au remaniement. Je ne vois aucun règlement de comptes dans cette méthode.