Bénin : Le Dr Oswald Padonou déplore la divinisation du droit de grève au détriment d’autres droits

Bénin : Le Dr Oswald Padonou déplore la divinisation du droit de grève au détriment d’autres droits

La levée de boucliers contre la loi sur le retrait du droit de grève au Bénin suscite encore quelques interrogations dans la sphère des matières grises béninoises.

Levée de la grève au Bénin : Les enseignants boycottent le mot d’ordre de l’intersyndicale

Dans une réflexion publiée dans le magazine Jeune Afrique, le docteur en science politique Oswald Padonou pense que la lutte pour le droit de grève, bien que louable, n’était pas une lutte urgente. « Tous les travailleurs doivent-ils bénéficier de ce droit là quand d’autres, fondamentaux peuvent être mis en péril par cette logique de divinisation de la grève? » s’est interrogé Oswald Padonou.

Le politologue aurait  souhaité que les discussions portent sur d’autres questions existentielles comme la survie, puisque les élites qui menaient ce débat sur la grève ignoraient que pour la majorité écrasante des béninois, l’urgence était tout simplement de survivre parce qu’il fallait bien avoir un emploi salarié pour prétendre gréver. L’urgence était aussi  d’avoir accès à l’éducation, à la sécurité, à la santé et à la justice entre autres. Il regrette qu’ « au Bénin comme ailleurs en Afrique, tout tourne exagérément autour du pouvoir politique : sa conquête, la lutte pour s’y maintenir ou y revenir  pour participer au grand festin de captation des ressources publiques.».

En attendant que  cette « quadrature du cercle » se brise un jour, le docteur en science politique a salué la réaffirmation du pouvoir indispensable de régulation du juge constitutionnel même s’il semble lui reprocher sa décision sur certains points .En effet, pour le Dr Padonou, la décision de la Cour de ne plus restreindre le droit de grève pose un problème au niveau des forces armées béninoises. A l’en croire,ces derniers  peuvent prétexter de ce droit pour se mutiner.

 

Commentaires

Commentaires du site 11
  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 9 mois

    Pourquoi au Bénin faut-il mettre les qualificatifs comme Docteur en sciences politiques, Docteur en ceci et en cela à l´intérieur des articles de pre-sse? Dans les titres des articles, ces qualificatifs peuvent être utilisés puisque permettent de mieux cerner les personnages. Mais pour ce qui est de leur contenu, l´usage des qualificatifs n´est pas nécessaire et lorsqu´ils sont utilisés en désordre, l´article devient extravagant.
    J´ai l´impression que ce phénomène est typiquement béninois puisque dans la pre-sse des autres pays francophones d´afrique je ne fais pas cette observation, ni dans la pre-sse française, et non dans la pre-sse anglophone ou hispanique.

  • Avatar commentaire
    democrate Il y a 9 mois

    Pourquoi au Bénin faut-il mettre les qualificatifs comme Docteur en sciences politiques, Docteur en ceci et en cela à l´intérieur des articles de presse? Dans les titres des articles, ces qualificatifs peuvent être utilisés puisque permettent de mieux cerner les personnages. Mais pour ce qui est de leur contenu, l´usage des qualificatifs n´est pas nécessaire et lorsqu´ils sont utilisés en désordre, l´article devient extravagant.
    J´ai l´impression que ce phénomène est typiquement béninois puisque dans la pre-sse des autres pays francophones d´afrique je ne fais pas cette observation, ni dans la presse française, et non dans la presse anglophone ou hispanique.

  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 9 mois

    Il n’existe nul part au monde une société où il n’existe que des droits!!!

    Le droit de grève tout comme tous les autres droits doivent s’harmoniser avec les devoirs pour faire de nos pays des sociétés dynamiques de liberté, de devoirs et de droits.

    Le problème qui se pose encore, c’est que ceux qui s’arrogent le droit de décider pour les autres, manquent de faire le mélange nécessaire, le dosage convenable, et il s’en suit des dérapages.

    La question n’est donc pas qu’il existe des droits privilégiés, mais il y a plutôt des décideurs pas à la hauteur des exigences de nos sociétés en pleines mutation.

  • Avatar commentaire
    M A.K. Il y a 9 mois

    La démocratie ça veut dire droit mais aussi devoirs mais cette partie là n’interesse personne.Et on dit vouloir se développer.

  • Avatar commentaire
    M A.K. Il y a 9 mois

    Une soit disant démocratie qui nous arrière oui.
    Quand ça nous arrange on parle de démocratie.Quand ça ne nous arrange pas on dit qu’il faut laisser Las textes de côté et écouter les cris du peuple.
    Je ne suis pas súre que la démocratie ça coeur dire droit mais aussi d’avoir, cette partie là n’interesse personne et on dit vouloir se développer.
    D’ailleurs nous ne savons même pas ce que nous voulons.

  • Avatar commentaire
    M A.K. Il y a 9 mois

    De quelle démocratie parle t-on?

  • Avatar commentaire
    IlPasse Il y a 9 mois

    Aucune grève ne peut réellement prendre si la majorité ne se sent pas concernée.
    Et lorsqu’elle l’est, plus aucune institution ne doit être au-dessus d’elle. Même pas la cour constitutionnelle dont la grève est, en fait, la loi de la force.
    Lorsqu’une décision de cette cour répond à l’aspiration de la majorité, les travailleurs ont le devoir de bloquer totalement tous les rouages de l’État pour obliger l’exécutif à s’y plier, sans délai. C’est surtout cela, la démocratie.
    Sinon, à part elle, que trouvez-vous pour arrêter les dérives de l’exécutif ?

  • Avatar commentaire
    Adjatin Nils Il y a 9 mois

    Au Bénin, c’est l’exercice du droit de grève qui a créé l’État de droit de la démocratie. Ce qui semble rendre divin ce droit. Il nous a sorti de griffes du PRPB. Gardons la mémoire et sachons raison gardée. Je passais.