Libération de Dayori  au Bénin: preuve patente d’une justice à deux vitesses

Libération de Dayori  au Bénin: preuve patente d’une justice à deux vitesses

Il y a presque tous les jours maintenant des raisons de se convaincre que l’opération de lutte contre la corruption est loin d’être une véritable action d’assainissement des mœurs.

Affaire Mètongnon et gouvernance au Bénin : la CSTB renouvelle sa grève

Si l’on s’en tient au traitement différencié qui est réservé aux différents mis en cause. La libération récente de l’ancien directeur général du Conseil national des chargeurs du Bénin, Cncb, Dayori, a renforcé dans les esprits ce sentiment de discrimination.

Pour répondre à la critique récurrente des observateurs qui accusent la lutte contre la corruption d’être un prétexte pour anéantir ses adversaires politiques, le gouvernement a réagi enfin en procédant à l’interpellation suivi des auditions de deux soutiens du régime bien connus : l’ancien directeur général de la Cncb, Dayori. Il a été observé par la suite une vaste campagne de médiatisation de ces arrestations. Certains médias classiques comme les réseaux sociaux ont présenté ces arrestations comme la preuve du caractère non sélectif de la lutte contre la corruption. Mais il a fallu seulement être un peu patient pour s’apercevoir que ces arrestations des soutiens du régime ne sont que de la poudre aux yeux.

En effet, deux jours après leur détention, nous apprenons par voie de presse, et des médias proches du pouvoir que l’ancien Dg du Cncb a été libéré sur convocation. Une information aussi surprenante si l’on s’en tient aux faits reprochés à l’intéressés. Cela reste étonnant que l’ancien Dg du Cncb à qui il est reproché selon des informations des médias proches du pouvoir, un détournement de près de 500 millions Fcfa soit libéré pendant que Laurent Mètongnon à qui il est reproché d’avoir perçu 2 millions cinq cents mille francs n’a pas bénéficié de la même largesse de la part de la justice.

De même, un maire d’une grande ville du pays et dont le parti politique est un sérieux allié du pouvoir, a été aussi libéré après paiement d’une caution de 25 millions Fcfa. Ceci après une journée de garde avec comme motif le détournement présumé de plus de 200 millions Fcfa. Et depuis cette libération sous caution dudit maire, c’est comme si l’affaire est classée sans suite. A chacun d’apprécier ce traitement différencié des mis en cause.

Le problème ici n’est pas lié au fait que cette libération sur convocation ait été accordé à l’ancien Dg. Puisque le code procédure fait de la liberté, la règle et de la détention, une exception. Mais c’est le fait que cela soit accordé à un mis en cause dont le montant des faits reprochés est plus de 80 fois supérieur à celui à qui on l’a refusé.

Est-ce à nous faire croire que le sieur Dayori présente plus que Laurent Mètongnon, des garanties de représentation ? Assurément non, et la vraie raison se trouve ailleurs. Certainement dans le désir de sortir complètement de la scène Laurent Mètongnon en le privant avant la tenue du procès, de la liberté d’aller et de venir. On en veut pour preuve que la qualification de flagrant délit des faits qui se sont déroulés trois années auparavant. Et même le cas échéant, le procès d’un flagrant délit contrairement à l’article 402 selon les explications de son conseil à l’occasion, a été programmé sur plus d’un mois au lieu des 72h au plus selon l’article 402 du code de procédure.

Aujourd’hui ce procès de flagrant délit a déjà excédé trois mois de détention des mis en cause sans véritable jugement. C’est ce qui amène les militants du Front du sursaut patriotique à affirmer non sans pertinence que la poursuite de Laurent Mètongnon est éminemment politique.

Commentaires

Commentaires du site 7
  • Avatar commentaire
    Sonagnon Il y a 9 mois

    Les faits parlent d’eux mêmes!!!

    Il n’y a pas de justice au Bénin, c’est Patrice TALON qui décide de tout, alors nous ne sommes plus dans un pays démocratique.

    Il y a des gens à châtier pour avoir osé aller à l’encontre de la dérive autoritaire dictatoriale sous fond de pillage des ressources du pays.

    Et d’autres à ménager et protéger parce qu’ils sont du système.
    La vérité est que Patrice TALON est un danger pour notre démocratie et pour l’économie de notre pays.

  • Avatar commentaire
    Prince Il y a 9 mois

    Ce que les gens ignorent, Dayori n’est plus en odeur de sainteté avec le pouvoir c’est-à-dire ne partage plus les mêmes aspirations que talon bien avt que le limogeage est intervenu.Même cas avec Issa Salifou.Talon réprimande les insoumis. La preuve palpable d’un acharnement politique. D’une lutte contre corruption à sens unique

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 9 mois

    Alo , dayori sous le coup de la justice peinard dans son lit , alors qu’on lui reproche des centaines de millions de prévarications , alors même que pour metognon un supposé versement de commission de deux millions de main à main sans trace , le conduit en détention 😡😡😡
    Si alo , veut faire de la communication sur ces aberrations , cette injustice , ce fait du ” prince du moment ” autant couper la communication, ou me déconnecter de Alo 

  • Avatar commentaire

    Effectivement, la mise en détention de Métognon ne semble pas normale, vu le montant en jeu. Ceci dit sa détention va encore se prolonger avec la grève des magistrats (victime collatérale).
    Concernant Dayori, il était en garde à vue. Certes il n’a pas été incarcéré mais il n’a pas été disculpé. Il est toujours sous le coup de la justice.

    On ne peut donc pas conclure qu’il y a une justice à deux vitesses.

    • Avatar commentaire
      OLLA OUMAR Il y a 9 mois

      Et voici une conclusion bizarre, qui rend suspect un alo branché sur fréquence du pilleur , ” ruseur ” de talon 

      • Avatar commentaire

        Argumentez SVP!
        Ne vous limitez pas à une classification manichéenne.
        Vous me ferez peut être changer d’avis.
        C’est tout l’intérêt d’un forum.

  • Avatar commentaire
    OLLA OUMAR Il y a 9 mois

    Agadjavi , tundé, ALLOMAN , paysan , segni , monwè , que pensez vous , et dites vous de cet article si révélateur et probant , bande d’enfoirés klebetistes , ayant des œillets, petits apprentis- dictateurs , ” ruseurs, rageurs ”