Bénin : Les manifestants imposent leur itinéraire malgré les pressions

Bénin : Les manifestants imposent leur itinéraire malgré les pressions

Il est difficile de deviner ce qui serait arrivé hier mardi 23 janvier 2018 au cours de la marche de protestation du Fsp, si la hiérarchie policière n’avait pas devant chaque incident, gardé raison pour éviter des altercations entre policiers et manifestants…

Bénin : Le FSP appelle le peuple à se lever pour la tenue des Etats généraux

Tant les nerfs étaient visiblement surchauffés des deux côtés. C’est dommage qu’on ait frôlé le chaos à cause du désir obsessionnel d’un individu à faire respecter sa volonté.

Tout commence à la place Lénine au quartier Akpakpa à Cotonou, lieu de rassemblement et de départ de la manifestation. Les militants avoisinaient le millier autour de 9h 30 mn. Est aussi présente une escouade de policiers, chargés d’encadrer la marche. La veille de la marche soit le lundi 22 janvier 2018 au soir, le préfet du Littoral a fait une sortie sur une chaîne de télévision privée, annonçant un changement d’itinéraire. C’est ce qui a constitué le premier incident à la place Lénine, lorsque Léonce Houngbadji s’est rapproché des éléments de la police pour connaitre de l’itinéraire. Des échanges, il résultera des positions tranchées.

Celle de la police qui entendait respecter l’itinéraire du préfet, et celle des manifestants qui voulaient passer par l’itinéraire de départ. La hiérarchie policière sur les lieux évite l’incident et laisse passer la foule qui emprunte donc l’itinéraire de départ, et non plus celui du préfet. Partis de la place Lénine, les manifestants rallient le carrefour Sacré cœur puis traversent le pont Dantokpa. Dans les différents quartiers traversés par la marche, les habitants accourent et font grossir la foule. Du millier de manifestants au départ de la place Lénine, on peut dénombrer près de 6 mille personnes en observant la foule sur le pont Dantokpa. La police qui avait laissé les manifestants suivre l’itinéraire initial, est allée prendre position au niveau du carrefour Saint-Michel, avec un dispositif renforcé en hommes et en équipements pour empêcher les manifestants de poursuivre. La police leur indique de continuer la marche en passant par le boulevard Steinmetz, c’est-dire l’itinéraire du préfet. Mais ces derniers opposent une fin de non recevoir à l’injonction. Les esprits s’échauffent de part et d’autre. Le temps passe et après, le dispositif de la police recule, la foule avance jubilant, puis rencontre un troisième obstacle au carrefour Diversité. Les policiers qui se sont repliés exigent avec fermeté que les manifestants passent par la rue pavée qui mène à Guinkomey, pour rallier la mosquée de Zongo et enfin la bourse du travail, comme pour emprunter toujours l’itinéraire du préfet. Mais une fois de plus, les manifestants résistent.

Les éléments de la police anti-émeute semblent prêts à charger les manifestants. Les voix s’élèvent, on aperçoit Paul Issè Iko en discussion avec la hiérarchie policière sur les lieux. Son plaidoyer laisse entendre : « nous ne sommes plus qu’à quelques mètres de la Bourse du travail, laissez-nous passer, c’est une marche pacifique ». Des autorités policières sont en conversation au téléphone, pendant que les éléments de la police venus en renfort, optent pour l’action face à une foule déterminée à résister à l’assaut. Après plus de 30 mn de statu quo, l’ordre est donné par la hiérarchie de la police sur place, de laisser poursuivre la marche sur l’itinéraire initial. C’est la liesse populaire, mêlée de cris stridents, clamant « la victoire du peuple sur la tyrannie ». Les manifestants rejoignent la Bourse du travail après de rudes épreuves de courage et de résistance. Mais on peut à tout le moins, saluer le sens de professionnalisme de la hiérarchie policière, qui n’a pas laissé se réaliser des altercations aux potentielles conséquences inestimables, entre policiers et manifestants

Commentaires

Commentaires du site 9
  • Avatar commentaire
    Agadjavidjidji Il y a 3 mois

    Les benêts qui se disent syndicalistes et qui pensent se venger de Talon en se jettant dans les bras des anarchistes du PCB et de Azatassou-le-neo-retraité desoeuvrés, sont petit à petit en train de precipiter ce pays vers le precipice salvateur qui nous permettra de remettre tout à plat en jettant definitivement le masque de la democratie de façade en immolant publiquement certains parasites et en instaurant une vraie democratie populaire à la chinoise.

    A quelque chose malheur est bon n’est-ce pas???

    • Avatar commentaire
      Bénintoché Il y a 3 mois

      tu as vu combien de centrales syndicales dans la marche d’hier en tout vous voyez du bleu et de la politique
      sans analyser Paul Issé Iko n’est plus SG d’un syndicat des travailleurs mais des enseignants retraités.

    • Avatar commentaire
      Amaury Il y a 3 mois

      @Agadjavi,

      Je saute sur l’occasion pour te poser ma question habituelle restée toujours sans réponse : qui va diriger cette démocratie chinoise et pourquoi ?

      Tu sais, j’aime bien cette démocratie chinoise hormis les tueries mais elle a deux contraintes en Afrique et surtout au Bénin
      1- Qui va diriger cette démocratie spéciale sachant que nous avons déjà expérimenté la révolution démocratique et populaire avec le succès que nous connaissons tous.
      2- La chine connait déjà son prochain président peu ou prou. Est-ce possible au Bénin, terres de toutes les rancunes, des envies et de tous les fétiches ? Je réponds sans hésiter non. Au Bénin, quand tu as quelque chose ou quand tu dépasses quelqu’un, au lieu de chercher à te dépasser, son seul souci, c’est de gâter pour toi pour que vous soyez tous en bas.
      Voilà ! chaque peuple a ses réalités et son histoire dont il faut tenir compte.

  • Avatar commentaire

    je remercie l’hiérarchie de nos forces de l’ordre pr le maintien de la paix!!!
    je préfet Toboula ne tansqu’un commandement du département de litoral si non une note reçu depuis le 12 janvier 2018 et 7 à kelk heure de la manifestation ki se met sur une chaîne télévision privée pr donner des ordres après pr koi pas ne pouvait pas avoir des équipements de signalisation coe code ke les forces de l’ordre pouvaient se servir à tout moment dans ses cas de fugue ???

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 3 mois

    Mais pas ce djingbin de talon et son autre repris de justice de toboula vos hommes forts 

  • Avatar commentaire

    Mon Patriote je te soutiens. C’est un pays de désordre entretenu par certaines personnes se disant syndicaliste . c’est la pagaille totale. il nous faut vraiment un homme fort comme se fut au Ghana.

    • Avatar commentaire
      Anonyme Il y a 3 mois

      Pauvre **************;

      C’est ce désordre qui a envoyé ton *************** de président au pouvoir.

      Tu veux donner des leçons à qui?

  • Avatar commentaire
    Patriote Il y a 3 mois

    C est l image du pays ca. Ce pays n a point besoin de la democratie. Il faut un homme de vision dictacteur pour ce pays de merde.

    • Avatar commentaire
      Sonagnon Il y a 3 mois

      Pas du tout, ce pays a besoin bien sûr de la démocratie, du dialogue et surtout que l’exemple vienne des dirigeants !!!

      Patrice Talon ne peut pas violer les textes et se mettre plein les poches et obliger les autres à respecter les textes.

      Nous sommes dans une République et tous les citoyens quelque soit leur niveau de responsabilité doivent obéir à la loi.

      Ce n’est la dictature qui règle les problèmes, mais la justice.

      Demandez à Talon de se soumettre à la loi dans tout ce qu’il fait et vous verrez si tout le monde ne fera pas autant.