Bénin : La grève toujours maintenue après la rencontre avec le Chef de l’Etat

Bénin : La grève toujours maintenue après la rencontre avec le Chef de l’Etat

Quel est l’avenir de la grève après la rencontre des centrales et confédérations syndicales avec le chef de l’Etat ? La réponse proviendrait de la réaction des secrétaires généraux de ces institutions syndicales après la consultation de leur base.

Bénin : La rétrocession des salaires défalqués est une condition avant tout dialogue, selon la Cstb

Tel le prescrit la procédure syndicale, les mouvements de grève ne peuvent s’arrêter que si la base décide de la levée des motions de grève. Le chef de l’Etat a appelé de tout cœur à l’arrêt des mouvements de grèves. Mais visiblement, les conditions ne sont pas encore réunies pour que les centrales et confédérations accèdent à sa requête.

A la sortie des négociations, les secrétaires généraux des centrales et confédérations syndicales sont unanimes sur la continuité de la grève. Ce qui signifie que cet ensemble de partenaires sociaux n’est pas satisfait des clauses des négociations, et n’entend donc lever les motions de grève que si leur base en décide ainsi.

Autrement dit, si les militants des centrales décident de la poursuite des mouvements de grève, l’administration restera paralysée jusqu’au moment où le chef de l’Etat et son gouvernement vont satisfaire toutes les revendications. Mais cette condition ne sera pas la mer à boire au regard des propos de Patrice Talon. Il a indiqué que le gouvernement ne peut satisfaire les travailleurs qu’en fonction des moyens disponibles.

« Nous sommes dans la dynamique de régler nos problèmes en fonction de nos moyens, on n’a pas changé… » a-t-il martelé, indiquant que les engagements qu’il va respecter ses engagements.

Pour Patrice Talon, les travailleurs ne doivent pas utiliser la grève comme moyen de revendication. Ils doivent faire preuve de solidarité et faire fi de tout sentiment politique. Malgré les explications du chef de l’Etat, la grève continue selon la Cstb, la Cosi-Bénin, la Csa, la Csub, l’unstb…

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Jean Patrice le Cfao Il y a 7 mois

    Il faut que le président change à nouveau de comportement et cesser de réagir comme un alphabet.

  • Avatar commentaire
    Augustin N'KOUEI Il y a 7 mois

    Au 229 une fois arrivée au pouvoir ces dirigeants pensent qu’ils peuvent nous utilisés comme ils veulent mais cette année c’est le contraire on ira à la fermeté je nous sommes décidés.On ne peut pas construire un pays comme sa…cette démocratie la,est une démocratie chargé de désordre il faut que ce gouvernement change leurs mode de gouvernance

  • Avatar commentaire
    el cyrillo loukman Il y a 7 mois

    Il faut que le chef de l’État réagit par rapport aux mouvements de grèves.pitié pour nous apprenant

  • Avatar commentaire

    Dans Tous Les Cas;il Faut Les Enseignants Soient Satisfaits.A Défaut De Cela,prêt Pour La Revolution La Lutte Continue.Ils Peuvent Même Invalider L’année,ou La Rendre Blanche

  • Avatar commentaire
    moumine Il y a 8 mois

    Pas de salaire, pas de cour

  • Avatar commentaire
    Hélène Il y a 8 mois

    Le chef de l’État doit écouté les syndicats

  • Avatar commentaire
    Democrate Il y a 9 mois

    Des grèves politiques simplement.
    Si le ridicule pouvait tués les syndicalistes !!!
    Ils mélangent serviette et torchon.
    Au nom de quoi ont-ils demandé au chef de l’état d’intervenir dans une procédure pénale? Au même moment ils parlent de manque de liberté.
    Quelle énormité !!!
    Quelle contradiction !!!!