Expulsion du Dg Mtn : Quelles conséquences sur les relations Bénin-Afrique du Sud ?

Expulsion du Dg Mtn : Quelles conséquences sur les relations Bénin-Afrique du Sud ?

Le Directeur général de Mtn Bénin dispose encore de vingt quatre heures pour partir du Bénin. La décision du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique lui fait obligation de se conformer à cette exigence, au motif de trouble à l’ordre public.

Décision de l’Arcep : Spacetel Bénin Sa (MTN) encourt une sanction de près de 135 milliards

La réplique des responsables de cette société créée un flou dans l’esprit des béninois. Dès lors, on peut s’interroger sur l’avenir de la coopération entre le Bénin et l’Afrique du Sud.

Le Directeur général de Mtn Bénin Stephen R. Blewett de nationalité sud-africaine, est depuis le 14 novembre 2017 interdit de titre de séjour et sera expulsé du territoire béninois selon l’arrêté… signé du ministre de l’intérieur et de la sécurité publique, Sacca Lafia (lire ici). L’article premier de cet arrêté précise :

« Il est mis fin au séjour de Monsieur Stephen R. Blewett de nationalité sud-africaine, pour avoir mené sur le territoire de la république du Bénin, des activités attentatoires à la sécurité et à l’ordre public. Il quitte le territoire de la République du Bénin au plus tard le 24 novembre 2017 ».

A vingt quatre heures de l’échéance, il est important de lever toute équivoque pour situer l’opinion portée à croire à un acharnement contre cet grand opérateur économique. Cette thèse est en lien avec d’autres décisions consécutives de l’Autorité de régulation des communications électroniques et de la poste (Arcep), relatives au paiement de redevances d’utilisation et d’exploitation de fréquences par le réseau Mtn. Mais ce privilège n’est pas accordé par le ministre de l’intérieur, ni ses collaborateurs encore moins les forces de sécurité aux citoyens béninois. La décision d’expulsion d’un citoyen du territoire de la République du Bénin appelle à une explication, pour couper court à la polémique née de cette décision. Le débat ne se situe pas au niveau de l’individu, mais des chefs d’accusation. La notion de trouble à l’ordre public et d’activités attentatoires à la sécurité est superflue et nécessite quelques clarifications, pour amortir le choc non seulement auprès des employés de la société que le mis en cause représente au Bénin, mais également auprès des autorités diplomatiques.

Confusion et suspens

L’arrêté du ministre de l’intérieur a suscité une réplique de la part des responsables de la société Mtn. Le communiqué de Mtn Bénin en date du 16 novembre indique : « C’est avec une grande surprise que nous avons appris via les réseaux sociaux, l’intention supposée des autorités locales d’expulser le directeur général de Mtn Bénin de notre cher pays. La raison évoquée pour l’expulsion prévue serait l’exercice « d’activités attentatoires à la sécurité et à l’ordre public ». Ces allégations sont sans fondement… ».

Mieux, le communiqué précise que le mis en cause est un membre très respecté de la communauté qu’il a toujours manifesté son respect pour les lois de la République du Bénin et pour les autorités de ce pays. A l’analyse, l’on peut être amené à se poser des questions sur les mobiles d’une expulsion envisagée par le gouvernement dans ce contexte-là. La première expulsion, sous le gouvernement défunt contre le Pdg du groupe Elisha Mégastore, opérant dans la vente de véhicules d’occasion et d’appareils électroménagers, avait pour motif blanchiment de capitaux et financement du terrorisme.

Le groupe Mtn dont le siège est en Afrique du Sud est très influent sur le continent et dans le monde. Selon la pratique dans les relations internationales, une ambassade s’occupe des relations d’Etat à Etat tandis qu’un consulat dans le pays accréditant est chargé des relations qui s’établissent entre un pays, ses ressortissants et leurs intérêts. Ce qui suppose que la représentation de l’Etat Sud-africain va agir dans l’intérêt de ce compatriote chassé du Bénin comme un mal propre. Quand on sait que la coopération entre le Bénin et l’Afrique du Sud est très développée, au point où sans visa les citoyens des deux pays peuvent séjourner légalement sans protocole, il y a lieu de réfléchir sur l’avenir de la relation diplomatique entre le Bénin et l’Afrique du Sud.

Commentaires

Commentaires du site 8
  • Avatar commentaire
  • Avatar commentaire

    Même si il ya de bonnes relations entre les deux pays,ceci n’empêche pas le respect des textes d’un pays par l’autre.et si c’était un béninois qui était dans la même situation en Afrique du sud?le gouvernement sud africain va-t-il laisser tomber facilement cette affaire?

  • Avatar commentaire
    Georges 3 semaines

    Que le groupe Mtn soit influent ou pas là doit pas être l’inquiétude aucun État de droit ne devrait tolérer qu’un espatrié porte sciemment ou inconsciemment attiente aux règles et principes de ses institutions,j’ose bien croire qu’il y est une raison bien fondée occasionnant cette espultion .s’il en est ainsi que le gouvernement le nous fasse savoir

  • Avatar commentaire
    come 3 semaines

    Monsieur, cela n’aura une conséquence sur les relations des deux pays. Ce monsieur de MTN n’est pas diplomate. même s’il l’était, rien ne se passera. Vous avez un gouvernement qui vous “ouvre” les yeux en ce moment, même si je ne suis pas un fervent supporter il faut savoir être objectif. Pour votre information, sachez qu’il y a des personnes qui se cachent derrière une activité publique pour faire du renseignement. Un enseignant, un directeur de société ou un journaliste peut être un agent de renseignements. Il ne faut pas être forcément un policier ou un militaire… C’est ainsi que cela se passe. Un gouvernement ne prend pas ce genre de mesure à la légère….

  • Avatar commentaire
    Fassassi 3 semaines

    Dans les pays de droit qui se respectent, lorsqu’on expulse un individu, diplomate ou citoyen ordinaire, on fait savoir les raisons de cette décision.
    Si on dit que le gouvernement a ses raisons, un jour on fera emprisonner des gens sous prétexte que le gouvernement a ses raisons.
    Je suis convaincu qu’au Bénin nous avons amorcé une descente en enfer qui sera plus profonde que celle que nous avons connue avec le PRPB.

  • Avatar commentaire

    Pour une fois que ont peut chasser un sud Africain , pourquoi ce privé ?ils le font aussi chez eux des sauvages.

  • Avatar commentaire
    Shegun 3 semaines

    Si pour un ressortissant ordinaire il y a tant de polémique jusqu’à ce que des beninois demandent des explications détaillées au gouvernement, qu’en serait il d’un fonctionnaire bénéficiant de l’immunité diplomatique ? On ne pourra même pas lever le ton. 

  • Avatar commentaire
    Tchite' 3 semaines

    Yovo n’est pas innocent que ca.
    Il a du faire quelque chose en voulant arrondir ses fin de moi. L’argent ne suffit jamais a’ Voyo, mais ce qui est intrigant est que le gouvernment ne nous dise pas exactement quoi. On sait tous que l’argent est le dieu (mammon) du yovo, mais il a fait quoi precisement on veut savoir?

    Peut-etre que le ministre se taire pour raison de secret professionnel (le gouv a certainement ses raisons).